Avis Urban Comics : Batman Death Metal – Tome 1

Le premier tome de Batman Death Metal vient tout juste de débarquer chez Urban Comics, le 28 novembre dernier très exactement. Les auteurs Scott Snyder et Greg Capullo poursuivent la saga Justice League Doom War (après un épilogue vraiment classe) dans un univers contrôlé par le Batman Qui Rit. Mais ce dernier a-t-il réellement gagné la bataille ? C’est ce que nous allons voir !


Avis Urban Comics : Batman Death Metal - tome 1Synopsis : La victoire du Batman Qui Rit est désormais totale. Seigneur d’une Terre cauchemardesque, transformée à son image grâce aux pouvoirs de la mère du Multivers Perpetua, il tient les héros survivants à sa merci et semble avoir anéanti toute résistance. Toute ? Dans l’ombre, le véritable Batman poursuit la lutte, bataille après bataille, contre l’oppresseur, alors que Wonder Woman, devenue cerbère des Enfers, rêve de renverser le tyran une bonne fois pour toutes. C’est à ce prix que l’espoir renaîtra de ses cendres… L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Urban Comics : Batman Death Metal - tome 1


Avant toute chose, sachez que le tome que nous avons entre les mains concerne la phase 4 de la saga Metal de Scott Snyder. Plusieurs ouvrages devront donc être lus avant de vous lancer dans ce premier tome de Batman Death Metal comme les 3 tomes de Batman Metal, le récit complet Le Batman Qui Rit, Justice League – Doom War, Le Batman Qui Rit – Les infectés mais surtout Justice League – Doom War Epilogue. Se lancer directement dans Batman Death Metal risque fort de vous perdre dès les premières pages (en d’autres termes, vous n’allez pas comprendre grand chose), tant Scott Snyder est en roue libre et donne tout ce qu’il peut ! L’auteur fait équipe avec Greg Capullo et James Tynion IV, notre trio fan de Batman s’en donnant à cœur joie dans un récit qui explose d’ambition et d’imagination, mais qui s’avère parfois confus. La phase finale est donc en marche, et les multiples intrigues vont s’entremêler dans un déluge de fan service qui va durer 4 tomes. Ce premier démarre en tout cas de chouette manière et pose les premières bases d’une aventure en totale roue libre.

Ce premier tome contient donc les 3 premiers numéros de Batman Death Metal, mais également le très important one-shot Dark Knights : Death Metal – Legends of the Dark Knights #1 qui nous explique comment nous en sommes arrivés à ce monde dirigé par le Batman Qui Rit, cauchemardesque et à son image grâce aux pouvoirs de Perpetua. Cette dernière puise son énergie dans les mondes en crise dans le multivers noir, et il sera bien difficile de l’anéantir. Mais le Batman Qui Rit n’a pas encore gagné, et Batman organise la résistance tandis que Wonder Woman va tenter de son côté de ramener le multivers comme il était. C’est malgré tout un joyeux bordel tout ça, et Snyder se lâche complètement en faisant intervenir de nombreux personnages dans des séquences souvent barrées. On peut dire qu’on ne s’ennuie pas une seconde à la lecture de ce premier tome, aussi généreux que peut l’être une histoire racontée par un enfant, qui fait intervenir tous ses héros préférés. Le rythme est soutenu et de nombreux rebondissements sont de la partie, mais quelques textes un peu longuets viennent parfois casser le rythme. Rien de bien grave, et on découvre rapidement de nouveaux personnages tous plus originaux les uns que les autres, comme Batmanasaurus Rex ou encore le Dragon Joker, ainsi que de nombreuses références à la musique. Pas sûr que ce genre de délire plaise à tous les lecteurs…

Visuellement, ce premier tome est tout bonnement excellent. Extrêmement généreuses en détails, certaines illustrations font la part belle aux personnages et à des affrontements qui claquent. Les couleurs éclatantes tranchent avec certaines pages plus sombres, et l’univers post-apocalyptique qui se dévoile page après page est clairement un plaisir coupable. Une nouvelle fois, les auteurs sont en roue libre et laissent place à leur imagination, s’amusant à nous présenter un monde ravagé et peuplé de nombreux Batmen maléfiques, pour un résultat qui claque mais qui pourrait en laisser quelques-uns perplexes. Le tome se termine avec de nombreuses illustrations alternatives, toutes plus belles les unes que les autres.


A lire également : 


Ce premier tome de Batman Death Metal pose des bases solides, et on sent que les auteurs veulent tout donner. Il en résulte une énergie débordante, des personnages nombreux, un bon paquet de délires visuels et des illustrations qui en jettent, mais un sentiment de confusion à la fin de la lecture. Le rythme est très soutenu et parfois bordélique, ce qui ne manquera de laisser une partie des lecteurs un peu perplexes par ce qu’ils viennent de découvrir, certains éléments de l’histoire n’étant même pas expliqués mais considérés comme acquis. De notre côté, ce premier tome fait clairement office de plaisir coupable, et nous avons hâte de découvrir la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.