TEST PlayStation 5 : Demon’s Souls, l’exclusivité qui va vous en faire baver

Proposer un remake d’un jeu PlayStation 3 pour le lancement d’une toute nouvelle machine, il fallait oser. Surtout que Demon’s Souls est loin d’être un jeu grand public, et miser sur un titre aussi exigeant est un pari risqué. Mais lorsque l’on apprend que c’est Bluepoint aux commandes, on se souvient des superbes graphismes de Shadow of the Colossus, lui aussi un remake, et du respect de l’œuvre d’origine. Les développeurs ont-ils à nouveau réussi leur pari avec Demon’s Souls ?


TEST PlayStation 5 : Demon's Souls, l'exclusivité qui va vous en faire baverRemaker un jeu est tout un art. Il faut le sublimer visuellement, garder l’esprit d’origine mais également tenter d’apporter un peu de sang neuf sans dénaturer le tout. Certains s’y cassent les dents, en témoigne le récent remake de XIII, et d’autres y parviennent avec brio, notre maître à tous étant le remake de Resident Evil sur GameCube. Le studio Bluepoint a également livré une bien belle copie avec son remake de Shadow of the Colossus sur PS4, et on les retrouve derrière Demon’s Souls. Un jeu développé à l’origine par From Software, qui aura presque lancé un genre avec tous les opus de la saga Dark Souls qui suivirent, sans oublier Sekiro, Nioh ou encore The Surge. Des jeux difficiles, exigeants et frustrants, qui ne s’adressent clairement pas à tous les joueurs. Du coup, est-ce réellement une bonne idée de proposer ça au lancement de la PS5 ? Et bien pourquoi pas !


TEST PlayStation 5 : Demon's Souls, l'exclusivité qui va vous en faire baver
D’entrée de jeu, c’est la claque visuelle

Ce qui frappe d’emblée dans ce Demon’s Souls, au delà de son éditeur de personnage ultra complet, c’est la beauté de sa direction artistique. Les couleurs alternent entre le chaud et le froid, chaque niveau proposant une ambiance unique. Arpenter Boletaria n’aura jamais été aussi passionnant et immersif, tant le travail réalisé est exemplaire. Les textures sont superbes, les reflets et effets de lumière nombreux, la distance d’affichage est incroyable, et les animations ont été revues (même si une certaine rigidité est de la partie). Le tout est fluide et le bestiaire n’est pas en reste, sans parler des boss imposants et vraiment impressionnants. Durant les premières minutes, on observe, on fouine, on regarde autour de soi à la recherche du moindre détail visuel qui nous rassure quant au potentiel de notre PS5. Puis arrive le premier ennemi, qui nous sort violemment de cette phase d’admiration. Les premiers affrontements ne sont pas si terribles, et on apprend les bases du gameplay. Coup fort, faible, esquive, roulade, protection avec un bouclier, attaques magiques, contre suivi d’un finish : le gameplay se laisse tout doucement approcher. On enchaîne les ennemis en surveillant son endurance et en gardant un œil sur sa barre de vie, parce qu’on se rend compte qu’elle a tendance à baisser drastiquement au moindre coup… Demon’s Souls commence tout doucement à montrer ce qu’il est : un jeu qui va vous en faire baver.

On savait pertinemment que le jeu serait difficile, mais il n’y a pas que ça. Il est aussi impitoyable. Les niveaux sont immenses, remplis de passages secrets et de raccourcis, et à chaque mort, on recommence depuis le début. Il faudra bien entendu aller récupérer les âmes récoltées sur son cadavre encore chaud, à condition de ne pas mourir une deuxième fois en y allant, auquel cas elles seraient définitivement perdues… Ce deuxième run s’avère donc nettement plus stressant que le premier, surtout que les ennemis sont tous de retour… Mais on s’y fait, on s’habitue à cette souffrance, aux paterns, et on avance avec davantage d’aisance… Avant de mourir sur un détail, dans un couloir trop étroit ou à cause d’un contre mal géré. Et on recommence, jusqu’à atteindre le boss, le cramer, et profiter de cette victoire qui procure cette sensation de satisfaction incroyable… Jusqu’au prochain niveau, encore plus impitoyable. Votre personnage montera en puissance grâce aux âmes récupérées, transformées en niveaux. A vous de choisir si vous favoriserez l’endurance, la vie, la magie, la chance ou encore la force. De nombreux équipements sont également à looter, d’une armure à un anneau qui pourra vous redonner de la vie ou de la magie, ou vous permettre d’être plus discret. Vos découvertes seront très importantes, et la gestion de votre personnage sera capitale pour réussir. Le côté RPG est parfaitement bien géré, avec un menu qui s’apprivoise assez facilement. On pourra comparer ses armes, ses boucliers, et accumuler des herbes de soins ou diverses potions. Mais il faudra veiller à ne pas être surchargé, pour ne pas ralentir le personnage.


TEST PlayStation 5 : Demon's Souls, l'exclusivité qui va vous en faire baver


Le jeu propose 2 modes graphiques, dont un favorisant la fluidité, et c’est celui que nous avons conservé tout au long de l’aventure. Le jeu tourne en effet en 60 images par seconde et le gameplay gagne énormément en précision, vous sauvant parfois d’une mort certaine. Le Nexus sera votre hub, le lieu permettant de gagner des niveaux ou encore de stocker ou d’acheter de nouveaux objets. Cinq niveaux sont accessibles de manière libre, et s’avèrent tous bien conçus et vastes à explorer malgré une certaine linéarité que l’on retrouve moins dans les derniers jeux du genre. Cette possibilité de passer d’un monde à un autre est une bonne chose, surtout si l’on bloque sur un niveau depuis plusieurs heures. Un peu de changement ne fait pas de mal. La découverte de chaque niveau est excellente, et on doit également s’adapter au nouveau bestiaire et réapprendre à se battre. Autant dire qu’il ne faudra pas hésiter à refaire plusieurs fois certaines zones pour monter en XP et moins galérer par la suite, surtout face à des boss qui filent presque la chair de poule. Et les petites mécaniques multijoueur vous mettrons également la pression, avec des messages des joueurs passés avant vous (et qui vous tendent parfois des pièges) ou des traces de sang au sol indiquant qu’un autre bougre y a laissé sa vie. L’ambiance est parfois sombre, notamment dans la prison, très anxiogène.

La durée de vie de Demon’s Souls est du coup très bonne, mais dépendra de votre expérience dans ce genre de jeu. Des dizaines d’heures sont à prévoir pour tout visiter, et encore, certaines portes secrètes n’ont pas encore été trouvées. Le level design est souvent excellent, et on marche parfois de longues minutes pour débloquer un raccourci et souffler un peu. En cas de mort, il ne faudra pas forcément tout se retaper. Le jeu peut néanmoins être très souvent décourageant, et il faudra s’armer de patience durant certaines séquences à faire et à refaire… Mais on y retourne, pour se perfectionner encore et encore, avec également l’espoir de tomber sur un objet rare qui pourra être d’un grand secours. Quelques défauts sont tout de même de la partie, comme la caméra qui a parfois tendance à se coincer contre un mur (et là, c’est quasi la mort immédiate) ou des bugs de collisions étranges. Malgré tout, la finition est là, et les développeurs livrent un projet risqué mais clairement abouti. Mais qu’en est-il des fonctionnalités liées à l’arrivée de la PS5 ?

Sachez que la présence du SSD est ultra appréciable. C’est bien simple, entre le moment où l’on lance le jeu et le début de la partie, il ne s’écoulera que quelques secondes. En cas de mort ou de retour au Nexus, c’est pareil, et ce confort fait clairement plaisir dans un jeu où la mort est plus que fréquente. Du côté de la DualSense, on notera que l’utilisation du haut parleur est bien gérée, avec des sons qui sortent de la manette et immergent encore plus le joueur. Les vibrations sont de bonne facture, même si elles ne sont pas exceptionnelles. On aurait aimé que les gâchettes adaptatives soient plus exploitées, car le potentiel était là. Dommage de ce côté là. Un dernier mot sur l’IA, pas toujours impeccable : certains ennemis sont en effet « limités » à leur zone, et ne vous attaqueront plus si vous les attirez à l’extérieur de cette dernière.



Proposer un jeu tel que Demon’s Souls au lancement d’une console est un pari risqué, et les développeurs de Bluepoint ont fait un travail remarquable. Visuellement superbe et ultra fluide en mode 60fps, le jeu est difficile, très exigeant, et propose un sacré challenge pour se mettre dans le bain de la new-gen. Avec son gameplay efficace, sa direction artistique de toute beauté, sa durée de vie excellente et sa difficulté relevée, le jeu plaira sans aucun doute aux connaisseurs, et pourrait bien faire découvrir le genre aux autres joueurs ! Oui, c’est un remake, mais quel remake !


Les +

  • une direction artistique qui tue
  • le mode 60 images par seconde, impeccable
  • gameplay précis et efficace
  • challenge très relevé
  • des boss impressionnants
  • durée de vie solide
  • ambiance excellente, immersion au top
  • le sound design

Les –

  • les gâchettes adaptatives clairement pas exploitées
  • quelques couacs de caméra
  • des animations parfois bien raides
  • l’IA, pas toujours au top

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.