TEST : Hitman 3, la trilogie s’achève avec classe !

Malgré un format épisodique qui avait divisé à sa sortie, le reboot d’Hitman en 2016 avait su nous convaincre, tout comme sa suite en 2018 testée sur le blog à cette adresse. La trilogie d’IO Interactive va donc pouvoir se conclure en ce début d’année 2021 avec un Hitman 3 particulièrement attendu de notre côté. Le résultat est-il à la hauteur de nos attentes ?


TEST : Hitman 3, la trilogie s'achève avec classe ! PS5 blog gaming lageekroomPour les deux du fond qui débarquent, précisons en quelques mots en quoi consiste la saga Hitman. Il s’agit d’un jeu d’infiltration dans lequel on incarne l’agent 47, un assassin qui doit remplir ses contrats en faisant la peau à une ou plusieurs cibles dans des zones plus ou moins ouvertes. Mais n’ayez pas peur d’être perdus dans un concept bac à sable comme on en voit trop souvent, car le jeu sait également tenir le joueur par la main juste comme il faut, le rendant accessible à tous les profils. Les joueurs souhaitant être un minimum guidés pourront donc suivre des « opportunités », qui sont des cheminements davantage scriptés permettant d’accomplir sa mission en suivant divers objectifs. Différentes opportunités sont à débloquer dans chaque mission, et ce sera au joueur de les suivre ou de les ignorer, surtout si on préfère découvrir la map et toutes les possibilités par soi-même.


TEST : Hitman 3, la trilogie s'achève avec classe ! blog gaming lageekroom


Car si Hitman 3 sait être dirigiste, et qu’il peut se terminer assez rapidement en ligne droite, le jeu prend tout son sens dès que l’on commence à fouiner un peu partout. Chaque environnement (il y en a 6 en tout) propose un level design différent, et les zones sont plus ou moins cloisonnées. La mission 2 vous permet par exemple d’enquêter sur un étrange suicide dans une grande bâtisse, pour se rapprocher plus facilement de votre cible. Un esprit Sherlock Holmes vraiment sympathique, qui tranche avec d’autres missions dans lesquelles les PNJ sont bien plus nombreux et les possibilités de tuer bien plus riches. Car oui, le but du jeu reste de se débarrasser de ses cibles, voire même des gardes ou des témoins gênants. Il n’est évidemment pas conseillé de tuer des innocents, mais des dommages collatéraux sont à envisager. Différentes armes (voire objets) sont à récupérer pour varier les plaisirs, et un petit appareil photo permet de déverrouiller certains accès ou d’analyser certains détails. Découvrir toutes les possibilités offertes dans chaque niveau est un réel plaisir, et de nombreux défis renforcent encore la durée de vie (tuer de telle façon, ne pas se faire repérer, découvrir tous les lieux ou certains objets clés). On pourra même recommencer un contrat en choisissant une entrée différente sur les lieux, une tenue spécifique ou encore de planquer des armes dans des endroits précis pour aller les récupérer. On prend donc son temps, on analyse, on écoute les différents personnages pour choper des indices ou des codes d’accès. L’immersion est clairement au rendez-vous, et il sera même possible d’opter pour l’action et les fusillades, même si le jeu est moins à l’aise lorsqu’il s’agit de faire parler la poudre ou quand les QTE s’invitent à la fête.


TEST : Hitman 3, la trilogie s'achève avec classe ! blog gaming lageekroom


Les environnements sont variés et chaque mission possède sa propre identité. On voyagera de Dubaï à la Chine en passant par Berlin sans aucune sensation de redite, aussi bien en terme de level design que de visuel. Découvrir chaque environnement est toujours un plaisir, et terminer une mission ne sera que le début. Malgré tout, la formule initiée en 2016 peut montrer certaines limites, en ce qui concerne les objets avec lesquels interagir, l’IA ou encore la liberté globale de certaines zones. Hitman 3 propose une IA qui fait le job, mais qui peut également être à côté de la plaque. Un ennemi pourra soudainement s’en prendre à vous alors que vous avec piqué et enfilé la tenue adéquate, tandis qu’un garde vous oubliera parfois un peu trop vite. Mais ces quelques couacs n’entachent en rien le plaisir de découvrir et de tester toutes sortes de choses pour empoisonner, étrangler ou poignarder une cible. Il est même possible de créer ses propres contrats et de les partager avec la communauté, histoire de relancer le jeu régulièrement. Du côté des défauts, on citera également le scénario, finalement pas si accrocheur. La narration manque de peps, et les cinématiques ne sont pas toujours très réussies. Malgré tout, le fait de pouvoir accéder à toutes les missions de la trilogie via le menu principal (à condition de posséder tous les opus bien entendu) fait de cette nouvelle salve de jeux Hitman une trilogie plutôt solide. Ajoutez à cela des modes de jeux complets (Contrats, Cibles Fugitives, Escalades) et vous obtenez une durée de vie au dessus de la moyenne, surtout pour terminer le jeu à 100%. On notera également que quelques bugs gênants nous ont forcés à revenir à des checkpoints précédents, comme des scripts qui ne se déclenchent pas.


TEST : Hitman 3, la trilogie s'achève avec classe ! blog gaming lageekroom


Visuellement, ce Hitman 3 est une réussite. Le moteur graphique du studio fait des merveilles dès que la foule est présente, et le jeu est toujours parfaitement fluide. En plus d’être variés, les décors fourmillent de détails, de reflets ou d’effets de lumière. Le jeu tourne en 60 fps sur consoles, mais la version PS5 (reçue pour notre test) n’est qu’en 1800p, là où le jeu tourne en 4K sur Xbox Series X. La différence n’est pas flagrante, mais nous savons que ce genre d’information en intéresse certains d’entre vous. Chaque découverte d’un nouveau niveau est en tout cas un chouette moment, et déambuler en Chine sous la pluie ou dans les rues de Berlin est clairement immersif. Le dépaysement est total, et le plaisir de découvrir chaque lieu au rendez-vous, surtout que les zones sont nombreuses. Et comme il est possible de débloquer de nombreux événements en fouinant, l’envie de parcourir les différentes map est au maximum.


A lire également : 



Hitman 3 conclut la trilogie avec talent, même si certains défauts du reboot de 2016 sont toujours présents. On râlera parfois contre une IA pas toujours au top, un scénario pas fou ou contre des scripts qui foirent, mais l’immersion et l’atmosphère proposées par les différents lieux fera la différence. Que l’on ait envie de fouiner ou de se laisser guider par des cheminements bien fichus, on trouvera forcément son bonheur. Mais le réel plaisir sera de découvrir les zones en profondeur, d’analyser le comportement de nos cibles et des PNJ, et de faire preuve d’inventivité pour arriver à ses fin. La rejouabilité est énorme, les défis nombreux, et chaque zone propose des événement inédits. Cet opus reste donc une valeur sûre, et il faudra maintenant que les développeurs fassent évoluer leur formule, pour éviter une certaine redondance. Peut-être avec leur futur jeu James Bond ?


Les +

  • destinations variées aux atmosphères bien différentes
  • la liberté globale offerte par le jeu
  • des cheminements davantage scriptés pour se laisser guider
  • rejouabilité excellente
  • level design varié et cohérent
  • immersion au top
  • visuellement très chouette, et toujours fluide
  • PNJ nombreux, qui vaquent à leurs occupations
  • la classe de l’agent 47
  • une VO qui fait le job et une ambiance sonore vraiment classe

Les –

  • quelques bugs d’IA ou scripts qui foirent
  • certaines animations sont encore un peu raides
  • l’action en deçà, qui manque de punch (même si ce n’est pas le but premier)
  • scénario moyen
  • des cinématiques pas forcément jolies

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.