Avis Urban Comics : Wonder Woman Dead Earth

Disponible depuis le 28 novembre dernier, Wonder Woman Dead Earth est un récit complet édité par Urban Comics, qui propose une relecture du mythe de Wonder Woman en mode post-apocalyptique ! La Princesse Amazone découvre en effet à son réveil que la Terre n’est plus qu’une étendue ravagée par une guerre nucléaire, et va tout faire pour comprendre ce qui a bien pu se passer… en survivant à de nouvelles menaces ! Le récit de Daniel Warren Johnson a-t-il réussi à nous accrocher ? C’est ce que nous allons voir !


Avis Urban Comics : Wonder Woman Dead EarthSynopsis : Lorsque Wonder Woman se réveille du sommeil séculaire dans lequel elle a été plongée, elle découvre que la Terre n’est plus qu’un vaste désert radioactif… Piégée au coeur de cette plaine stérile tapissée des cendres d’un passé ravagé par l’arme nucléaire, la Princesse Amazone se doit alors de protéger la dernière cité humaine de monstres titanesques et tâche tant bien que mal de découvrir les secrets cachée sous la poussière de cette terre morte et désolée. L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur à cette adresse.


Avis Urban Comics : Wonder Woman Dead Earth


On ne va pas y aller par 4 chemins : Wonder Woman Dead Earth est une petite claque ! Que l’on parle de ses visuels aussi atypiques que percutants, de son scénario à rebondissements ou de ses séquences d’action généreuses, le récit de Daniel Warren Johnson est une belle réussite. L’immersion est immédiate, et ce dès les premières pages lorsque l’on découvre le funeste destin de la Terre, les bestioles qui menacent les survivants, et une Wonder Woman badass et ultra classe qui débarque au milieu de tout ce foutoir. Alors qu’elle se demande ce qui est arrivée à la Terre et qu’elle découvre que certains de ses proches amis sont morts, Diana va se joindre à un petit groupe de survivants et se rendre à Fort Nouvelle Demeure, une des dernières cités humaines gérée par la force par Theyden. Une ambiance à la Mad Max se dégage case après case, et Diana va se retrouver à combattre dans une arène et retrouver une vieille connaissance. Difficile d’en dire plus sans spoiler, surtout que le récit est riche en rebondissements. Les révélations sont nombreuses, et on apprend notamment pourquoi le monde a sombré et quel rôle a joué Diana dans tout ça. Qu’en est-il de Superman ? Et de Bruce Wayne ? Nous vous laissons le découvrir !

Le rythme ne faiblit à aucun moment lors de la lecture, malgré quelques flashbacks ou autres séquences de dialogues. Diana est une femme forte mais montre également certaines limites, principalement émotionnelles (son amour pour les autres sera mis à rude épreuve), et surtout lorsque la mémoire lui revient. Est-elle prête à protéger les derniers survivants de l’humanité coûte que coûte ? Rien n’est certain, et les choses peuvent rapidement évoluer et partir en vrille. Les personnages sont bien écrits, attachants, et certaines séquences sont même riches en émotion. L’action reste au rendez-vous, avec des illustrations ultra stylées mettant en valeur Wonder Woman et d’autres personnages importants. Les décors ne sont pas en reste, et la mise en scène fait le job, notamment lors des combats. Visuellement, le rendu pourra partager. Le monde futuriste que découvre Diana est riche en détails, piochant des références à l’Heroic Fantasy ou encore à la science-fiction, avec un bestiaire vraiment classe. Le coup de crayon de Daniel Warren Johnson, découvert dans Extremity ou encore Murder Falcon, colle parfaitement au monde barbare qu’il nous décrit. La violence est au rendez-vous, et une certaine noirceur se dégage des illustrations, avec des visages expressifs et des regards parfois flippants. Le rendu est atypique mais maîtrisé, et l’immersion est totale, le tout étant sublimé par le travail pêchu sur les couleurs de Mike Spicer. L’ouvrage se termine par une galerie de couvertures et une sélection de croquis vraiment très classes.


A lire également : 


Bien que le style visuel de Daniel Warren Johnson ne sera pas au goût de tout le monde, il a parfaitement fonctionné sur nous. Wonder Woman Dead Earth est un récit ultra immersif, qui plonge Wonder Woman dans un monde post-apo très travaillé. En plus de proposer de belles séquences d’action et des personnages bien écrits, l’ensemble est riche en révélations et certains rebondissements sont clairement maîtrisés. De l’action, de l’émotion, une Wonder Woman aux principes remis en question, des surprises scénaristiques : que demander de plus ?


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.