TEST : Life is Strange True Colors, une belle aventure humaine avec quelques défauts

Développé par Dontnod Entertainment, le premier Life is Strange fut une véritable claque à sa sortie. Avec sa narration maitrisée, son format épisodique qui fonctionnait bien (malgré l’attente entre chaque épisode), ses personnages intéressants et ses thèmes forts abordés, le jeu avait su nous embarquer dans son histoire émouvante. Sa suite, mettant en scène Sean et Daniel, a moins marché sur nous, enchaînant de nombreux clichés malgré quelques séquences sous haute tension. Il y a également eu Before the Storm, préquel du premier jeu et expérience sympathique en 3 épisodes développé par Deck Nine Games. Et c’est ce studio de développement que l’on retrouve aujourd’hui derrière True Colors, dernier opus de la franchise, qui compte bien nous faire revivre les émotions du tout premier jeu. Pari réussi ? C’est ce que nous allons voir.


TEST : Life is Strange True Colors PS5 jeux video lageekroom blog gamingDans Life is Strange True Colors, le joueur incarne Alex Chen, qui vient d’arriver dans la petite ville de Heaven Springs pour retrouver son grand frère Gabe. Elle ne l’a pas vu depuis 8 ans et a été ballottée de foyer en foyer, suite à une situation familiale difficile. Disons le tout de suite, le personnage d’Alex est une belle réussite. Elle est belle, intéressante, sa voix française est de qualité (oui, le jeu est pour la première fois intégralement doublé), et on s’attache rapidement à elle. D’une manière générale, les personnages que vous allez rencontrer sont plutôt bien écrits, et on s’immerge tout doucement dans l’ambiance de Heaven Springs, cette petite ville dont l’économie dépend de l’entreprise Typhon, dont vous allez rapidement entendre parler. La découverte des lieux est accrocheuse, la ville est jolie et la direction artistique nous embarque facilement dans les différentes boutiques, les extérieurs bénéficiant d’un joli choix de couleurs. Certes, cette « zone ouverte » reste petite et cloisonnée, mais on se plait à la découvrir et à terminer les quelques petites quêtes secondaires qui accompagnent le récit principal. Vous vous en doutez, un événement imprévu (et dramatique) va venir chambouler tout ça, et après un premier épisode très calme et posant les bases, l’ensemble va pouvoir décoller.


TEST : Life is Strange True Colors PS5 jeux video lageekroom blog gaming


Ou pas… car malgré quelques rebondissements et 2 derniers épisodes mieux rythmés, l’ensemble reste très (trop) calme, et ne s’emballe jamais vraiment. On sent que les développeurs ont voulu prendre leur temps, nous faire apprécier le voyage sans nous secouer trop fort, mais il ne faut pas oublier de densifier sa narration, au risque de perdre une partie des joueurs en chemin. L’ambiance reste très bonne, aussi bien visuellement qu’en termes de musiques, avec une bande-son une nouvelle fois excellente. On retrouve des artistes tels que Kings of Leon, Dido ou Angus & Julia Stone, et même si la B.O du premier jeu restera inégalée à nos yeux, celle de True Colors se défend bien ! La musique a une place très importante dans le jeu, et Alex nous gratifie même de quelques morceaux chantés à la guitare. C’est beau, apaisant, et on en redemande. Mais revenons-en à nos moutons, et à l’enquête qui attend Alex et ses nouveaux compagnons Steph et Ryan. Il va falloir parler à différents personnages, fouiner (et interagir avec de nombreux objets), et surtout faire des choix. Malheureusement, malgré quelques décisions plus difficiles que d’autres, les choix manquent d’impact et on ne ressent pas forcément cette sensation de doute ou de regret après avoir sélectionné un dialogue qui nous semblait pourtant le plus adapté. On se laisse finalement porter par le récit, sans trop influer dessus, jusqu’à un dénouement final qui ne surprendra pas tout le monde. Mention spéciale malgré tout pour le chapitre 3, qui fait preuve d’originalité malgré certaines longueurs. Au final, le jeu n’est pas extrêmement long et se terminera en 8 à 9h environ en ligne droite. Comptez une petite heure de plus pour le trophée platine, et environ 13h pour tester les différents choix scénaristiques.


TEST : Life is Strange True Colors PS5 jeux video lageekroom blog gaming


Comme dans chaque jeu de la licence, un « pouvoir » est de la partie : Max pouvait remonter le temps de quelques secondes et Daniel utilisait la télékinésie. Alex, quant à elle, peut « ressentir » les émotions des gens. Un pouvoir, ou plutôt une malédiction, qui la suit depuis son enfance et un passé mystérieux que l’on va découvrir. Ce pouvoir d’empathie permet d’entendre ce que ressentent les gens en face d’elle, ce qui débloquera parfois de nouveaux dialogues, mais pourra également avoir des conséquences plus importantes. Lorsque les émotions sont très fortes (colère, joie, tristesse, le tout matérialisé par une aura colorée autour du personnage), Alex pourra littéralement les vivre et y pénétrer, ayant un « aperçu » de ce que son interlocuteur a vécu ou vit à ce moment là. Cela permet de récolter quelques indices, mais influe également sur notre héroïne, qui aura parfois beaucoup à encaisser. Ce qui est dommage, c’est que cette fonctionnalité n’est pas assez exploitée. On sent que le potentiel est là, mais il manque quelques séquences un peu plus marquantes. Pourtant, certains moments sont très réussis, notamment lorsqu’Alex ressent les émotions de la fleuriste de la ville, qui commence à souffrir d’Alzheimer. Alex ressent les doutes, les craintes et les peurs de cette femme attachante et un peu perdue, et voit même le décor changer devant ses yeux… Les murs se fissurent, les visages sur les photos de famille se floutent. La métaphore est réussie et parfaitement mise en image, rendant cette scène très forte. On aurait aimé en découvrir plus de ce genre !


TEST : Life is Strange True Colors PS5 jeux video lageekroom blog gaming


Le pouvoir d’Alex sera néanmoins souvent utile pour se sortir d’une impasse ou découvrir l’indice qui va bien et poursuivre le récit, qui reste au global assez linéaire. Ce qui revient souvent dans le ressenti que nous avons sur le jeu, c’est qu’il est bourré de potentiel mais qu’il ne va pas au bout des choses. C’est dommage, surtout que l’enrobage est réussi ! Nous parlions d’Alex, qui est un personnage que nous avons adoré (et notamment son visage et ses mimiques), mais d’autres sont également très réussis, comme Steph ou encore Charlotte. Tous ne sont pas logés à la même enseigne, et Ryan reste un cran en dessous, tout comme le flic du coin, pas très développé. Du côté des décors, c’est vraiment très chouette, avec des intérieurs détaillés, une mise en scène souvent intelligente (avec de très beaux cadrages) et des extérieurs qui fourmillent de couleurs. Attention toutefois, le frame rate laisse à désirer. Le jeu tourne en 30 images par seconde mais souffre de quelques ralentissements, surtout dans la zone ouverte, que l’on active le ray-tracing ou non (le test a été effectué sur PS5). C’est franchement dommage, surtout que malgré ses nombreuses qualités, le jeu reste parfois basique en termes de textures malgré des animations faciales un cran au dessus des anciens opus. Pour en revenir à la partie sonore, on notera que le mixage a parfois quelques ratés, avec certains bruitages anormalement forts. Et la DualSense dans tout ça ? Et bien mis à part la gâchette gauche qui frétille plus ou moins fort lorsque l’on va déclencher le pouvoir d’Alex, il n’y a pas grand chose à signaler.


TEST : Life is Strange True Colors PS5 jeux video lageekroom blog gaming


Life is Strange True Colors propose une aventure agréable et de bons moments, mais souffre parfois de la comparaison avec le tout premier opus de la saga, supérieur sur bien des points. Si les choix et le scénario manquent d’impact, les personnages rattrapent le tout, et en particulier Alex, une héroïne que l’on prend plaisir à incarner. Joli et coloré, le jeu souffre de quelques couacs techniques (mixage sonore, frame rate) mais propose une belle bande-son et quelques séquences vraiment accrocheuses. On sent quand même qu’il manque un petit quelque chose pour vraiment nous convaincre, comme des choix plus marqués ou encore une vraie exploitation du pouvoir d’Alex. Life is Strange True Colors est un bon titre, mais ne marquera pas les esprits comme le premier opus, qui a décidemment placé la barre bien haute.


Les +

  • belle direction artistique
  • Alex, aussi belle qu’attachante
  • animations faciales nettement plus travaillées
  • les phases d’exploration
  • quelques quêtes secondaires
  • des séquences vraiment accrocheuses
  • et d’autres clairement reposantes
  • belle mise en scène, très beaux cadrages
  • très bonne bande-son
  • VF intégrale, et de qualité

Les –

  • un rythme en dent de scie
  • la trame principale, pas folle…
  • … et parfois tirée par les cheveux
  • des choix qui manquent d’impact
  • le pouvoir d’Alex, pas assez exploité
  • quelques bugs et couacs techniques (chutes de frame rate)
  • le premier Life is Strange a sans doute placé la barre trop haute

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.