Avis BD Editions Drakoo : Une Histoire de voleurs et de trolls – Tomes 1 à 3 (récit terminé)

L’auteur belge Ken Broeders compte bien nous embarquer dans un univers atypique peuplé de trolls, d’elfes et d’humains ! Le dessinateur nous donne en effet rendez-vous dès cette semaine (le 3 mars très exactement) pour son premier tome de « Une Histoire de voleurs et de trolls« , un ouvrage que nous avons dévoré et qui a su nous faire entrer dans son univers dès les premières pages. Nous avons eu la chance de recevoir la bande-dessinée il y a quelques jours, et il est temps de vous donner notre avis. C’est parti !

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 2, disponible le 30 juin 2021 –

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 3, disponible le 6 avril 2022 –


Avis BD Editions Drakoo : Une Histoire de voleurs et de trolls - Tome 1 lageekroomSynopsis : Le monde dérivant est une terre cachée, peuplée de créatures fabuleuses. Mais les temps y sont troublés depuis que Mère Knosser et son armée de Trolls sont animés d’une fièvre conquérante. Elle engage d’ailleurs Delric Twotter, un elfe voleur, pour dérober un artefact aux pacifiques Domovois. Or les plans de Delric sont chamboulés lorsqu’il tombe sur Ysabeau, une humaine manipulée par une sorcière. Ce duo improbable doit alors faire face à un danger qui menace non seulement le monde dérivant, mais aussi celui des Humains. L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Une Histoire de voleurs et de trolls lageekroom avis bande dessinée


Les 56 pages de ce premier tome passent bien trop vite, tant les débuts de l’histoire de Ken Broeders sont accrocheurs ! Il faut également préciser que le dessinateur belge se fait plaisir, avec une mise en scène digne du cinéma et des illustrations de grande taille bourrées de détails ! Le scénario de « Une Histoire de voleurs et de trolls » est tout ce qu’il y a de plus sérieux, et les trolls de Mère Knosser imposent des taxes de plus en plus lourdes aux différents peuples, obligeant la résistance à se mettre en place. L’oppression de l’ennemi est forte, et les événements sont s’enchaîner brutalement ! Delric Twotter est envoyé par Mère Knosser chez les Domovois pour voler un artefact, mais il va rapidement tomber sur Ysabeau, une humaine manipulée par une sorcière pour venir dérober le même objet. Ysabeau tente de se séparer de l’emprise de la sorcière, le temple explose, elle se retrouve aux côtés de Delric à fuir les lieux, et les Domovois décident d’attaquer les trolls suite à ces événements. Quand on vous dit que les choses s’enchaînent d’entrée de jeu ! On vous laisse découvrir la suite de l’histoire, mais sachez que la sorcière rouge va rapidement faire son retour, et que son plan semble bien huilé. L’univers se met donc en place de façon concrète, et les enjeux sont posés ! Côté immersion, c’est du tout bon, et le duo improbable formé par Ysabeau et Delric fonctionne vraiment bien, et quelques phrases bien placées font sourire. L’humour est en effet bien géré et les caractères de nos héros sont bien différents, mais ce premier tome opte globalement pour un ton sérieux. Les séquences de guerre sont assez violentes, et on comprend parfaitement les enjeux politiques mis en place. De son côté, Ysabeau semble marquée par son passé, qui ressurgit à travers des cauchemars qui semblent bien réels… Le rythme de ce premier tome est en tout cas excellent, et on ne s’ennuie pas une seconde.

Visuellement, comme nous le disions précédemment, c’est très détaillé ! Le découpage est souvent dynamique et fait la part belle à de grandes illustrations la plupart du temps magnifiques, que l’on parle des personnages, de leurs expressions ou des décors. Les détails sont très nombreux, et on remarquera par exemple des petites bestioles dans les environnements, un petit personnage dépité en train de masser les pieds de Mère Knosser ou encore un autre en train de peindre sur un mur à l’arrivée dans la forteresse du clan Knosser. On a du coup envie de s’attarder sur chaque illustration, pour en découvrir tous les secrets. Ce premier tome est également très réussi en termes de couleurs, et les tons chaud du désert tranchent radicalement avec la froideur de la prison. Certes, il faut adhérer au chara-design, certains personnages étant vraiment atypiques, mais l’ensemble est toujours cohérent. Le grand format de l’ouvrage met en valeur le travail réalisé par l’auteur, et l’immersion n’en est que meilleure. Ce premier tome de « Une Histoire de voleurs et de trolls » parvient immédiatement à nous imprégner de son univers. Avec ses personnages travaillés, ses enjeux rapidement expliqués et son action ultra détaillée, l’ouvrage de Ken Broeders nous a beaucoup plu, et l’attente pour découvrir la suite sera longue !


A lire également : 


Une Histoire de voleurs et de trolls tome 2 avis critique lageekroom DrakooUne Histoire de voleurs et de trolls – Tome 2 : après un premier tome très réussi et de nombreuses questions laissées en suspens, nous avions hâte de découvrir le deuxième volume de l’aventure de Ken Broeders, qui on le rappelle en comportera 3, le dernier étant prévu pour 2022. On retrouve dès le premières cases de ce tome notre héroïne Ysabeau, qui fait encore et toujours le même cauchemar. Elle retrouve petit à petit quelques souvenirs, et compte sur l’aide du sorcier rouge pour éclaircir les nombreuses zones d’ombre restantes, et ainsi vaincre la sorcière et sauver sa sœur. Plus facile à dire qu’à faire, d’autant plus que la sorcière prépare son armée, allant même jusque sur Terre pour s’approvisionner en esclaves. Exilée du monde Dérivant depuis plusieurs siècles, la sorcière prépare sa revanche en volant la magie de différents mondes pour revenir plus forte que jamais. Toute ceci est inquiétant, et le sorcier rouge va tenter le tout pour le tout et entrer dans l’esprit d’Ysabeau pour y découvrir son passé. Cette séquence est vraiment intéressante et on s’y croirait, le sorcier rouge se promenant dans les souvenirs d’Ysabeau pour y découvrir son oncle, sa sœur, et son activité de medium. De son côté, Delric part en ville pour y récupérer des caisses d’armes en prévision de la confrontation à venir. De simples fusils, aussi puissants et originaux soient-ils, suffiront-ils à stopper la sorcière et son armée ? Nous verrons bien. Ces scènes en ville sont également l’occasion de découvrir les pourparlers entre l’armée de Durys et le peuple Trolls, représenté par Mère Knosser. Une tentative de paix qui se termine par un duel d’insultes souvent copieuses et qui font vraiment sourire. Les enjeux politiques restent importants malgré ces touches d’humour, et l’auteur n’hésite pas à les développer.

Alors que tout se met doucement en place, la sorcière va profiter d’une brèche pour venir mettre le bousin, dans une séquence d’action qui tue littéralement la tronche, que l’on parle de la taille des illustrations, des détails ultra nombreux ou du choix des couleurs (un combo bleu/orange/vert absolument superbe). A l’image du premier tome, cette suite est magnifique, et le plaisir visuel est présent du début à la fin. On déguste chaque illustration, chaque personnage, sans parler des décors qui nous rappellent les plus grands films de fantasy avec une distance d’affichage qui fait plaisir. L’immersion est une nouvelle fois parfaite : les enjeux sont réels, les personnages sont bien écrits, il y a de l’humour juste comme il faut, et les paysages sont grandioses. Il n’y a qu’à voir le soucis du détail dans la bibliothèque du sorcier rouge, dans l’antre sorcière ou durant la bataille finale pour s’en rendre compte. On pourra éventuellement reprocher au scénario d’être un peu classique, mais le travail sur les personnages rattrape le tout, et le plaisir est là ! Ce tome 2 est encore meilleur que le premier, et nous avons hâte de découvrir le fin mot de cette histoire !


A lire également :


Une Histoire de voleurs et de trolls - Tome 3 avis bande dessiéne Drakoo lageekroomUne Histoire de voleurs et de trolls – Tome 3 : « Ysabeau, Delric et le sorcier rouge entrent via un portail magique dans le monde des humains. Leur but est de retrouver la sorcière Shulam et sa prisonnière  : Robinette, la petite sœur d’Ysabeau. Après quelques péripéties, notre trio parvient à la maison d’Ysabeau. Grâce à la magie, ils trouvent le monde caché de la sorcière. Il s’avère que cette dernière, seule survivante de son peuple, planifie sa vengeance depuis des siècles. Et pour ce faire, il lui faut un corps  : soit celui d’Ysabeau, soit celui de Robinette. En plus de cette épineuse affaire, les différents mondes se déclarent la guerre  : rien ne va plus pour nos héros. Comment parviendront-ils à ramener la paix  et à déjouer le tragique plan de Shulam ? »

C’est un clap de fin pour nos héros avec ce tome 3, qui sera disponible le 6 avril 2022 (soit dans une quinzaine de jours au moment où nous écrivons ces lignes). Nous avons eu la chance de recevoir ce dernier tome avec un peu d’avance, et nous nous sommes une nouvelle fois régalés, même si cette lecture est passée beaucoup trop vite ! Le plan de la sorcière touche à sa fin, et nos héros vont devoir tout tenter pour l’empêcher de mettre le bousin dans les différents mondes. On en apprend beaucoup sur la sorcière, à commencer qu’elle est la dernière survivante des Nornes, choisie et nourrie par ce qu’il restait de leur magie et de leurs connaissances. Les Nornes ont créé le monde Dérivant pour sauver les Elfes, et elles ont été nombreuses à périr, dévorées par la magie nécessaire à la création de ce monde. Mais elles ont été trahies et lâchement assassinées… Shulam étant la dernière Norne encore en vie. Elle a donc préparé sa vengeance, mais le corps mourant dans lequel elle est piégée va devoir être remplacé. C’est là qu’interviennent Ysabeau et Robinette. L’essentiel de ce dernier tome se concentre sur l’arrivée de nos héros dans le monde de la sorcière, laissant en retrait les enjeux politiques mis en place dans le tome précédent. C’est un peu dommage, et on aurait aimé que cet arc soit davantage développé.

La partie concernant nos héros reste heureusement toujours aussi accrocheuse, dynamique et superbe visuellement. Les événements s’enchaînent, de leur arrivée dans le monde des humains aux scènes d’action face à la sorcière. Les couleurs sont très chouettes, et les illustrations bénéficient d’un grand soin, que l’on parle des plans larges ou des visages. C’est toujours aussi classe, même si l’ensemble passe trop vite à nos yeux, avec quelques séquences un peu expédiées. On ne peut pas dire que l’on reste sur notre faim, mais on aurait aimé quelques pages supplémentaires. L’univers de Ken Broeders est en effet très riche, et mérite d’être exploité davantage. Mais avec ses personnages attachants, son rythme qui ne faiblit pas et ses visuels immersifs, « Une Histoire de voleurs et de trolls » reste une bande-dessinée que l’on vous conseille chaudement, à découvrir aux éditions Drakoo !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.