Avis Manga Kana : Tôgen Anki – La légende du sang maudit (+ press kit)

Grosse sortie du mois de février aux éditions Kana, « Tôgen Anki », de Yura Urushibara, débarque via le label Dark Kana, avec la disponibilité en simultanée des 2 premiers tomes. L’éditeur nous promet un shônen nerveux et sanglant, en témoigne le press kit que nous avons reçu, qui contient une boule anti-stress en forme de goutte de sang, un poster et une poche de sang réchauffante. De quoi nous mettre dans le bain, et il est temps de voir ce que valent ces 2 premiers volumes. C’est parti !


Avis Manga Kana : Tôgen Anki - La légende du sang maudit (+ press kit)Synopsis : Une légende raconte qu’un enfant extrêmement fort serait né d’une pêche et baptisé Momotarô. Lorsqu’il devint assez grand et puissant, ce valeureux guerrier aurait chassé les Oni qui pillaient les villages. Ce héros n’est pas une légende… Tout comme les Oni… Leurs descendants sont encore parmi nous et la bataille opposant le clan Momotarô au clan des Oni fait rage ! Shiki est un jeune garçon au sang chaud. Alors qu’il vient de se faire renvoyer de l’école, il prend conscience qu’il possède du sang de Oni. Le clan Momotarô le cherche et veut l’éliminer. La quête de liberté de Shiki et des autres Oni commence !


Avis Manga Kana : Tôgen Anki - La légende du sang maudit (+ press kit)


Il faut l’avouer, les premiers chapitres de « Tôgen Anki » démarrent de façon plutôt classique. Un enfant adopté traqué par un mystérieux clan, des pouvoirs qui vont rapidement se révéler, et une première baston qui nous donne pas mal d’infos sur les différents enjeux pour bien les comprendre : un petit air de déjà-vu, que l’on parle du récit en lui-même ou encore des idées mises en place. On retrouve dans « Tôgen Anki » un peu de « Chainsaw Man« , une pincée de « Jagaaan » et même des designs rappelant « L’attaque des Titans » (principalement dans le tome 2 avec une héroïne en particulier). Un mélange qui pourrait déranger dans un premier temps, mais le manga de Yura Urushibara va rapidement trouver son identité. Maintenant que notre héros Shiki sait qu’il possède le pouvoir des Oni, il va tout faire pour venger son père. Mais contrôler ce pouvoir fraîchement découvert ne sera pas chose aisée. Concrètement, le sang des Oni possède une forme et une densité qui peuvent être modifiées à volonté. Il suffit de visualiser une image dans son esprit, image qui prendra la forme souhaitée en s’échappant d’une plaie. Cette matérialisation peut être le reflet d’un traumatisme, d’une expérience passée ou tout simplement d’une chose que l’on aime. Mais comment maîtriser ce pouvoir afin de lutter contre ses ennemis sans y laisser sa peau ? C’est tout simple : intégrer une école spécialisée, et bien sûr, faire de nouvelles rencontres !

Le premier tome de « Tôgen Anki » pose des bases vraiment intéressantes, et développe plutôt bien ses personnages. Quelques punchlines sont au rendez-vous, et ça ne se fait pas de cadeau. On pensera par exemple au personnage de Jin, au look vraiment excellent et aux pouvoirs déjà très développés (on en a un bel aperçu dans le tome 2). La jolie Homare semble quant à elle totalement perdue, et ce dès la première épreuve qui attend nos élèves. Mais elle va s’avérer très surprenante, dans une scène visuellement excellente. Les dessins sont globalement très chouettes, et le tome 2 monte d’un cran en intensité visuelle, avec des doubles pages méchamment stylées. Le côté « dark », assez peu prononcé dans le premier tome malgré quelques séquences sanglantes, va bien porter son nom dans le tome 2, qui penche bien souvent vers l’horreur (avec la découverte d’antagonistes sans aucune pitié, qui s’en prennent même aux enfants). Cette montée en puissance fait plaisir, et sortir ces 2 premiers volumes simultanément était une excellente idée. Nous serions restés sur notre faim à la fin du tome 1, mais le fait d’enchaîner sur la suite décuple clairement le plaisir. Quelques vannes bien placées fusent entre les élèves pendant leur première épreuve (on pense parfois également à « Mashle« ), mais le conflit entre les 2 clans revient rapidement sur le tapis.


A lire également : 


Avec ses personnages accrocheurs et un tome 2 qui monte en puissance, « Tôgen Anki » parvient facilement à convaincre. Malgré pas mal d’idées piochées ça et là, le manga de Yura Urushibara parvient à proposer sa propre identité, avec une narration dynamique et des visuels qui claquent. Des débuts prometteurs, qui donnent vraiment envie de découvrir la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.