TEST : Crystar, bienvenue au Purgatoire (Nintendo Switch)

Disponible sur PlayStation 4 depuis 2019, Crystar vient tout juste de débarquer sur Nintendo Switch ! Cet action-RPG est développé par FURYU Corporation, et on retrouve Naoki Hisaya au scénario, à l’origine du roman visuel Kanon. Nous avons eu la chance de recevoir une version Nintendo Switch du titre, et nous nous sommes lancés aux côtés de Rei, à la recherche de sa sœur Mirai dans le Purgatoire. C’est parti pour notre avis !


TEST : Crystar, bienvenue au Purgatoire (Nintendo Switch) lageekroomCrystar est un action-RPG comme il en existe tant ! Difficile de se démarquer dans ce genre si populaire au Japon, que nous avons la chance de voir arriver chez nous depuis quelques années. Mais malgré son approche classique du genre, avec ses donjons labyrinthiques, ses ennemis à détruire et ses combats à base d’attaques fortes et faibles, le jeu a des atout à faire valoir. Direction artistique de qualité, bande-son réussie et scénario bien écrit font bon ménage dans Crystar, et même si le jeu ne plaira pas à tous, et c’est totalement compréhensible, on y passe de bons moments.


TEST : Crystar, bienvenue au Purgatoire (Nintendo Switch) lageekroom


« Rei et Mirai, deux sœurs, se retrouvent soudainement aspirées dans le Purgatoire, où des monstres venus d’autres mondes rôdent. C’est dans cette étrange dimension que Rei découvre un pouvoir caché qui lui permet de se battre. Cependant, elle perd le contrôle, ce qui la conduit à tuer sa sœur accidentellement. En plein désarroi et désespérée, Rei est approchée par des démons qui lui proposent un sinistre contrat : servir en tant que « Executor » et débarrasser le Purgatoire des monstres corrompus qui l’infestent. En échange, ils lui garantissent un moyen de ramener sa sœur à la vie. Incarnez Rei, faites équipe avec d’autres « Executors » et découvrez la vérité sur les âmes fragmentées du Purgatoire ». Voilà pour le synopsis de Crystar, partagé par l’éditeur, qui pose les bases dès les premières minutes, avant que le scénario ne monte d’un cran après quelques heures. Vos premiers pas dans l’aventure restent très mystérieux, et on incarne dans un premier temps Rei, sous la forme d’un papillon et ayant du mal à se remémorer qui elle est. Puis Rei retrouve sa sœur (pas pour très longtemps), et c’est là que l’action va pouvoir commencer, après quelques dialogues intégralement en anglais (les voix peuvent être mises en anglais ou en japonais), qui nous expliquent les différents enjeux.


TEST : Crystar, bienvenue au Purgatoire (Nintendo Switch) lageekroom


Le parcours de Rei sera semé d’embuches, mais elle ne sera pas seule à combattre dans le Purgatoire, qui sera la zone principale du jeu. Le titre propose en effet quatre personnages principaux, qui possèdent leur propre histoire et que l’on pourra incarner. On passe tout simplement d’un personnage à un autre, et on découvre leurs différentes compétences spéciales pour optimiser les attaques, même si le corps-à-corps reste préférable tant certaines attaques à distance manquent de punch. Rei reste le personnage principal du jeu, et on retrouve également, Kokoro, une femme assoiffée de vengeance à cause de la perte de son compagnon et de son enfant,  Sen, une jeune fille qui combat dans le Purgatoire dans l’optique de poursuivre la justice en laquelle elle croît, et Nanana, une humanoïde Revenante au centre du mystère qui entoure nos différentes héroïnes. Tout ce petit monde aura pour mission de nettoyer les différents étages du purgatoire, que l’on parle des Spectres (ennemis de base) ou des Revenants, qui sont des petits boss. Le bestiaire est composé d’anciens êtres vivants, qui souhaitent eux aussi quitter le Purgatoire. Pour sauver sa sœur, Rei devra prendre des décisions et faire des sacrifices pour mener à bien cette quête de résurrection. Si le Purgatoire reste la zone principale du jeu, on aura également accès à la chambre de Rei, sorte de refuge que l’on rejoint après chaque donjon. En plus de quelques activités plus ou moins futiles, la chambre sera l’occasion d’obtenir des Sentiments, en purifiant les Torments accumulés en purgeant vos ennemis. Ces Sentiments vous permettront de récupérer des pièces d’équipement pour booster vos stats. Il faudra donc parfois refaire certains niveaux pour espérer débloquer des objets spéciaux, ce qui pourra être lassant à la longue. Le gameplay aurait mérité d’être un peu plus pêchu : on attaque, on esquive, on utilise la compétence de son gardien… et c’est à peu près tout. Oui, le répétitivité est présente.


TEST : Crystar, bienvenue au Purgatoire (Nintendo Switch) lageekroom


Malgré ses défauts, Crystar parvient à accrocher. Le scénario, poussif durant les premières heures, gagne en intensité par la suite, et l’envie de découvrir le dénouement est au rendez-vous. La direction artistique très chouette du jeu, ainsi que son chara-design, poussent également à continuer et à enchaîner les niveaux, dont certains dégagent une belle ambiance. Visuellement, la Switch montre néanmoins quelques faiblesses (aliasing, frame rate), mais l’ensemble est très satisfaisant et propose de jolis modèles 3D. Autre bon point, la bande-son, qui parvient à faire passer les émotions et propose même quelques thèmes chantés, et les cinématiques, de belle qualité. L’enrobage est au final plutôt bon, et si vous passez outre la répétitivité du titre, l’immersion est au rendez-vous.



Crystar fait partie de ces jeux qui ont autant de qualités que de défauts, mais qui parviennent néanmoins à accrocher, pour peu que l’on soit à l’aise avec les sous-titres anglais. La direction artistique très chouette du titre rattrape ses couacs techniques et la répétitivité de ses décors, la bande-son est excellente, et le scénario donne envie de continuer malgré un système de combat dynamique mais lui aussi redondant. Crystar est un titre accrocheur, mais nous vous conseillons de n’y jouer que par petites sessions, en alternant avec d’autres jeux pour éviter l’overdose. Si vous aimez le genre, vous devriez plonger sans mal dans l’aventure, mais si vous n’êtes pas bien à l’aise avec les action-RPG japonais non traduits, Crystar ne vous fera probablement pas changer d’avis. 


Les + 

  • le chara-design, très réussi
  • la direction artistique
  • ambiance travaillée et immersive
  • un scénario qui monte en puissance
  • la bande-son
  • les cinématiques
  • bonne durée de vie (plus de 20h en ligne droite)
  • un gameplay efficace…

 

Les – 

  • … mais qui manque souvent d’impact
  • pas assez de développement entre les personnages
  • combos assez limités au final
  • un peu d’aliasing, quelques chutes de frame rate
  • la répétitivité globale du titre
  • notamment à cause d’un level design pas très inspiré
  • sous-titres anglais uniquement

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.