TEST : Vampyr, on a sorti les crocs, sur consoles et PC

Après Life is Strange et Remember Me, les développeurs de Dontnod ont décidé de plonger le joueur dans un univers nettement plus sombre et maussade. Dans Vampyr, vous incarnez un médecin, tiraillé entre sa volonté (et son serment) de sauver son prochain, et sa soif de sang. Oui, vous êtes devenu vampire malgré vous, et votre vie va changer. Comment cela vous est-il arrivé ? C’est ce que vous allez devoir découvrir en vous enfonçant dans les ruelles glauques d’un Londres d’après guerre en proie aux épidémies.


Test Vampyr Dontnod Lageekroom Blog Gaming


Test Vampyr ps4 Lageekroom Blog gamingVampyr est un action-RPG, proposant de nombreux choix, comme c’est souvent le cas dans les jeux Dontnod. Vos actions auront des conséquences plus ou moins graves sur votre environnement et sur les différents quartiers que vous allez visiter. Ces zones semi-ouvertes vous feront croiser des personnages qu’il vous faudra découvrir, via un système de dialogue vous permettant d’en apprendre davantage sur eux. Votre niveau de charme vous permettra d’appâter vos victimes pour consommer leur sang. Le premier bougre à passer sous vos crocs sera facile à amadouer, et entraîner un poivrot ou un clochard dans un coin pour le bouffer sera évidemment plus simple qu’un homme plus distingué qui ne vous accordera aucune confiance. Plus la qualité du sang de votre victime est élevée, et plus l’expérience gagnée est grande. Allez-vous bien choisir vos victimes, quitte à progresser plus lentement, ou croquer tout ce qui bouge ? Le menu d’enquête des citoyens est plutôt bien foutu et vous aidera grandement dans vos choix. Attention, les quartiers, déjà pas très accueillants, pourront pâtir de vos décisions.

Vampyr propose un système de combat plutôt accessible mais parfois quelque peu confus. En plus des coups traditionnels, certaines actions spéciales seront à débloquer et à améliorer. On pourra par exemple sucer le sang d’un ennemi pour augmenter sa jauge d’attaque spéciale et ainsi devenir invisible, se téléporter, ou encore attaquer avec une plus grande violence. Les combats contre les boss seront plus compliqués à gérer, ceux-ci ayant de plus grandes jauges de vie. A vous de gérer vos approches, en faisant parfois avec une caméra pas toujours bien placée et des animations qui s’enclenchent bizarrement, entraînant parfois une attaque qui passe largement à côté de l’ennemi si celui-ci n’a pas été ciblé auparavant. Ces combats sont parfois répétitifs mais apportent un côté action pas désagréable.


Test Vampyr PS4 Lageekroom Blog Gaming


La direction artistique du jeu est une franche réussite. Malgré quelques soucis techniques, notamment en ce qui concerne le frame rate, les décors sont à la fois sombres, glauques et poétiques. Il se dégage une atmosphère étouffante, que seuls quelques chouettes effets de lumière viennent adoucir. Il fait nuit, en permanence, et le soleil sera bien évidemment votre ennemi. Les développeurs de Dontnod excellent dans la mise en place d’une ambiance et la création d’un univers. Ils l’avaient fait avec brio dans Remember Me, et remettent le couvert ici. Chapeau ! Cette ambiance gothique rappelle certains films d’horreur cultes des années 70. Du côté des dialogues et des acteurs, le tout tient vraiment bien la route, et on s’y croit ! Certains personnages rencontrés sont vraiment travaillés, et on a vraiment envie de connaître le fin mot de cette histoire. Que l’on se ballade dans une ruelle sombre ou dans un hôpital un brin flippant, l’immersion est là ! De plus, de nombreuses notes écrites seront à découvrir pour en apprendre davantage sur le contexte historique, rendant l’aventure encore plus passionnante.

Comme tout bon action-RPG narratif qui se respecte, Vampyr propose, en plus de ses dialogues à choix multiples, la possibilité de faire du commerce, de looter et de crafter des armes et objets d’attaque ou de défense, ou encore de participer à des quêtes annexes (comme par exemple en fabriquant des médicaments pour soigner les malades). Vampyr se veut généreux, malgré une durée de vie qui sera finalement un peu juste, surtout en ligne droite (une quinzaine d’heures). A chaque fois que vous irez vous coucher pour récupérer votre XP et améliorer votre arbre de compétences, une journée se passera, entraînant inexorablement le quartier vers une situation qui se compliquera de plus en plus. A vous de gérer les événements au mieux, pour éviter que la ville ne tombe dans la déchéance la plus totale.



Avec son ambiance travaillée et sa direction artistique réussie, Vampyr promet un voyage à la fois glauque et poétique dans ce Londres d’après guerre. Les possibilités offertes par les développeurs de Dontnod sont assez nombreuses et les missions se suivent avec plaisir. On apprécie les nombreux PNJ, leurs dialogues, et les composantes RPG du titre. Au niveau des déceptions, on citera les combats, parfois confus et rébarbatifs, une durée de vie un poil courte, et quelques soucis techniques. Le jeu est beau, propose de chouettes visuels, mais reste techniquement à la traîne, avec un frame rate pas toujours au top et une caméra parfois pénible. Vampyr reste une expérience prenante, et un jeu clairement attachant malgré ses défauts. 


Les +

  • direction artistique de qualité
  • des environnements sombres et poétiques à la fois
  • la bande son d’Olivier Derivière, au top
  • les nombreux personnages secondaires bien écrits
  • le contexte historique, réussi
  • arbre de compétences, choix, loot, craft…

Les –

  • durée de vie un poil courte
  • techniquement en deçà
  • la caméra qui fait parfois des siennes pendant les combats
  • pas de mini map

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *