Avis Manga Kana : Gamaran, Le Tournoi Ultime – Tome 8

Le tournoi commence enfin ! Disponible depuis le 9 avril dernier, le tome 8 de « Gamaran, Le Tournoi Ultime » entre dans une nouvelle phase, et les guerriers ayant survécu jusque là vont pouvoir s’affronter sur l’île des déportations, également surnommée la « Prison d’Asura ». Nous aimons beaucoup cette série de Yosuke Nakamaru éditée aux éditions Kana, et nous nous sommes plongés dans la lecture de ce nouveau volume dès sa réception. Verdict ?


Avis Manga Kana : Gamaran, Le Tournoi Ultime – Tome 8 blog manga lageekroomSynopsis : La phase principale du tournoi débute sur l’île des déportations surnommée la « Prison d’Asura ». L’adversaire d’Iori est Kitarô Mashima de l’école Myôjin, qui a un passif à régler avec lui. Kitarô est le frère aîné de « Sasuke et sa Beninuki », une des Quatre Lances divines, tué au cours du tournoi Unabara. Il a juré de le venger et assaille Iori telle une bête sauvage… Ce tome 8 est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Kana : Gamaran, Le Tournoi Ultime – Tome 8 blog manga lageekroom


Lorsque l’on se lance dans un nouveau tome de « Gamaran, Le Tournoi Ultime », on s’attend forcément à assister à des combats aussi violents qu’impressionnants. Et pourtant, le tome 7 laissait l’action de côté pour se concentrer sur les personnages et les enjeux politiques du tournoi à venir. En coulisses, c’est une lutte entre le gouvernement dirigé par le shogun et le fief de Suruga (qui cherche à le renverser) qui a lieu. Pour faire simple, le shogunat a peur de Tadaie Hiramatsu, un guerrier à la puissance colossale, qui n’est autre que le frère cadet du shogun. Ce dernier veut donc profiter du tournoi pour le faire assassiner « à la loyale ». L’histoire est plus profonde qu’il n’y paraît, et certains continuent de tirer les ficelles. Après cette mise en contexte et ces différentes explications, nécessaires donc pour bien saisir les enjeux du récit, place aux combats ! Iori et tous les autres combattants viennent en effet de débarquer sur l’île des déportations, et les affrontements vont pouvoir commencer. Les combats sont prévus pour se dérouler en un contre un, et les participants sont séparés en deux groupes de douze, un à l’est et l’autre à l’ouest. Iori fait équipe avec Ran, toujours aussi motivée à prouver qu’elle a sa place dans ce tournoi. Nos 2 héros vont rapidement croiser Kitarô Mashima, qui va donner du fil à retordre à Iori. Les 2 combattants ont un passif, et c’est la vengeance qui anime Kitarô. Ce personnage, dont on explique l’histoire avec son frère, est vraiment très intéressant et s’avère plus original qu’à l’accoutumée, avec son caractère… comment dire, plutôt spécial. On apprécie une nouvelle fois le travail réalisé sur le passé des personnages, qui permet d’en savoir plus et de comprendre leurs motivations.

Ce combat occupe les 3/4 du tome, et il s’avère vraiment prenant et dynamique. Comme toujours, les coups sont accompagnés de commentaires explicatifs (parfois pas forcément utiles) de Iori et de son adversaire, détaillant les différentes actions. Et on peut dire que Iori en bave sacrément, face à cet adversaire plus que motivé et presque « possédé ». C’est beau et nerveux, et on retrouve des illustrations bien classes, comme toujours dans la série, la lisibilité étant au rendez-vous. Le mangaka parvient toujours à faire monter la tension et la puissance des coups sans en faire trop, pour que l’ensemble reste réaliste. Le tome s’achève sur un tout nouveau combat, qui sera capital en termes d’enjeux. Nouveaux personnages, nouvelles techniques : le tome 9 s’annonce explosif.


A lire également : 


Ce tome 8 de « Gamaran, Le Tournoi Ultime » repart de plus belle dans l’action avec le début de ce tournoi tant attendu. C’est toujours aussi beau et dynamique, et notre héros Iori est en bien mauvaise posture. Après un tome 7 plus axé sur l’histoire et les enjeux, on retrouve donc cette action débridée et stylée que l’on aime tant, et la suite du tournoi s’annonce encore plus intense. Réponse dans le tome 9, à venir le 9 juillet prochain aux éditions Kana.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.