Avis manga Ki-oon : Le Palais des Assassins – Tome 1

Série en cours au Japon depuis 2021 dans les pages du magazine Gekkan! Spirits des éditions Shogakukan, « Le Palais des Assassins » est arrivé chez nous début février aux éditions Ki-oon. Si le manga signé Tabasa Iori vous rappelle l’excellente série « Les carnet de l’apothicaire« , c’est tout à fait normal, son récit se déroulant dans le même contexte, à savoir l’Histoire des cours impériales. Nous avons eu la chance de recevoir le premier tome, et il est temps de voir s’il est parvenu à nous happer. C’est parti !


Synopsis : Karin vient d’entrer comme apprentie servante au quartier des femmes du palais impérial. Dans ce lieu à part, elle espère réaliser son vœu de toujours : se faire des amies ! Fille du haut fonctionnaire le plus craint de l’empire et considérée comme le bras armé de son conspirateur de père, elle a toute sa vie vécu isolée. Même si elle est experte dans l’art de l’assassinat, elle n’aspire qu’à une vie normale ! Pourtant, les efforts qu’elle fournit pour se rapprocher de ses camarades sont vains, car la peur qu’elle inspire fait d’elle une paria… Un soir de tempête, alors qu’elle est au bord du désespoir, un garçon s’approche pour lui offrir son parapluie avant de disparaître… Ce n’est autre que l’empereur lui-même ! Ce geste d’amitié inattendu redonne courage à la jeune fille, qui jure de prouver sa reconnaissance. L’occasion ne tarde pas : elle débusque un assassin infiltré qui cherche à atteindre le petit monarque et l’élimine grâce à ses talents cachés ! Tant de gens veulent la perte du souverain… mais Karin se promet de le protéger dans l’ombre !



À de nombreux moments, « Le Palais des Assassins » nous a fait penser aux Carnets de l’apothicaire, mais il serait dommage de le réduire à cette comparaison, le récit nous faisant découvrir des personnages déjà intéressants, à commencer par notre jeune héroïne Karin. Cette dernière, qui vient d’entrer comme apprentie servante au quartier des femmes du palais impérial, ne pense qu’à une chose : se faire des amies. Seulement voilà, tout le monde la craint, et pour cause : elle est la fille du haut fonctionnaire le plus craint de l’Empire, et toutes ses camarades craignent qu’elle leur fasse du mal. Difficile de s’intégrer dans un contexte pareil, et Karin se retrouve isolée. Un soir, alors qu’elle est totalement résignée sous la pluie, un jeune garçon s’approche d’elle et lui tend son parapluie. Elle découvre qu’il s’agit de l’Empereur, seule personne ayant eu jusqu’à maintenant un geste envers elle. Elle décide de ne pas baisser les bras, mais va tomber sur une mystérieuse tueuse, venue s’en prendre à l’Empereur. Les capacités uniques de Karin vont lui permettre de se débarrasser de la menace, et elle va décider de protéger l’Empereur.

Différentes intrigues se mettent en place dans ce premier tome, dans lequel il est question de lutte pour le trône (le jeune Empereur Gyosei, a été intronisé à l’âge de dix ans, après les assassinats de ses deux demi-frères) ou encore d’ascension dans la hiérarchie qui régit la cour intérieure, des servantes aux intendantes en passant par les cheffes ou les simples dames de compagnie. Tout ceci est bien expliqué, et on se laisse embarquer dans cet univers toujours aussi intéressant. Encore une fois, le manga va être comparé aux Carnets de l’apothicaire, et c’est tout à fait normal, mais les 2 œuvres ont leur place à nos yeux, et même si « Le Palais des Assassins » démarre de façon un peu plus timide, le résultat est de bonne facture. Certaines touches d’humour marchent bien, notamment en lien avec Karin et sa bouille pas possible (avec ses grands yeux noirs et ses dents pointues), et ce paradoxe entre sa volonté d’être comme les autres (et se faire des amies) et ses aptitudes au combat. Visuellement, c’est détaillé et immersif, avec un très beau travail sur les costumes, mais cela manque un peu d’environnements à nos yeux. Les personnages sont quoi qu’il en soit nombreux, et certains tirent déjà les ficelles. Les bases de ce premier tome sont donc solides, et il reste à voir comment le récit va développer ses différents arcs narratifs. Nous sommes curieux de le découvrir.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This function has been disabled for Lageekroom.

error: Content is protected !!