Avis : Entre les mondes de Death Stranding. Créer le lien par le jeu

Hideo Kojima passionne les foules. Que l’on aime ou non le créateur japonais, qu’on l’ait connu à travers le tout premier Metal Gear ou via la démo P.T, chacune de ses apparitions fait parler, et les réseaux sociaux et le web en général ont vite fait de s’enflammer. C’est à l’E3 2016 que Kojima apparaît lors de la conférence PlayStation, et son fameux « I’m back » résonne encore dans nos têtes, après ses déboires chez Konami et l’annulation de Silent Hills. Kojima était venu dévoiler son tout nouveau projet, Death Stranding, un jeu encore mystérieux mais dont le premier trailer donnait déjà le frisson, grâce à sa musique mais également à la présence de Norman Reedus au casting. Death Stranding est sorti en novembre 2019 (un sacré mois qui a également vu débarquer Shenmue III), et il a divisé les joueurs. Une expérience paradoxale, comme l’annonçait le titre de notre test, et c’est aujourd’hui un ouvrage en provenance de l’éditeur Third Editions qui revient sur ce jeu atypique. Nous avons reçu l’ouvrage d’Antony Fournier, et il est temps de vous en parler. 


Avis : Entre les mondes de Death Stranding. Créer le lien par le jeu blog gaming lageekroom KojimaDescriptif de l’éditeur : Death Stranding a marqué un renouveau pour l’auteur Hideo Kojima, resté prisonnier de son immense saga Metal Gear durant trois décennies. Son éviction de Konami lui a permis de fonder son propre studio, Kojima Productions. Death Stranding est le fruit de quatre années de labeur et de sa volonté de toujours faire avancer le médium vidéoludique. Plus qu’un énième jeu post-apocalyptique, plus qu’un jeu d’action, un strand game ou un simulateur de marche, Death Stranding est avant tout l’histoire des relations que l’on entretient avec le monde qui nous entoure, avec le monde que l’on ne perçoit pas toujours, mais aussi avec nous-mêmes. Avec Entre les mondes de Death Stranding. Créer le lien par le jeu, Antony Fournier propose de multiples pistes de lecture autour de cette œuvre foisonnante et singulière, en revenant en détail sur le parcours de Kojima, l’histoire de la création du jeu, son univers complexe ainsi que, bien sûr, son gameplay original et ses thématiques bouleversantes. L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis : Entre les mondes de Death Stranding. Créer le lien par le jeu blog gaming lageekroom Kojima


Parler de Death Stranding avec un an et demi de recul n’est pas forcément chose facile, et les sensations se bousculent dans notre tête. Le jeu de Kojima a su nous toucher grâce à sa narration, ses musiques, ses personnages, ses graphismes et son univers en général. Le travail réalisé par l’équipe de Kojima Productions durant ces 4 années est fou, et entrer dans l’univers de Death Stranding, c’est découvrir une ambiance particulière et un scénario qui tente des choses. Mais le jeu est également long, pénible, souvent frustrant… Qualifié par beaucoup de « simulateur de randonnée », le jeu de Kojima demande de l’investissement et s’avère malgré tout très répétitif. On enchaîne les allers-retours, on livre ses commandes, on revient sur ses pas, en espérant ne pas mourir ou abimer le matériel pour ne pas avoir à tout recommencer. Finalement, on galère pas mal, tout ça dans l’attente d’une nouvelle cinématique ou de l’arrivée d’un nouveau personnage. Mais le sentiment d’accomplissement est bel et bien là, et on s’accroche, on prépare ses expéditions, et on découvre un monde post-apocalyptique vaste et accrocheur. Recommencer le jeu depuis le départ serait par exemple inconcevable de notre côté, et pourtant… l’annonce récente d’une version Director’s Cut à venir sur PS5 nous fait vraiment envie. Paradoxal, une nouvelle fois. Mais que l’on aime ou non le jeu de Kojima, il faut être honnête : Death Stranding est un jeu à part, une expérience comme on n’en vit que rarement dans le jeu vidéo, et le réduire à un simple walking simulator est à nos yeux une erreur. C’est donc avec une certaine passion que nous nous sommes lancés dans l’ouvrage d’Antony Fournier, et comme toujours avec ce genre de livre en provenance de Third Editions, nous avons été servis.


Avis : Entre les mondes de Death Stranding. Créer le lien par le jeu blog gaming lageekroom Kojima


Kojima fait parler de lui ces dernières semaines. Un projet à venir chez Microsoft ? Un lien avec le mystérieux Abandoned, teasée chez Sony ? Le bougre vient, pas plus tard qu’aujourd’hui, de poster des tweet que les internautes s’empressent d’analyser à la recherche d’un indice sur son prochain jeu. S’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives, sous peine d’être déçu, l’attente de la présentation de son nouveau projet est longue. Et Kojima est coutumier de ce genre de jeu de piste, lui qui nous a déjà fait le coup à la sortie de The Phantom Pain, jeu qui cachait en réalité l’arrivée d’un nouveau Metal Gear Solid. Intelligent, maniant la com’ avec brio et également joueur, Kojima a plus d’un tour dans son sac. Découvrir dès les premières pages de notre livre du jour le travail de Kojima, ses débuts chez Konami avec les tous premiers Metal Gear, l’arrivée de l’opus PlayStation qui a marqué les joueurs, la mise en place de P.T., aka Silent Hills, est d’emblée passionnant. L’auteur retrace le parcours de Kojima jusqu’à cette fameuse entrée en scène en 2016 et l’annonce de Death Stranding, lors d’une conférence qui a marqué les esprits, avec des jeux présentés comme God of War ou encore Days Gone. On pourrait presque dire que c’était la bonne époque ! Après cette mise en bouche, le livre d’Antony Fournier entre dans le vif du sujet, à savoir l’univers de Death Stranding. Et des choses à dire, il y en a un paquet, tant le jeu de Kojima est dense et parfois complexe ! On découvre donc le monde de Death Stranding, ses personnages, le « BB » qui nous accompagne, ce que sont la grève, le monde des morts ou encore les échoués. C’est passionnant, et on découvre de nombreux détails qui nous avaient échappé durant le jeu. Ce chapitre occupe une place importante de l’ouvrage, et il y a beaucoup à en dire. On découvre ou redécouvre qui est qui, qui fait quoi, le passé de chacun et si un avenir est encore possible… Nous restons volontairement vagues pour ne rien vous spoiler, car de nombreux joueurs n’ont pas encore franchi le pas. Et l’arrivée du jeu sur PS5 pourrait être la bonne occasion !


Avis : Entre les mondes de Death Stranding. Créer le lien par le jeu blog gaming lageekroom Kojima


La lecture est fluide et vraiment intéressante, et permet de comprendre de nombreuses choses liées à l’histoire. Complexe, le scénario n’est pas toujours facile à suivre en cours de jeu, et ce long chapitre permet de se replonger totalement dans le récit. Puis vient le chapitre consacré au décryptage et à l’analyse de l’œuvre de Kojima. Une nouvelle fois, il y a beaucoup à en dire, que l’on parle des thèmes abordés ou de cette volonté de Kojima de mettre en avant l’entraide entre les joueurs. Death Stranding nous parle d’humanité, de politique, de souffrance mais également d’espoir, et les thématiques sont nombreuses, qu’elles soient issues du cinéma ou de la littérature. Death Stranding est un jeu que l’on vit, à travers ses visuels, ses personnages, sa musique (que l’on écoute très régulièrement), mais son interprétation n’est pas toujours facile. Le travail réalisé par Antony Fournier est de ce côté là très intéressant, et le jeu a beau être une fiction, il n’en reste pas moins une sorte de miroir de notre société. L’auteur revient sur les thématiques fortes du jeu et partage avec nous ses sensations… Et c’est tout aussi intéressant que le jeu lui-même. On terminera avec un mot sur la couverture de l’ouvrage, tout du moins celle de l’édition classique. Le rendu est excellent, avec des lettres dorées et en relief, et, cerise sur le gâteau, les traces de main du « BB » qui s’illuminent dans le noir. Assurément une des plus jolies couvertures de l’éditeur.


A lire également : 


Oui, Death Stranding est une œuvre qui divise, et nous les premiers. On a aimé le jeu de Kojima de tout notre cœur, mais il s’est également avéré frustrant, énervant, à tel point que nous avions failli l’abandonner à plusieurs reprises. Et découvrir l’ouvrage d’Antony Fournier donne envie d’y retourner. Masochistes, nous ? Non, tout simplement happés par l’univers créé par Kojima et ses équipes, que notre ouvrage du jour décrypte et analyse avec justesse. Découvrir « Entre les mondes de Death Stranding. Créer le lien par le jeu », c’est replonger dans l’univers du titre, mais pas que. L’ouvrage permet d’en saisir les moindres recoins, de se rafraîchir la mémoire et de se remettre en tête les moments marquants de cette aventure atypique. La genèse du jeu, le soutien de Sony, les influences, le décryptage des personnages et du scénario, les thématiques abordées : tout ou presque est analysé dans le bouquin d’Antony Fournier, qui s’avère clairement indispensable pour les joueurs ayant découvert le jeu. Quant à ceux n’ayant pas encore eu l’occasion de le faire, foncez, accrochez-vous, prenez du plaisir, énervez vous ! Et une fois fait, foncez lire le bouquin !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.