TEST : Lost Judgment, une tuerie, tout simplement (testé sur PS5)

Le Ryū ga Gotoku Studio a le vent en poupe après l’accueil chaleureux de Yakuza 7, que ce soit par la presse ou par les joueurs. L’orientation RPG était risquée, mais le jeu a su trouver le bon équilibre, en témoigne notre test publié à sa sortie. Aujourd’hui, point de combats au tour par tour mais de la tatane en temps réel, avec le retour de Yagami dans Lost Judgment, suite de Judgment, lui-même spin-off de la saga Yakuza ? Vous suivez toujours ? Nous avons eu la chance de recevoir une version PlayStation 5 du jeu édité par SEGA et Koch Media, et il est temps de vous livrer notre verdict !


TEST Lost Judgment PS5 Sega blog gaming lageekromNous adorons la saga Yakuza depuis son tout premier épisode sur PlayStation 2, et Judgment fut une excellente surprise à sa sortie en 2019 sur PS4, puis cette année via un remaster plutôt réussi (notre test est à lire ici). On retrouve donc le charismatique Takayuki Yagami (ou Tak pour les intimes), qui va naviguer entre le mythique quartier de Kamurocho (qui n’a jamais été aussi beau) et celui d’Isezaki Ijincho dans la ville de Yokohama, pour les besoin de sa nouvelle enquête. Cette dernière démarre sur une histoire de harcèlement scolaire mais va rapidement dériver sur quelque chose de bien plus dense. L’immersion est une nouvelle fois immédiate, malgré une première mission tuto un peu longuette, et l’ambiance des différents lieux est tout bonnement incroyable.


TEST Lost Judgment PS5 Sega blog gaming lageekrom


On retrouve dans ce Lost Judgment de nombreux personnages du premier jeu, que l’on parle de Kaito ou encore des employés du cabinet d’avocats Genda, mais bien d’autres vont s’inviter à la fête. Une nouvelle fois, les personnages sont nombreux, charismatiques, bien écrits, et chacun trouve sa place dans un récit qui monte en puissance chapitre après chapitre. Harcèlement, vengeance, chantage ou encore trahison font partie des nombreux thèmes forts abordés par le jeu, et l’ensemble accroche dès les premières minutes. Bien évidemment, l’histoire monte d’un cran à chaque nouveau chapitre, faisant intervenir différents gangs et même des hauts placés. Attention toutefois, le rythme du jeu est parfois assez lent. Lost Judgment prend souvent temps pour bien tout expliquer, quitte à proposer des longueurs dans les dialogues. Mais on ne crachera pas sur les explications ou résumés des personnages, tant l’intrigue devient de plus en plus complexe. On s’y croit, on écarquille parfois les yeux lors d’une révélation importante clôturant un chapitre, et on a clairement hâte d’avancer dans l’histoire pour tout comprendre.


TEST Lost Judgment PS5 Sega blog gaming lageekrom


Lost Judgment alterne les phases de jeu, allant de l’exploration aux quêtes principales et secondaires, en passant par la recherche d’indices, du parkour, des courses-poursuites et bien entendu de la bonne grosse baston, sur laquelle nous reviendrons un peu plus tard. Il y a toujours quelque chose à faire, à boire, à manger, à collectionner ou à cogner, sans oublier les réseaux sociaux à surveiller. On croisera des loubards dans les rues histoire de de se dégourdir les poings et le genoux et gagner l’expérience nécessaire à l’achat de nombreuses nouvelles techniques (il y a plus de 180 améliorations). Plus Yagami monte en puissance, plus ses attaques sont jouissives et violentes, et vous jouerez littéralement au bowling avec vos adversaires. Pour enrichir encore un système de combat déjà bien fourni (contres, esquives, attaques en duo), Yagami dispose de 3 styles de combat bien différents : serpent, tigre et grue. C’est le style serpent que nous avons le plus utilisé, avec ses contres et esquives rapides permettant de rapidement s’éclater et de balancer de bons gros coups de pied rotatifs des familles. Si les lascars des rues ne seront que des apéritifs pour vous défouler, certains boss vont clairement vous donner du fil à retordre et vous feront bien mal au corps-à-corps, allant même jusqu’à combattre avec une tronçonneuse. Il faudra donc parfois la jouer tactique, se débarrasser des ennemis plus faibles et se concentrer sur le balèze en lui balançant un vélo ou une poubelle sur la tronche.


TEST Lost Judgment PS5 Sega blog gaming lageekrom


Chaque style de combat dispose de ses propres améliorations, sans oublier celles concernant la jauge de vie ou de boost, et tout ce qui touche au quotidien de notre héros. Il ne faudra d’ailleurs pas oublier de faire le plein de nourriture ou autres boissons pour récupérer de la vie et remplir sa jauge de coup spécial pour balancer des finishs tous plus classes les uns que les autres. La baston est donc une nouvelle fois très accrocheuse et fun, et certains duels vous en donneront pour votre argent en termes de chorégraphie. C’est souvent grave stylé, et on aime ça ! L’immersion a toujours été le point fort de la saga, et on a souvent l’impression de vivre un moment de cinéma. La mise en scène est travaillée, les doublages japonais sont excellents, et les références au septième art sont nombreuses. On s’attache aux personnages, on souffre avec eux, on s’énerve face à certaines injustices, et on n’en sort pas indemne. Le tour de force de Lost Judgment est donc de proposer une histoire riche et mature, mais également de fournir des activités annexes fun et décomplexées pour celles et ceux qui souhaitent se balader dans les différents quartiers. En plus des activités en ville comme le karaoké, le golf ou encore un peu de gaming (la master system chez Yagami, quel pied, sans oublier des tueries comme Fighting Vipers ou Virtua Fighter 5), votre arrivée au lycée vous fera participer à d’autres réjouissances ! On vous laisse découvrir tout ça, mais sachez que la durée de vie est une nouvelle fois excellente. Il faudra compter 25 heures environ en ligne droite et plus de 100h pour terminer le tout à 100% (les défis sont très nombreux et très variés). Continuer l’histoire principale ou faire les magasins et visiter chaque ruelle, à vous de voir !


TEST Lost Judgment PS5 Sega blog gaming lageekrom


Visuellement, Lost Judgment propose de bien belles choses ! C’est en mode performance, en 60 images par seconde, que nous avons kiffé l’aventure. C’est fluide, sans aucun accroc, et les rues de Kamurocho et d’Ijincho fourmillent de détails, de lumières et de reflets. C’est certes plus fin en mode 4K, mais la perte de fluidité est dommageable lors des combats. Et que dire des visages et des regards, incroyables de réalisme, surtout pendant les cinématiques. Tout n’est pas parfait et on retrouve un peu d’aliasing, des visages de personnages secondaires en deçà et quelques soucis de physique lorsqu’un ennemi heurte un objet, mais on pardonne facilement ces défauts face à la générosité du titre. Les musiques sont quant à elles immersives, et n’hésitent pas à balancer quelques riffs de métal quand la tension monte. Certaines séquences parviennent vraiment à coller le stress, et le suspense est parfaitement bien géré. On terminera en précisant que le jeu propose des sous-titres en français !



Lost Judgment est une véritable tuerie, et il est vraiment difficile de bouder son plaisir si on aime la saga Yakuza ou le premier opus mettant en scène notre détective préféré. Malgré un rythme parfois lent et des dialogues qui peuvent trainer en longueur, le jeu prend souvent aux trippes, et nous embarque dans un récit bourré de rebondissements et de personnages charismatiques. Les moments forts et prenants alternent avec d’autres plus légers, et la durée de vie vous en donnera vraiment pour votre argent. Défis ultra nombreux, activités annexes, missions secondaires, scénario principal de plus de 20h, bastons jouissives ou encore visite des magasins et restaurants feront partie de cette aventure accrocheuse, que nous avons dégusté du début à la fin. Quel plaisir !


Les +

  • scénario bien écrit, avec son lot de rebondissements
  • quelle ambiance !
  • des lieux vraiment variés (ruelles de Kamurocho, Ijincho, enceinte du lycée)
  • personnages charismatiques
  • la classe de Yagami et de Kaito !
  • une histoire qui sait être sérieuse, avec des thèmes forts
  • mais également un bon paquet d’activités annexes pour le fun
  • excellente durée de vie
  • les visages, sublimes
  • les voix japonaises
  • sous-titres français
  • la mise en scène, qui réserve de beaux cadrages et des ralentis qui claquent
  • des combats qui tabassent

Les –

  • les phases d’infiltration, scriptées et finalement anecdotiques
  • les filatures et courses-poursuites, pas folles non plus
  • un peu d’aliasing et de flou en mode performance
  • quelques longueurs

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *