Avis Manga Kazé : Jagaaan – Tome 11

C’est ce mercredi que sera disponible le tome 11 de Jagaaan aux éditions Kazé. Le temps passe vite, et l’histoire de Jagasaki continue son chemin, avec un nouvel arc narratif entamé dans le tome précédent. On sait à quoi s’attendre avec la série de Kensuke Nishida et Muneyuki Kaneshiro, et nous avions hâte de voir où les auteurs allaient bien pouvoir nous embarquer. Avons-nous été une nouvelle fois conquis ? C’est ce que nous allons voir !


Avis Manga Kazé : Jagaaan – Tome 11 blog manga lageekroomSynopsis : L’ennemi de mon ennemi… Le masque est tombé et l’identité du Seigneur de Deader Land révélée : Chiharu ! Ce dernier, uniquement guidé par ses désirs égoïstes, a choisi de sauver Yukimaru d’une mort certaine et de se rallier à Jagasaki. La reine des Crapadingues éliminée, il ne reste plus qu’à faire tomber Norman ainsi que ses deux acolytes et à trois contre trois, le combat s’annonce désormais plus équilibré. Mais c’est compter sans Airi et sa volonté de retrouver Jagaaan !


Avis Manga Kazé : Jagaaan – Tome 11 blog manga lageekroom


On sait en se lançant dans chaque nouveau tome de Jagaaan qu’on en aura pour notre argent. Sexe, baston, réflexions sur la vie : le cocktail habituel répond présent, et ce tome va clairement au bout des choses. C’est une toute nouvelle alliance qui se forme dans ce tome, et nous allons assister à un duel au sommet digne d’un jeu vidéo de baston : un 3 vs 3 ! On retrouve d’un côté la team Jagaaan composée de notre héros, de Chiharu et de Yukimaru, et de l’autre côté la team Noface composée de l’Ogre Noir, de Pino et de Noface lui-même. Un affrontement prometteur donc, qui va accueillir une invitée de marque : Airi. Cette dernière, qui est depuis quelques temps à la recherche de Jagaaan (ce qui va la mettre dans une situation plus que  délicate avec un « faux Jagaaan »), va rejoindre le petit groupe pour tenter de faire tomber un Noface qui compte bien percer en politique. Avec sa volonté de créer une armée de semi détraqués, dont il estime qu’ils sont indispensables à l’épanouissement du monde à venir, Noface est en train de rallier la population à sa cause et en profite pour se mettre la police dans la poche. De nombreux politiciens véreux sont également de mèche, et Jagaaan et sa team vont tout faire pour les faire tomber et les décrédibiliser aux yeux de la population, et bien entendu leur faire la peau. Mais l’entente entre Jagaaan et Chiharu n’est pas simple, l’un voulant buter l’autre, ce qui donne lieu à des séquences qui gèrent l’humour à la perfection.

L’humour est donc au rendez-vous, et certaines scènes particulièrement osées et explicites sont de la partie, comme lorsqu’Airi (toujours en plein questionnement sur sa condition de femme, elle qui était un homme auparavant) doit mettre en avant ses atouts pour détourner l’attention d’un politicard gras et transpirant en lui faisant certaines faveurs. Airi a également développé certains pouvoirs, et peut désormais prendre l’apparence des personnes qu’elle a assimilées, action que l’on découvre lors de la tentative de viol de son agresseur se faisant passer pour Jagaaan. L’action est également au rendez-vous, et ce tome 11 est particulièrement rythmé, notamment lorsque la team Jagaaan met son plan à exécution. Les séquences s’enchaînent et on passe d’un personnage à un autre sans jamais se perdre. La narration est fluide et les dessins de Kensuke Nishida toujours aussi kiffants, avec des illustrations qui claquent et des visages très expressifs. Une chouette noirceur se dégage de certaines cases, faisant une nouvelle fois de Jagaaan un ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains.


A lire également : 


Nous en sommes déjà au tome 11 de Jagaaan et on ne se lasse toujours pas des aventures de Jagasaki. Toujours aussi rythmé, ce nouveau volume nous balance une bonne dose d’action en pleine tronche, sans oublier une pincée d’humour, quelques scènes de sexe assez explicites et parfois dérangeantes et un brin de philosophie sur la vie, le désir ou encore la mort. Le coup de crayon nerveux et détaillé de Kensuke Nishida fait mouche, tandis que le scénario de Muneyuki Kaneshiro parvient à nous accrocher en étant une nouvelle fois efficace. Jagaaan est toujours une belle réussite en provenance de chez Kazé, et il nous tarde de découvrir la suite. 


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.