TEST : MXGP 2020, que vaut la version PlayStation 5 ?

Les développeurs italiens de Milestone Interactive n’ont pas chômé ces dernières années, avec des titres tels que Gravel, Ride ou encore Moto GP. Mais c’est la licence MXGP qui nous intéresse aujourd’hui, avec une édition 2020 qui vient tout juste de débarquer sur PlayStation 5 ! L’éditeur nous a clairement mis l’eau à la bouche avec les arguments de cette version : 4k dynamique, 60 images par seconde ou encore support de la DualSense seraient au programme. Le résultat est-il convaincant manette en main ?


On précisera pour commencer que le jeu est disponible depuis décembre dernier sur les consoles d’ancienne génération (Xbox One et PS4 donc) ainsi que sur PC. Niveau contenu, on est en terrain connu avec cette mouture PS5, qui propose un mode carrière, dans lequel on choisit son sponsor pour ensuite enchaîner les championnats et gagner de l’expérience, du contre-la-montre, un éditeur de circuits, des championnats ou encore le mode Playground. Ce dernier est en quelque sorte le mode bac à sable du titre, et se déroule dans un très chouette décor norvégien. La map est assez grande et permet de se balader en forêt, en participant à des défis en contre-la-montre ou des courses que l’on confectionne soi-même en plaçant le départ, l’arrivée et des checkpoints. Ce mode est vraiment sympathique pour se faire la main et appréhender le gameplay, même si on pourra regretter qu’il soit impossible d’y jouer en multi local.



Côté gameplay, cette édition 2020 propose 2 modes pour s’adapter à ceux cherchant le réalisme, et les autres préférant l’accessibilité avec diverses assistances. On pourra donc choisir entre la physique standard ou avancée, avec de nombreux réglages à prendre en compte, concernant les suspensions, le rapport de transmission ou encore l’empattement (distance entre les roues avant et arrière qui peut déterminer l’agilité de la moto). A vous de trouver vos meilleurs réglages pour bénéficier de performances optimales. Il faut dire que le gameplay est vraiment bon et que les sensations sont au rendez-vous, surtout en optant pour les vues guidon ou casque. Attention, le jeu reste souvent exigeant, et les circuits vont donneront pas mal de fil à retordre avec leurs virages serrés et des sauts à gérer avec concentration. Les chutes sont au début assez nombreuses, mais on s’y fait tour après tour, et la marge de progression est assez grande. Parfois frustrantes, les premières courses laissent rapidement leur place à des compétitions intenses face à une IA qui fait clairement le job, malgré quelques collisions un peu pénibles. Heureusement, les développeurs proposent une option permettant de rembobiner, à vous de voir si vous comptez la jouer réglo ou non. Les pistes s’avèrent étonnamment variées et se dérouleront en Argentine, en Turquie, en Italie ou encore au Portugal. De quoi varier les environnements ! Forcément, les différents surfaces donneront lieu à des sensations diverses, et les sillons des pneus sur la piste se creuseront de tour en tour. A vous de bien les exploiter pour éviter les gamelles. La météo aura également son incidence, et vous en baverez davantage sous la pluie.

Malgré un contenu finalement classique et un mode carrière sans génie, cette mouture 2020 fait le spectacle et on se prend au jeu. Mais ce qui nous intéresse également aujourd’hui, c’est de voir ce que cette version PS5 a dans le ventre. La nouvelle génération démarre pour le moment timidement, et de nombreux jeux cross-gen sont au rendez-vous. Concernant ce MXGP 2020, nous dirons qu’il fait ce qu’on lui demande. Soyons honnête, le jeu ne fais clairement pas new-gen, mais s’avère très propre et surtout très fluide ! Le frame rate est juste impeccable, et le jeu tourne sans broncher en 60 images par seconde, même lorsque tous les pilotes sont à l’écran ou dans les virages les plus serrés. Cette fluidité fait vraiment plaisir et permet d’optimiser ses réflexes, ce qui n’était pas le cas sur les anciennes versions. Le jeu propose une résolution dynamique jusqu’en 4K pour un rendu très propre. Encore une fois, on reste sur des bases old-gen, à savoir que certaines textures sont plutôt moyennes et qu’il manque quelques effets de lumière pour donner davantage d’identité à certains circuits. Malgré tout, le rendu est très propre et la distance d’affichage reste excellente, avec quelques effets graphiques bien chouettes, comme ces flaques d’eau boueuses au sol. Les animations des pilotes sont très réalistes, et la modélisation des motos au poil. On notera que les temps de chargement sont extrêmement courts, et que la partie sonore est de qualité, avec des bruits de moteur réalistes.

Et la DualSense alors ? Il s’agit d’un point non négligeable de nos tests ces dernières semaines, la manette de la PS5 ayant prouvé qu’elle était capable de proposer de chouettes choses. On citera une nouvelle fois DIRT 5, opus très sympathique mais un peu trop arcade à nos yeux, qui gagne en immersion grâce aux vibrations liées aux différentes surfaces. Du côté de MXGP 2020, le résultat est plutôt convaincant. Si WRC 9 reste à nos yeux le jeu de course exploitant le mieux la DualSense, le jeu de Milestone s’en sort bien, avec des vibrations qui s’adaptent aux surfaces, aux sauts ou dans les virages. C’est une nouvelle fois en couplant ces vibrations avec les vues guidon ou casque que l’immersion monte d’un cran. Les gâchettes adaptatives ne sont pas en reste et proposent une certaine résistance ou des vibrations lorsque l’on est dans les airs. Même si elle ne sera pas l’argument numéro 1 pour justifier de passer sur PS5, la DualSense apporte un petit plus franchement sympathique. Enfin, il sera possible de personnaliser l’équipement des pilotes à l’aide de nombreux objets et 100 marques officielles provenant du monde du motocross. Des objets cosmétiques nombreux donc, auxquels s’ajoutent des répliques de pièces de motos qui permettront d’améliorer les performances de vos bécanes.



MXGP 2020 s’avère solide techniquement dans cette version PS5, avec une résolution dynamique en 4K, un frame rate au top et quelques jolis effets graphiques. L’apport de la DualSense est également un plus, qui renforce une immersion déjà au rendez-vous. On sent malgré tout que cette version 2020 est un opus de transition, et l’ombre des anciennes consoles est encore bien présente. Le gameplay est calé, le jeu est propre et ultra fluide, mais le contenu manque de consistance et le mode carrière s’avère trop classique pour totalement nous emballer. Le potentiel reste bel et bien là, et ne demande qu’à s’exprimer davantage dans une version 2021 que nous attendrons avec impatience. 


Les +

  • excellente fluidité en 60 images par seconde
  • graphismes très propres
  • quelques jolis effets, animations réussies
  • l’ambiance sonore
  • les licences officielles
  • personnalisation des pilotes et des bécanes
  • gameplay plutôt exigeant
  • immersion au poil
  • l’IA qui fait le job

Les –

  • mode carrière ultra classique
  • contenu finalement limité
  • quelques couacs de collision
  • manques quelques effets de lumière ou de particule
  • cette version 2020 reste un épisode de transition

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.