TEST : Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway (PS5)

La série Nickelodeon Kart Racers ne lâche pas l’affaire ! Après un premier épisode sorti en 2018 (et testé sur le blog à cette adresse), le jeu de course a fait son retour deux ans plus tard en 2020 et revient en ce mois d’octobre 2022 avec une nouvelle suite sous-titrée Slime Speedway ! Sur le papier, Bob l’éponge et ses potes semblent plus en forme que jamais, avec du nouveau contenu, de nouveaux pilotes et circuits et même des modes de jeu inédits. Mais manette en main, ça donne quoi ? C’est ce que nous allons voir.


Lorsque nous nous lançons dans un jeu comme Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway, nous ne nous attendons pas à avoir entre les mains un successeur à Mario Kart ou Team Sonic Racing. Nous avons bien conscience que le budget n’est pas le même, et considérons le jeu comme une alternative sympathique aux ténors du genre. Seulement voilà, dans le cas présent, le jeu édité chez nous par Just For Games est vendu 49€99, ce qui place forcément nos attentes à la hausse. Mais les développeurs de Bamtang Games ont semble-t-il mis les petits plats dans les grands, avec un contenu conséquent. Reste à voir si cela suffira à passer à la caisse.


TEST : Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway (PS5)


Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway reprend la formule du tout premier opus que nous avions testé à sa sortie. Vous allez donc participer à des courses en kart, en moto et sur l’eau le temps de quelques sections, en incarnant des personnages tirés des émissions de Nickelodeon comme Bob l’éponge, les Tortues Ninja, Hey Arnold, les Razmoket ou encore Jimmy Neutron. Ce sont plus de 40 personnages qui vous attendent pour se tirer la bourre dans des modes de jeu plutôt variés, en solo, en multi local ou en ligne. En solo, on pourra participer à 10 championnats (jouables en vitesse lente, moyenne, rapide ou démente), à des courses libres (avec choix de la difficulté, du nombre de tour, la présence ou non d’objets et de votre équipe de ravitaillement), du contre-la-montre, des défis et un mode arène plutôt sympathique. Le multi local permet de jouer jusqu’à 4 en écran partagé, tandis le matchmaking et les parties privées sont accessibles en ligne, avec pour le moment bien peu de joueurs.

Chaque personnage que vous pourrez incarner a ses propres caractéristiques (poids, vitesse, accélération, maniabilité, turbo), qui pourront être modifiées en personnalisant son véhicule. De nombreux éléments peuvent en effet être achetés (roues et pots d’échappement), le tout moyennement les jetons de slim glanés durant les courses. Sachant qu’une course permet de rapporter 10 jetons au maximum et qu’un personnage en coûte en moyenne 150 (20 à 40 environ pour les modifications), il va falloir un sacré bout de temps pour tout débloquer ! Vous l’avez compris, le contenu, bien que classique, est au rendez-vous, et il y a de quoi faire.


TEST : Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway (PS5)


Avant de se lancer dans une course, vous devrez choisir un chef et un membre d’équipe. Les chefs ont des compétences variées (on en débloque au fur et à mesure de notre progression), et pourront par exemple attirer les jetons de slime, déclencher un boost, étourdir les adversaires que l’on touche, lancer plusieurs projectiles en arrière ou encore donner un objet d’attaque aléatoire. Il faudra remplir votre jauge de slime pour les utiliser. Les membres d’équipe pourront quant à eux vous faire bénéficier d’un boost aléatoire, vous donner du slime en atteignant un dérapage avancé ou encore vous faire bénéficier d’une invisibilité temporaire. Bref, après avoir choisi l’équipement de votre véhicule, votre chef et votre membre d’équipe, vous serez fin prêt à vous la donner sur les circuits, assez variés et au nombre de 36 ! On retrouve des environnements tirés de l’univers de Nickelodeon, avec des décors enneigés, désertiques ou encore horrifiques. Les découvrir est franchement sympathique, et chaque piste réserve des raccourcis et des embranchements rendant le level design plus dynamique quand dans les opus précédents.

Du côté des objets, c’est assez varié également. Sachez qu’une section « aide » est disponible dans les menus, pour en découvrir l’utilité. Le ballon rebondit sur les murs pour tenter de dégommer un adversaire, le ballon de foot est quant à lui téléguidé, les hamburgers rendent invincibles, la main de Hans masque une partie de l’écran, la bombe-bûche roule et explose, la pastèque élimine les objets d’un adversaire et désactive sa compétence de chef, tandis que le rayon gelant ralentit les adversaires de la zone. Ceci n’est qu’une partie des objets qui vous attendent, et l’ensemble est plutôt bien équilibré (pas de crise de nerfs en perspective). Et puis il ne faut pas oublier l’importance du freinage, qui sert bien entendu à ralentir mais surtout à drifter. Plus le drift est long et plus le boost de vitesse sera important.


TEST : Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway (PS5)
Visuellement, c’est propre et coloré

On vous conseille d’ailleurs d’opter pour la vitesse maximale d’emblée si vous ne voulez pas vous ennuyer ferme. A pleine vitesse, les courses restent sympathiques, surtout si l’on profite des rampes, des half-pipes, des vagues (lors des sections sur l’eau) ou des trampolines pour gagner encore plus de boost en sautant au bon moment. Les différents objets à choper sur la piste sont de type attaque, défense, soutien ou boost. A vous de voir comment vous voulez vous la jouer ! Par contre, attention aux collisions ! Celles-ci sont assez pénibles, et heurter un véhicule adverse ou tout simplement le décor est clairement handicapant, cassant la vitesse. Avec tout ça, on est en terrain connu, et certaines courses sont franchement sympathiques. On ne peut pas dire que le fun soit à son paroxysme, mais le jeu fait clairement le taf (aussi bien pour les petits que pour les grands), et s’avère tout à fait correct le temps de terminer les différents championnats et de se la donner en local.

Néanmoins, et nous en parlions précédemment, le prix de vente est trop élevé à nos yeux. On n’est clairement pas face à un AAA, et même si c’est visuellement très propre, coloré et fluide, il n’y a pas de quoi sauter au plafond. Le pire reste l’ambiance sonore. Les musiques sont vraiment pénibles, et les voix des personnages (censées donner de la vie à tout ça) sont répétitives, agaçantes, et en anglais uniquement… Ces défauts rendent les longues sessions de jeu pénibles, et on en ressort presque avec un bon mal de crâne. On vous conseille donc jouer au jeu par courtes sessions, et de ne pas enchaîner les courses par dizaines.


TEST : Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway (PS5)
La course sur les toits de New-York est vraiment sympa

Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway n’est pas un mauvais bougre, et la série a fait de gros progrès depuis ses débuts il y a 4 ans. Le jeu propose un contenu correct, de nombreux personnages et circuits, et un gameplay simple et efficace (malgré des collisions pénibles). Tout ça est fort sympathique, et on aurait pu pardonner l’ambiance sonore usante et les graphismes propres mais souvent basiques, si le jeu n’était pas vendu aussi cher. A 50 euros en prix de vente (cela peut varier suivant les marchands), on ne peut pas vous conseiller le jeu. A petit prix en revanche, Nickelodeon Kart Racers 3 : Slime Speedway s’avère souvent sympathique, seul ou à plusieurs, et est une bonne alternative aux autres jeux du genre. Patientez un peu avant de vous lancer !


Les +

  • prise en main simple et efficace
  • un roster complet (plus de 40 pilotes), et 36 circuits
  • nombreuses personnalisations
  • 90 membres d’équipage qui donnent des bonus variés
  • du multi en local
  • visuellement, c’est propre et fluide (avec de jolis effets)…

Les –

  • … mais l’ensemble reste souvent basique
  • l’ambiance sonore, pénible
  • voix en anglais uniquement
  • les collisions, mal gérées
  • les personnages à débloquer coûtent trop cher
  • prix de vente trop élevé

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This function has been disabled for Lageekroom.

error: Content is protected !!