Avis Manga Glénat : Ashidaka – The Iron Hero : Tome 1

Après le seinen Centaures, déjà édité chez Glénat, la mangaka Ryo Sumiyoshi est de retour avec le tout premier shônen de sa carrière, elle qui a plus d’une corde à son arc ayant par exemple travaillé sur le design des créatures dans plusieurs jeux de la saga Monster Hunter. Ashidaka – The Iron Hero est donc sa nouvelle œuvre, dont le premier tome est disponible depuis le 16 septembre dernier . Le synopsis prometteur nous a immédiatement fait de l’œil, et il reste à voir si toutes ces bonnes idées se concrétisent dans ce premier tome. C’est parti !


Avis Manga Glénat : Ashidaka - The Iron Hero : Tome 1 blog manga lageekroomSynopsis : Depuis un combat apocalyptique opposant un Dieu et un Démon, l’humanité s’est vue dotée d’une paire de “bras d’acier” supplémentaire et vit sur une Terre infestée de droïdes mécaniques. Parmi eux, ceux qui possèdent plus de deux bras d’acier sont considérés comme des “descendants du démon”, des “multibras” tués ou abandonnés à la naissance. Notre héros, Ashidaka, fait partie de ces derniers, et survit en chassant les droïdes. Passionné par ces créatures et leur customisation, il cultive son talent jusqu’à ce qu’un beau jour, le Démon revienne sur Terre pour bouleverser l’ordre établi… Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur à cette adresse.



L’univers d’Ashidaka – The Iron Hero est impitoyable. On y découvre le jeune Ashidaka et son compagnon Geji, forcés de vivre dans une forêt de débris en marge de la société. Nos 2 héros sont en effet « différents », et possèdent plus d’une paire de bras d’acier (ce sont des multibras) à la différence des humains « normaux » (les monopaires). Considérés comme les descendants du démon, ils chassent les droïdes pour en récupérer des pièces et customiser leurs bras. Malheureusement, tout va être chamboulé par le retour du Démon, qui va s’en prendre aux habitants de la ville et à la mère d’Ashidaka. Cet événement tragique sera le début d’une longue quête pour notre héros. La plupart des multibras sont tués à la naissance, mais Ashidaka a été abandonné par sa mère et recueilli par Geji, qui fait office de grand frère protecteur. Malgré leurs disputes, on sent que leur lien est très fort et que chacun donnera sa vie pour l’autre. Faire équipe ne sera pas du luxe quand on voit les futurs affrontements à venir. Nos 2 héros vivent en marge d’une société qui les rejette, les humains les haïssant sans trop savoir pourquoi, principalement parce que « c’est écrit dans la bible ». Un aspect religieux rapidement mis de côté pour se concentrer sur l’aspect humain du récit, et ce « racisme » envers les personnages « différents » est traité avec justesse par la mangaka. Malgré son enfance difficile, Ashidaka compte bien traquer ses ennemis et réconcilier les peuples. Ce ne sera clairement pas une mince affaire. Ryo Sumiyoshi plonge le lecteur assez rapidement dans l’action mais n’en oublie pas de distiller quelques informations sur un univers qui ne demande qu’à s’enrichir. Sont par exemple évoqués le passé de Geji, le père d’Ashidaka ou encore les différents types de machines (les « catch-arms », adaptés à la capture, ou encore les « hit-arms », des robots ailés beaucoup plus agressifs). On découvre également en fin de tome un groupe de multibras souhaitant détruire le Démon aux cent bras, mais entretenant par la même occasion une forme de haine envers les monopaires, une manière de penser qui dérange un Ashidaka soucieux d’apporter la paix entre les peuples. Le principe de customisation des « arms » est également intéressant et pourrait réserver quelques surprises.

Dynamique, ce premier tome l’est assurément. On entre rapidement dans le vif du sujet et on ne s’ennuie pas une seconde. La narration se veut simple mais efficace, prenant soin d’apporter quelques éléments sur l’univers sans trop en dire. Les personnages sont au cœur du récit, et certains thèmes forts sont abordés avec une grande justesse. Le coup de crayon de Ryo Sumiyoshi est lui aussi dynamique, et le travail sur les visages et les animations est remarquable. Il faut néanmoins avouer que certaines cases sont vraiment chargées, et que la lisibilité en prend parfois un coup. On ne comprend pas toujours très bien ce qui se passe lors de certaines scènes d’action, malgré des illustrations en pleine page de toute beauté. Mention spéciale par contre pour les environnements post-apocalyptiques, très travaillés.


A lire également : 



Ce premier tome d’Ashidaka – The Iron Hero démarre à cent à l’heure, avec des héros rapidement confrontés à une menace qu’ils pensaient disparue. Avec son univers riche et ses personnages bien écrits, ce tome pose des bases solides et commence à distiller quelques informations importantes qui seront sans aucun doute développées dans la suite. Seul bémol : malgré un coup de crayon énergique, le tout est parfois un peu trop chargé, et la lecture en devient un peu confuse. Malgré tout, l’immersion est au rendez-vous et notre héros est déjà attachant. Sa motivation à rassembler les peuples et à se débarrasser du Démon promet du lourd pour la suite.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *