Avis Manga Glénat : Elio le Fugitif – Tome 5 (série terminée)

C’est le 19 janvier prochain que se terminera la série « Elio le Fugitif » aux éditions Glénat. Démarré le 7 avril 2021 en France, le manga de Masami Hosokawa, qui prend place dans le royaume de Castille de l’Espagne du XIVe siècle, va donc se conclure sur une bataille très attendue. Pedro, actuel souverain de Castille, sera-t-il vaincu par son demi-frère Enrique ? Vous le découvrirez à la lecture de ce tome, dont nous allons vous parler sans plus attendre. 


Avis Manga Glénat : Elio le Fugitif – Tome 5 (série terminée) lageekroomSynopsis : L’ultime bataille qui scellera le destin du royaume de Castille est sur le point de commencer !Quel dénouement va connaître la lutte fratricide opposant Enrique, général de l’armée rebelle protégé par Elio, et Pedro, actuel souverain de Castille ?

 


Avis Manga Glénat : Elio le Fugitif – Tome 5 (série terminée) lageekroom


« Elio le Fugitif » est un manga qui a toujours su faire preuve de rythme, et ce dès ses débuts. Et ce tome 5 ne dérogera pas à la règle, proposant son lot d’affrontements et de violence. Ca va trancher sec dans ce dernier volume, avec une guerre qui va prendre fin. L’aspect politique du manga a toujours été bien développé, avec des personnages bien écrits, des trahisons et des rebondissements, et cette notion de famille et de sang. On retrouve dans ce tome un flashback mettant en scène Pedro et Enrique lorsqu’ils étaient enfant, eux qui n’ont pas d’autre choix que de s’affronter aujourd’hui pour prendre le pouvoir. Si l’action est au rendez-vous, les personnages restent au cœur du récit. Certains ont évolué, comme notre héros Elio mais également Débora. On rappelle que cette dernière a été élevée pour être une tueuse, dans la noirceur la plus totale. Mais Elio lui a tendu la main, pour tenter de la traîner hors de cette obscurité dans laquelle elle a empilé les cadavres et ses propres démons. Débora, désormais aux côtés d’Elio et Enrique, a enfin décidé de ne plus fuir la lumière. On notera que cette opposition entre l’ombre et la lumière est abordée à plusieurs reprises dans ce tome. Cette partie consacrée à Débora est vraiment intéressante et propose de bonnes idées visuelles. Dans un ton un peu plus léger également, un chapitre nous est raconté par le chat (noir) de Débora, qui s’accroche lui aussi à Elio pour le bien de sa maîtresse. Un point de vue qui tranche avec le reste du tome, mais qui s’insère parfaitement dans le récit.

Le seul défaut que l’on peut trouver à ce tome, et c’était déjà le cas pour les précédents, c’est le temps de lecture, assez court. Néanmoins, on relativise en se disant que c’est parce que l’on bénéfice de nombreuses grandes illustrations, toujours aussi belles et détaillées. Le découpage est dynamique durant les scènes d’action, souvent classes. Quoiqu’il en soit, tout n’est pas que guerre et violence dans ce tome (une guerre que beaucoup souhaitent voir s’arrêter pour de bon), et l’espoir est encore permis, jusque dans les derniers instants. Comment cela se terminera-t-il ? Ce sera à vous de le découvrir !


A lire également : 


Ce tome 5 conclut le récit avec réussite, et « Elio le Fugitif » est une série que l’on vous conseille tout particulièrement. Les intrigues politiques sont bien écrites et loin d’être barbantes, allant à l’essentiel, les dessins sont très réussis, et les séquences d’action généreuses, dynamiques et souvent violentes. Optant pour un contexte historique original, la série de Masami Hosokawa a su nous convaincre, avec un nombre de tomes qui permet de bien développer son propos sans jamais ennuyer lors de la lecture.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.