Découverte Xbox Game Pass : Halo Infinite

S’il y a bien un jeu que nous attendions au tournant en cette fin d’année 2021, c’est Halo Infinite. L’exclusivité Microsoft a voulu en faire beaucoup, trop peut-être, avec une communication pas toujours bien fine, comparant carrément l’arrivée de ce nouvel opus au passage de la 2D à la 3D (si si, c’est Phil Spencer qui l’a dit…). Budget colossal, longues années de développement : et pourtant, les premières images de gameplay ont clairement calmé les foules, et pas dans le bon sens… Alors, après un an et demi de travail acharné supplémentaire, le jeu est-il à la hauteur de nos attentes, ou dans une moindre mesure un bon Halo ? La réponse est oui, et nous allons voir pourquoi.


Tout se sait, et lorsqu’un studio de développement rencontre des difficultés, les informations finissent toujours par sortir. 343 Industries en a bavé lors du développement de Halo Infinite, et on a par exemple appris récemment qu’une grosse partie de la map ouverte du jeu avait été balayée, faute de temps. Les ambitions étaient-elles trop hautes ? Sans aucun doute. Mais au final, malgré des défauts et un ressenti parfois « old-gen », ce Halo Infinite a su nous convaincre. C’est bien simple, nous avons retrouvé les sensations du tout premier titre, le tout bénéficiant d’un gameplay vraiment efficace.



Oui, Halo Infinite se déroule, après son prologue, dans un monde ouvert. Un monde pas si grand que ça au final, et tant mieux. Plusieurs types d’activités sont au rendez-vous, et on découvre la map avec un certain plaisir. Certes, l’ensemble manque de variété visuelle, mais le level design est vraiment bon, donnant envie de mettre la main sur de nouveaux véhicules pour explorer en profondeur. Le plus important dans ce Halo Infinite, c’est que les sensations sont là ! Le gameplay est une belle réussite, dynamique et orienté action. Oubliez l’infiltration chiante à la Far Cry lorsque vous souhaitez libérer un camp, Halo Infinite mise tout sur l’action. Une façon de voir l’open world qui change de l’ordinaire, et ça fait du bien ! Et le plaisir d’enchaîner les frags est là ! Malgré sa lourdeur, le Masterchief bouge bien, et notamment grâce à son grappin qui lui permet d’atteindre des zones en hauteur ou tout simplement de se déplacer rapidement au ras du sol, pour passer derrière un ennemi et le dégommer par exemple. Le bestiaire est bien classe, varié, et on kiffe enchaîner les dashs ou les glissades pour éclater et grenader tout ce petit monde. La planète Zêta est une réussite à nos yeux, et on y revient avec plaisir.



La surprise est également visuelle. Il faut vraiment faire preuve de mauvaise foi pour dire que Halo Infinite est moche. Le jeu a une belle identité, s’avère propre et ultra fluide ! Certes, il y a un peu de clipping, mais on est à des années lumières de la première vidéo de gameplay, ratée. C’est souvent très beau, avec de beaux effets, des textures précises et un cycle jour/nuit qui flatte la rétine. On a souvent écarquillé les yeux face à ce Halo Infinite, et seul son manque de diversité fâche un peu. Heureusement, les intérieurs sont réussis eux-aussi, avec de magnifiques reflets. Les animations ne sont pas en reste (sauf lorsqu’elles concernent les soldats que vous libérez, semblant sortis du tout premier Halo…), tout comme les cinématiques. Alors on en voit déjà comparer les cinématiques de Halo Infinite avec celles de God of War. Les jeux sont bien différents, que l’on parle de leur gameplay et de leur univers, et God of War a opté pour un plan séquence maîtrisé incomparable. Halo Infinite tente des choses, et le résultat est très bon à nos yeux, avec la présence du pilote et de l’arme, qui apportent un vrai plus. Seule la narration manque parfois d’impact, avec un scénario qui aurait gagné à être plus consistant. Mais au final, le taf est fait !



Le jeu est donc beau, fluide, propose un monde ouvert plus accrocheur qu’il n’en a l’air, des gunfights dynamiques et jouissifs, et une VF de qualité. Et que dire des musiques ! Encore une fois, c’est la gestation du projet et son côté cross-gen qui viennent gâcher un peu l’ensemble, et surtout la communication malvenue de Microsoft. Halo Infinite est un très bon FPS solo, mais souffre de son budget colossal martelé dans la presse et des promesses non tenues. Du coup, certains ressortent de la campagne avec un goût amer en bouche, en mode « tout ça pour ça ? ». Et puis c’est l’aspect « jeu en kit » qui a du mal à passer également… Pas de mode forge, pas de coop, pas de ray-tracing, impossible de rejouer les missions… Ca fait beaucoup tout ça, surtout pour un jeu censé être le porte-étendard d’une machine surpuissante. Alors on relativise, en faisant passer la pilule grâce à la présence du jeu dans le Xbox Game Pass. Mais cela peut-il tout pardonner ? A vous de nous le dire…


A lire également : 


Nous avons beaucoup aimé Halo Infinite, notamment grâce à son monde ouvert accrocheur (on ne l’aurait pas parié) et son gameplay au poil ! Difficile de cracher sur cette campagne, accessible via le Xbox Game Pass, mais l’aspect jeu en kit dérange malgré tout. Il manque la coop, le mode forge, le ray-tracing, et l’univers de cet opus manque de variété. Malgré tout, on s’est éclaté et on s’est pris au jeu, l’ensemble étant souvent superbe avec des cinématiques réussies. Halo Infinite n’est pas le grand jeu qu’il aurait du être, mais il reste un excellent opus, et le meilleur depuis bien longtemps !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.