TEST : GetsuFumaDen Undying Moon (testé sur Nintendo Switch)

Se lancer dans un titre édité par Konami, on peut dire que ça fait quelque chose. Et alors que certaines licences cultes et très appréciées des fans sont encore et toujours au fond d’un tiroir, c’est GetsuFumaDen qui fait son retour. Sorti en 1987 sur Famicom, le titre n’a jamais quitté le Japon, et il ne fait aucun doute que ce nom ne dira rien à de nombreux joueurs. Nous avons eu la chance de recevoir GetsuFumaDen Undying Moon dans sa version Nintendo Switch, et il temps de vous en parler !


TEST : GetsuFumaDen Undying Moon (testé sur Nintendo Switch)Disons le tout de suite, GetsuFumaDen Undying Moon s’inspire clairement du très bon Dead Cells. On retrouve en effet les principales mécaniques d’un rogue-like, le jeu mélangeant action et plateforme. La mort sera souvent au rendez-vous, le but étant de progresser, de s’équiper au mieux et de recommencer. Votre personnage pourra embarquer 2 armes principales ainsi que 2 armes secondaires (arc, kunai, arme à feu). L’ensemble est assez varié, et le loot a son importance. Fouiner dans les niveaux pour dénicher des coffres sera capital, histoire de ne pas débarquer en slip face au boss de fin de niveau. Mais attention aux ennemis, qui vont devenir de plus en plus coriaces. Tout est aléatoire et pourra changer à chaque partie, que l’on parle de l’agencement des niveaux, du positionnement des ennemis ou du loot.


TEST : GetsuFumaDen Undying Moon (testé sur Nintendo Switch)


On entre rapidement dans le vif du sujet après avoir compris les différents enjeux, et la prise en main se veut assez intuitive. On alterne entre les armes principales et secondaires avec facilité, le tout étant vraiment varié. Que l’on préfère des armes à courte ou longue portée ou à 2 mains (katanas, lances, massues), on pourra trouver son bonheur et enchaîner combos, sauts, double sauts, piétinement ou encore esquive. Ça saigne dans la joie et la bonne humeur, et seule la lourdeur du personnage pourra diviser. Getsu est en effet un peu pataud, et cela se ressent principalement durant les phases de plateforme, avec une latence un peu pénible qui vous fera souvent encaisser des coups. En combat, c’est un peu différent, et cela oblige à une concentration de tous les instants. La lourdeur de notre héros oblige à ne pas foncer dans le tas et à modérer ses coups, la fenêtre de contre étant assez grande pour vos ennemis. Ce manque de vivacité pourra gêner les joueurs en quête de nervosité, qui pourraient bien rapidement s’ennuyer.

Et c’est dommage, car le jeu a de bonnes choses à proposer, et on enchaine les niveaux avec intérêt, avec cette envie d’augmenter les statistiques des armes et du personnage le plus rapidement possible. Visuellement, GetsuFumaDen Undying Moon est assez généreux. C’est le folklore japonais qui est à l’honneur, et le rendu est vraiment très chouette, principalement en ce qui concerne les boss. Le bestiaire est complet et varié (squelettes, fantômes, esprits maléfiques, démons) et fait vraiment son effet. Les arrière-plans sont détaillés, certains effets visuels sont vraiment chouettes, et l’animation n’est pas prise à défaut. En mode portable, c’est malgré tout un peu moins réussi, avec une résolution un peu juste qui entraîne une moins bonne lisibilité. Il faut dire que l’écran est souvent surchargé. Un peu dommage pour un titre qui demande autant de précision. Le direction artistique reste au final excellente, avec des boss immenses et des idées visuelles intéressantes, donnant l’impression d’évoluer dans des peintures d’époque.



Avec GetsuFumaDen Undying Moon, on peut dire que le challenge est au rendez-vous, et le jeu parvient à développer un univers très accrocheur. La direction artistique est très chouette, les boss ont de la gueule, et l’armement est varié et jouissif. Seule la lourdeur du personnage pourra en freiner certains, le jeu manquant au final d’une certaine nervosité. Le titre n’a pas la narration d’un Hadès ou la vivacité d’un Dead Cells, mais parvient à proposer une expérience satisfaisante. L’envie d’y retourner est là, et c’est le principal.


Les +

  • un challenge corsé
  • des combats qui demandent une certaine précision
  • l’esthétique Ukiyo-e très réussie
  • des boss impressionnants
  • bestiaire complet et varié
  • armement varié

Les –

  • personnage un peu pataud
  • une certaine latence dans les sauts
  • parfois trop riche visuellement, entraînant une perte de lisibilité
  • des contrôles pas toujours très précis (sans doute lié aux joy-con)

Petite précision pour les joueurs ayant participé à l’Early Access : voici un résumé des mises à jour réalisées :

  • Ajout d’un nouveau personnage jouable – Getsu Renge
  • Ajout de la difficulté Apprenti pour les joueurs qui désirent moins de challenge
  • Ajout de nouvelles fonctionnalités, comme « Démanteler » et « Augmenter le rang de l’équipement »
  • Ajout du niveau Citadelle inférieure
  • Ajout de nouveaux ennemis dont le boss de la Citadelle inférieure, Daidarabotchi
  • Ajout de la Salle des trésors, qui permet aux joueurs de visualiser les ennemis vaincus
  • Ajout d’une nouvelle arme principale, le Fouet
  • Ajout d’un nouvel art secret, « Weapon Rack Order »
  • Différents ajustements du gameplay, corrections de bugs et améliorations

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.