Avis Manga Glénat : Elio le Fugitif – Tomes 3 et 4

Les poings d’Elio seront de retour dès le 18 août prochain dans le tome 3 de « Elio le Fugitif » à paraître aux éditions Glénat. Après un tome 2 riche en informations se montrant un net cran au dessus du premier, il est temps de retrouver Elio et son groupe, qui décident de suivre le comte Enrique afin de chasser le roi Pedro du trône. Pour vous remettre dans le bain, notre avis sur les 2 premiers tomes est disponible à cette adresse. C’est parti !

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 4, disponible le 20 octobre 2021 –


Avis Manga Glénat : Elio Le Fugitif – Tome 3 critique manga lageekroomSynopsis : La lutte pour le trône de Castille fait rage entre le roi et son frère !!Elio et son groupe n’ont pu empêcher l’exécution de Leonor, la mère d’Enrique. Ils vont chercher refuge chez ce dernier, dans son domaine des Asturies. Cependant, les hommes du roi Pedro ont tôt fait de les rattraper…

 


Avis Manga Glénat : Elio Le Fugitif – Tome 3 critique manga lageekroom


« Elio le Fugitif » rassemble une sacrée galerie de personnages, tous bien différents et contre toute attente assez complémentaires. Si certains protagonistes étaient à la base venus régler le compte d’Elio et Lara (Baldo, Débora), ils ont finalement changé de camp et se sont ralliés à notre héros. Le tome 2 a été l’occasion de découvrir toute la trame scénaristique relative au roi Alfonso, sa femme et sa maîtresse, et les enfants qu’il a eu avec chacune. Tromperies, trahisons, alliances : l’univers proposé par Masami Hosokawa est dense et prend place, on le rappelle, dans le royaume de Castille de l’Espagne du XIVe siècle. Ce tome 3 démarre avec une bonne dose d’action, et des duels entre Débora et Maestro, et Albuquerque et Goldi. L’occasion de découvrir le passé de ces personnages via de courts flashback. On rappelle que le mangaka est un habitué du furyo, et qu’il parvient sans mal à transposer les codes du genres dans « Elio le Fugitif » et son aspect historique poussé. Les débuts de ce tome 3 sont donc assez intenses, mais c’est clairement la deuxième partie qui s’avère la plus accrocheuse. On y découvre en effet le passé d’Elio, dont on sait finalement très peu de choses, si ce n’est qu’il a assassiné son petit frère. L’action prend donc place 5 ans auparavant, et on découvre un Elio plus jeune en compagnie de son frangin Pablo et de leur père, Victor Sanchez. Les 2 jeunes hommes sont déjà doués pour le combat et ont été entraînés dès leur plus jeune âge afin de devenir des « habits royaux », des gardes du corps chargés de la protection rapprochée du souverain. On se rend rapidement compte que les 2 frères ont un caractère bien différent, et que Pablo est loin d’être aussi altruiste qu’Elio, affirmant que sa force est sa richesse, et qu’il n’a aucune envie de la donner à qui que ce soit. Une compétition à mains nues attend nos 2 héros et de nombreux autres combattants, afin de sélectionner qui sera le futur garde du corps du souverain.

Ce tome 3 est donc divisé en 2 parties, et on retrouve dans la première le rythme réussi des 2 premiers tomes, avec de l’action, des rebondissements et un peu d’humour. La deuxième partie développe quant à elle les premiers éléments en lien avec le passé d’Elio, et donne clairement envie de découvrir la suite. Ce nouveau volume propose une chouette intensité, et un coup de crayon dynamique avec des traits parfois épais. L’action rend vraiment bien, et les patates et coups de hache ou d’épée font toujours aussi mal, avec le lot de têtes coupées habituel. Le passé d’Elio est également l’occasion de découvrir de nouveaux personnages, dont une protagoniste féminine qui s’avère déjà intéressante. La formule proposée dans les 2 premiers tomes de « Elio le Fugitif » fonctionne une nouvelle fois très bien, cette suite étant riche en rebondissements, en personnages et en baston. La deuxième partie de ce tome 3 reste néanmoins la plus intéressante, revenant sur le passé d’Elio. Nous avons hâte d’en apprendre davantage sur son histoire, et sur ce qui est réellement arrivé à son petit frère. Espérons que le tome 4 sera tout aussi bon et qu’il apportera son lot de révélations !


A lire également :


Elio le Fugitif – Tome 4 avis critique manga lageekroom GlénatElio le Fugitif – Tome 4 : la fin approche ! Ce tome 4 de « Elio le Fugitif » est en effet l’avant dernier de la série, et reprend donc là où le volume précédent s’était achevé, à savoir 5 années dans le passé. L’occasion de découvrir ce qui est réellement arrivé au frère cadet de notre héros, Pablo, un jeune homme au tempérament bien différent de celui d’Elio. Les combats reprennent donc dès les premières pages afin de désigner qui sera le garde du corps chargé de la protection rapprochée du souverain. Ca bastonne donc sec d’entrée, et tout le talent de Masami Hosokawa pour mettre en scène ces affrontements saute à nouveau aux yeux. Les dessins sont nerveux et souvent de grande taille pour mettre en avant le dynamisme et la violence des coups. Le travail sur les visages est également excellent, avec un soin tout particulier accordé à Pablo, qui semble abriter une certaine noirceur (les regards sont très expressifs). Ce dernier dégage une certaine violence, et va réaliser qu’il est temps pour lui de suivre sa propre voie. Prenant son destin en main, il va aller jusqu’à affronter son père dans un violent combat, avec le destin qu’on lui connait. La scène est aussi percutante que touchante, et on arrive désormais à donner un sens aux mots prononcés par Elio au début de la série. Les intrigues politiques ne sont pas en reste, avec la présence de Luca Alvarado, un jeune tueur chargé par la reine légitime d’éliminer la maîtresse du Roi. Ce tome 4 est clairement une réussite, malgré un temps de lecture un peu court. Forcément, avec des combats qui prennent une grande place dans le récit et un découpage fait de grandes cases, l’ensemble passe trop vite à nos yeux.

Une fois ce retour en arrière terminé, on sent que les choses vont rapidement avancer. Oui, il ne reste plus qu’un tome pour terminer le récit, et la bataille entre le Roi Pedro et son demi-frère Enrique promet beaucoup. Pedro sent que les choses vont se corser et se débarrasse de sa mère (pour éviter qu’elle ne soit en danger), et Enrique recherche des alliances (et obtient le soutien des Royaumes d’Aragon ou encore de France), allant jusqu’à rencontrer le Seigneur Albuquerque pour le rallier à ses côtés. La tension monte, les armées se rassemblent, et il ne fait aucun doute que le dernier tome nous en donnera pour notre argent ! Réponse en janvier prochain !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.