Avis Manga Glénat : Parasite Reversi – Tome 3

En plus du tome 2 de « Shangri-La Frontier« , cette semaine sera l’occasion de découvrir le tome 3 de « Parasite Reversi » aux éditions Glénat. C’est Moare Ohta qui s’occupe de ce spin-off, visuellement modernisé mais conservant le style de l’œuvre originale. Un mélange qui fonctionne bien, toujours aussi accrocheur et violent, mais qui manque pour le moment de consistance en termes de narration. Ce tome 3 parvient-il à faire monter la série d’un cran ? C’est ce que nous allons voir !


Avis Manga Glénat : Parasite Reversi – Tome 3 critique manga lageekroomSynopsis : L’inspecteur Fukami a perdu son partenaire, étripé par un monstre. Il forme maintenant un curieux duo avec Tatsuki, son informateur dans une mystérieuse série de massacres. Le meurtrier qu’ils poursuivent tue au gré de ses errances et fait la rencontre de Noda, un bien étrange parasite… L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Glénat : Parasite Reversi – Tome 3 critique manga lageekroom


Les qualités visuelles de « Parasite Reversi » sont indéniables. On retrouve en effet dans ce spin-off le style de la série d’origine, qui nous plaisait tant, le tout proposant quelques améliorations qui s’intègrent parfaitement à l’ensemble. On parlera par exemple de certains visages, ou encore des décors. On retrouve également cette violence brutale qui caractérise les parasites, qui n’hésitent pas à découper leurs victimes en petits morceaux. Des séquences qui envoient du lourd, avec ce côté malsain qui fonctionne toujours aussi bien. Qui plus est, on se demande parfois si les parasites ne tuent pas pour le plaisir. Comptent-ils simplement se nourrir ou exterminer la race humaine ? Certains de ces monstres sont plus complexes que par le passé. Au delà de leurs différentes alliances avec les humains ou des expériences qu’ils mènent en secret pour se perfectionner, on doute parfois de leurs réelles motivations. Leur développement est plus poussé, et on découvre même un personnage qui considère son hôte comme un Dieu. « Sredni Vashtar semble léthargique. Je dois régulièrement lui faire une offrande. C’est très compliqué d’être au service d’un Dieu ». Clairement, les parasite mettent en lumière des déviances déjà bien présentes chez les humains. Et pourquoi un parasite tuerait-il quelqu’un de son espèce ?

On retrouve dans ce tome 3 l’inspecteur Fukami, en compagnie de Tatsuki. On rappelle que ce dernier a la capacité de détecter les parasites, et son aide pourrait être précieuse. Mais notre jeune héros cache d’autres secrets. On suit également l’avancée de la police dans toutes ces histoires de meurtres. Les indices commencent à s’accumuler, mais les enquêteurs sont toujours dans le flou. Le sacrifice de l’un d’eux pourrait bien faire avancer les choses. Malgré tous ces événements, nous sommes à nouveau restés sur notre faim. On ne peut s’empêcher de comparer ce spin-off de Parasite à l’œuvre principale, et le récit manque une nouvelle fois de consistance dans ce tome. On suit le parcours de différents personnages sans réellement s’attacher à eux, et l’ensemble manque d’enjeux. Certes, Moare Ohta tente de faire passer des messages forts, avec notamment certains répliques de Tatsuki (« je m’en fous pas mal de ces créatures. Les humains sont trop nombreux, la planète est dégueulassée. Pas de mal à élaguer un peu »), mais cela sent le déjà-vu. Une nouvelle fois, les qualités sont indéniables mais on aimerait que la narration soit mieux développée, car en l’état, l’ennui pourrait rapidement pointer le bout de son nez.


A lire également : 


Une nouvelle fois, ce tome 3 de « Parasite Reversi » manque de densité narrative et de rebondissements. Au final, malgré des qualités visuelles indéniables et une ambiance qui fonctionne toujours aussi bien, on reste un peu sur notre faim. C’est dommage, car le potentiel est là, mais les personnages méritent un meilleur développement. L’ombre de la série principale plane forcément au dessus de ce spin-off, qui va devoir muscler son récit s’il souhaite réellement se démarquer.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *