Avis Manga Editions H2T : Nova – Tomes 1 et 2

Après “Hana no Breath”, une romance adolescente en deux tomes, l’autrice Caly est de retour aux éditions H2T avec Nova, une nouvelle série orientée science-fiction ! Disponible depuis le 7 octobre dernier, le premier tome de Nova est entre nos mains et nous nous sommes lancés à la rencontre du jeune Rease, dont la vie va être chamboulée par l’arrivée d’une jeune femme aussi mystérieuse qu’inquiétante. Il est temps de voir si cette série prévue en 4 tomes démarre sur de bonnes bases. 

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 2, disponible depuis le 7 juillet 2021 –


Avis Manga Editions H2T : Nova - Tome 1 lageekroom blogSynopsis : Suite à la chute d’une météorite, des parasites extra-terrestres nommés EKSAA se sont propagés sur Terre, contaminant certains êtres humains. Leur effet : exacerber les instincts violents de leur hôte, le rendant agressif, voire dangereux. Rease, un collégien de 13 ans, mène une vie plutôt ordinaire jusqu’au soir où une jeune femme du nom de Nova, envoyée par une mystérieuse Organisation, débarque dans sa chambre pour examiner son cas. Le garçon semble réagir étrangement aux EKSAA présents chez les contaminés. Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur à cette adresse.


Avis Manga Editions H2T : Nova - Tome 1 lageekroom blog


En lisant le synopsis de Nova, on pourrait s’attendre à retrouver l’esprit de l’excellent Parasite de Hitoshi Iwaaki. Mais contre toute attente, l’œuvre de Caly, bien que teintée de science-fiction, distille ses informations au compte-gouttes et s’attarde davantage sur ses personnages que sur d’éventuelles révélations. On y découvre donc le jeu Rease, 13 ans, timide et parfois tête en l’air. Son père étant souvent en déplacement (il fait des recherches sur les météorites), Rease vit avec sa mère et sa nouvelle et sympathique compagne Ellen. Bien qu’il soit parfois en retrait à l’école, Rease semble vivre paisiblement en compagnie de sa famille et de son chat, mais cet équilibre apparent va rapidement être chamboulé par l’arrivée de Nova, une jeune femme de 22 ans en mission spéciale. Cette dernière débarque dans sa chambre pour l’observer, et devra prendre une décision : si Rease est utile à « l’organisation », elle devra le protéger, mais s’il représente un danger, elle devra l’éliminer… Pourquoi ? On l’ignore pour l’instant, et malgré son étonnement, Rease va convaincre sa mère d’accueillir la jeune femme chez eux, affirmant qu’il s’agit d’une ancienne correspondante. Malgré de nombreux mystères, Rease va rapidement apprendre que Nova est à la recherche de parasites extra-terrestres nommés EKSAA, qui contaminent certains êtres humains en les rendant violents et dangereux. C’est en suivant Nova que Rease va assister à une « extraction » et la voir en action. Mais comme nous le disions précédemment, cet aspect science-fiction, bien que déjà bien exploité, va se révéler assez discret pour faire place aux personnages, à leurs caractères et leurs relations.

Nova est discrète, parle peu mais n’en oublie pas sa mission. Elle doit également faire face à ses propres démons, et son passé et certains traumatismes semblent la hanter. Elle est en tout cas bien mystérieuse et devrait se révéler petit à petit… Rease est quant à lui un adolescent qui se construit, et sa volonté de s’effacer en société et de rester discret va voler en éclats avec l’apparition d’étranges « griffes » au bout de ses doigts. Qui est-il ? Et pourquoi Nova est après lui ? Bien que très différents, nos 2 héros pourraient bien être bien plus complémentaires qu’il n’y parait. Caly place quoi qu’il en soit son récit dans un contexte contemporain, et elle le dit elle-même : « je dessine simplement le monde comme je le perçois et le monde réel n’est pas hétérocentré », en référence au fait que Rease ait 2 mamans. D’autres thèmes forts sont abordés, comme l’exclusion scolaire qui concerne 2 élèves de la classe dits « différents », ou encore les comportements de l’être humain de manière générale. On citera par exemple cette mère de famille, qui une fois débarrassée de son parasite reste aussi agressive qu’avant envers sa petite fille. Ce premier tome permet également de nous attacher aux personnages, via quelques tranches de vie comme lorsque notre petite famille cuisine des muffins. Malgré tout, le côté parfois sombre de Nova tranche avec cette bonne humeur apparente. Ce premier tome pose donc des bases solides pour la suite, mais il nous manque malgré tout un petit quelque chose… Peut-être est-ce dû à ces étranges décisions prises par les personnages qui sortent parfois de l’histoire (la mère de Rease qui accepte d’héberger Nova en ne posant quasi aucune question, le fait que Rease disparaisse une nuit entière et que sa mère ne prévienne pas la police…) ou encore cette façon un peu « forcée » de repousser les révélations… En tout cas, s’il y a bien un point sur lequel ce premier tome est inattaquable, c’est son coup de crayon. Les personnages sont superbes, les regards ultra expressifs, et la luminosité de l’ensemble se marie à la perfection avec certaines illustrations plus sombres, comme lorsque Nova est en lutte avec ses traumatismes. Les décors ne sont pas en reste, avec des plans de la forêt ou de l’observatoire vraiment très chouettes. Au final, ce premier tome de Nova pose des bases solides mais s’avère encore très mystérieux. La mangaka Caly nous présente des personnages déjà attachants et bien écrits, le tout enrobé de science-fiction et d’une histoire de parasites rendant les humains agressifs. Techniquement, c’est vraiment superbe et certains thèmes forts et contemporains sont traités avec beaucoup de justesse. Seules certaines décisions des personnages sortent parfois du récit, et nous en attendions peut-être un peu plus du côté du scénario. Ce dernier prend soin de développer ses personnages, mais il manque encore un peu de consistance et d’un fil rouge.


A lire également : 



avis critique manga nova tome 2 lageekroomNova – Tome 2 : « Rease a vu son quotidien bouleversé depuis que Nova, une mystérieuse jeune femme envoyée par l’Organisation, a débarqué dans sa vie. Au contact de cette dernière, l’adolescent apprend qu’il pourrait être un atout dans la collecte des EKSAA, ces parasites d’origine extraterrestre, qui rendent les humains dangereux voire violents. Mais le jeune garçon doit faire face à plusieurs situations compliquées : la mutation apparue sur ses mains et le caractère instable de Nova, elle-même inquiète d’être atteinte par ces parasites… »

Maintenant que les bases ont été posées, il est temps de voir si le tome 2 de Nova parvient à monter en puissance et à préciser ses enjeux. Et c’est un grand oui, et nous devons vous avouer avoir préféré ce tome 2, plus riche mais également plus accrocheur. Si le premier volume du manga de Caly possédait déjà de belles qualités, notamment au niveau de ses visuels et des thèmes abordés, cette suite se révèle plus dense et développe enfin son scénario. De nouveaux personnages débarquent dans le récit, à commencer par Kimi, ancienne partenaire de Nova, qui vient voir pourquoi la mission de cette dernière fait du surplace. Les choses vont rapidement avancer, et la mutation de Rease va l’obliger à rejoindre l’Organisation, qui va effectuer des prélèvements et effectuer des tests. On commence à comprendre quel est le rôle du jeune homme dans tout ça, et pas mal d’informations sont distillées par la mangaka. On apprend comment les EKSAA s’infiltrent dans notre organisme (on rappelle que ce sont des parasites extra-terrestre qui contaminent certains êtres humains en les rendant violents et dangereux) via des fissures invisibles créées par des blessures émotionnelles. Les parasites entrent via le « plan psychique » puis réintègrent le « plan physique ». Rease, grâce à sa mutation, semble être en mesure d’extraire les EKSAA de leurs hôtes sans les blesser. Mais cela l’affecte, et des marques noires apparaissent sur ses bras. Un simple « effet secondaire » apparemment, selon les dires de l’assistante du directeur, Julia Mizar.

En plus de ça, Rease peut voir l’origine des fissures dans lesquelles s’engouffrent les EKSAA, de simples images au début, qui se transforment petit à petit en émotions. Notre héros va-t-il supporter tout ça ? Ne serait-il pas manipulé par l’Organisation, qui profiterait de son « pouvoir » ? Rease est un peu perdu, fatigué mentalement et physiquement, lui qui est enfin parvenu à se faire des amis dans sa classe. Des moments d’amitié qui font du bien, mais qui sont entachés par ses allers-retours à l’Organisation. Le personnage de Rease est bien développé dans ce tome 2, et Nova reste un peu en retrait. Malgré tout, on en apprend un peu plus sur son passé, et sur certains de ses échecs. Des traumatismes qui ont la dent dure, et qui l’empêchent souvent d’avancer. Rease a droit lui aussi à son lot de révélations, notamment en lien avec sa mère et sa venue au monde. On monte donc clairement d’un cran dans la narration, et on retrouve également avec plaisir le très joli coup de crayon de Caly. Les traits sont fins, les visages sont détaillés, et la clarté de l’ensemble est très agréable. De ce côté là, c’est une nouvelle fois du tout bon ! Au final, nous avons beaucoup apprécié ce deuxième tome (on rappelle que la série en comportera 4), qui a su capitaliser sur les bases du précédent tout en les développant. Nous avons hâte de découvrir la suite.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.