TEST : Blue Reflection: Second Light (testé sur PS5)

Alors que tous les yeux sont rivés sur Forza Horizon 5 ou encore Call of Duty Vanguard, certains titres passent malheureusement inaperçus en ce mois de novembre. C’est bien dommage, et bien que les jeux cités précédemment nous intéressent beaucoup, nous aimons alterner entre ce genre de AAA et des titres moins mis en avant. C’est le cas de Blue Reflection: Second Light, développé par Gust et édité par Koei Tecmo Europe (Koch Media chez nous), qui vient tout juste de sortir sur Nintendo Switch et PlayStation 4. Nous avons eu la chance de recevoir le jeu avec un peu d’avance, et il est temps de vous donner notre avis. C’est parti !


TEST : Blue Reflection: Second Light (testé sur PS5)Blue Reflection: Second Light est clairement un jeu de niche, et ne s’adressera pas à tous les publics. Tout d’abord, le jeu est en anglais (avec des voix japonaises), et bien que le niveau requis ne soit pas trop élevé, certains joueurs passeront leur chemin. Ensuite, il faut avouer que le rythme du jeu est assez lent et que ça parle beaucoup. Si le récit monte en puissance, avec des révélations intéressantes, les premières heures posent les bases et vous apprennent les mécaniques de jeu (relations entre les personnages, combats, exploration). Dans Blue Reflection: Second Light, on fait la connaissance de trois élèves, Ao Hoshizaki, Kokoro Utsubo et Yuki Kinjou, qui se retrouvent transportées dans une mystérieuse école, ne se rappelant que de leur prénom. Vous allez devoir chercher des indices et découvrir leur passé pour leur permettre de quitter les lieux.


TEST : Blue Reflection: Second Light (testé sur PS5)


Blue Reflection: Second Light mélange les genres. Tantôt visual novel, tantôt jeu d’exploration, le titre de Gust nous embarque dans une aventure mystérieuse, à la découverte de nos héroïnes. Mais d’autres personnages viendront se greffer à notre groupe de départ, et il faudra faire connaissance et créer des liens. Les dialogues sont donc nombreux, et il sera important de passer du temps avec les différents personnages pour débloquer des améliorations, bien utiles lors des combats (augmentation de la santé, nouvelles attaques). Ces séquences de jeu (appelées « dates ») sont plutôt sympathiques, même si certains dialogues sont assez basiques. Mais le plus important sera de découvrir ce que font les jeunes filles dans ce lieu mystérieux, et surtout comment le quitter. C’est là que l’exploration va pouvoir commencer, et nos héroïnes vont s’enfoncer dans le Heartscape, à la recherche de fragments de mémoire. Il faudra découvrir et assembler les souvenirs de chaque personnage, dans des niveaux variés représentatifs de leurs peurs, de leurs angoisses, ou tout simplement de leurs histoires familiales. On explore donc les différents niveaux, à la recherche de ces fragments mais également de tout un tas de matériaux ou de nourriture. Le craft est en effet important, histoire de se créer de quoi se soigner ou booster ses attaques ou sa défense, sans oublier des bâtiments à installer dans votre hub. Construire et améliorer ces bâtiments permettra d’acquérir différents bonus pour les combats.


TEST : Blue Reflection: Second Light (testé sur PS5)


L’exploration est assez linéaire, les niveaux étant faits de couloirs ou de très petites zones. Vous l’avez compris, des ennemis seront là pour vous mettre des bâtons dans les roues. C’est là que les combats s’engagent, avec un système assez complet. En quelques mots : les combats sont vraiment cool, et mettront en scène jusqu’à 3 héroïnes (et une en soutien) face à un ou plusieurs ennemis. Les personnages pourront attaquer à tour de rôle via un système dynamique et une jauge sur laquelle les icones de chacune apparaissent et se déplacent. Attention, les ennemis apparaissent également et pourront attaquer en même temps, et ces derniers peuvent résister à certaines attaques (ou sont, au contraire, plus faibles face à d’autres). L’ensemble demande donc une certaine stratégie, pour attaquer au bon moment et contrer un ennemi, se soigner, lancer des attaques spéciales ou utiliser des objets. La jauge comprend plusieurs niveaux, et on pourra attendre de monter de plusieurs crans pour utiliser des attaques plus puissantes ou en combiner. Attention à ne pas trop attendre par contre, sinon vous en prendrez plein la tronche. On débloque donc de nouvelles compétences pendant les combats, avec la possibilité pour nos héroïnes de se transformer, le tout accompagné d’animations bien classes. Lors de combats de boss, il faudra bien réfléchir à quoi faire, et la victoire est vraiment gratifiante. Conserver dans son équipe une héroïne capable de prodiguer des soins pourra vous sauver de bien des mauvais pas. Ce système est au final vraiment sympa, dynamique, avec même quelques séquences en 1 contre 1, durant lesquelles il faudra attaquer mais également esquiver.


TEST : Blue Reflection: Second Light (testé sur PS5)


A la fin de chaque niveau, on retourne donc à l’école, histoire de terminer quelques quêtes secondaires et de papoter avec les autres filles. Même si les dialogues sont parfois trop nombreux, on s’attache à nos personnages et à leur passé, et l’envie de découvrir la vérité sur les lieux est bien là. Il y a toujours quelque chose à faire dans le jeu, entre les rendez-vous, les améliorations des bâtiments, la cuisine ou encore l’exploration. Les sentiments et les personnalités des jeunes filles se dévoilent, et certaines sont vraiment touchantes. L’immersion est clairement au rendez-vous, et chaque univers propose son identité propre. Visuellement, c’est mignon et coloré, mais l’ensemble reste souvent basique, que l’on parle des textures ou de la technique en général. Les animations sont parfois raides lors de l’exploration (quand on rampe ou qu’on grimpe), il y a de l’aliasing, pas mal de flou en arrière plan, et quelques bugs sont à signaler. Les combats sont plus classes, avec de nombreux effets visuels très réussis. On doit donc avouer que malgré une très belle direction artistique, les graphismes font très PlayStation 3. Niveau sonore par contre, c’est du tout bon, avec de très belles musiques, parfois touchantes, et des voix japonaises au poil.


TEST : Blue Reflection: Second Light (testé sur PS5)


Blue Reflection: Second Light a des atouts à faire valoir, mais également quelques faiblesses qui le priveront d’une partie du public. Parfois trop bavard, uniquement en anglais et à la traîne visuellement sur de nombreux points (malgré une direction artistique belle et variée), le titre de Gust en refroidira plus d’un. Mais malgré ses défauts, le jeu parvient à nous embarquer dans une histoire mystérieuse, en compagnie d’héroïnes attachantes. La durée de vie est très bonne, les combats sont très cool, et les nombreuses améliorations à débloquer (pour les personnages mais également les bâtiments de l’école) donnent envie de s’investir. Nous avons pris beaucoup de plaisir à explorer les différents environnements et à faire gagner des niveaux à nos personnages, le tout proposant un système de téléportation qui permet d’éviter les allers-retours. Si vous hésitez encore à franchir le pas, sachez qu’une démo est disponible !


Les +

  • très jolie direction artistique
  • la variété des niveaux
  • la gestion de l’école et des bâtiments
  • les relations entre les personnages
  • joli chara-design
  • des séquences « émotion » qui fonctionnent
  • les voix japonaises
  • système de combat dynamique
  • le système de craft, facile à appréhender
  • une belle bande-son

Les –

  • parfois très bavard
  • techniquement à la traîne (aliasing, textures basiques)
  • quêtes annexes répétitives
  • tout en anglais
  • des niveaux souvent faits de couloirs
  • prix de vente un peu élevé (environ 50€)

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.