Avis Manga Glénat : L’Oxalis et l’or – Tome 1

Après l’excellente BD « Ellis Island, Bienvenue en Amérique » dont nous vous avons parlé à cette adresse, le rêve américain est une nouvelle fois au centre d’un ouvrage, et il s’agit cette fois-ci d’un manga. Le premier tome de L’Oxalis et l’or est disponible depuis le 16 septembre aux éditions Glénat, et nous raconte l’histoire touchante d’Amelia et Conor, partis en Californie pour « devenir millionnaires ». Un voyage qui ne sera pas de tout repos, mélangeant humour et drame, et sur lequel nous allons revenir sans plus attendre !


Avis Manga Glénat : L'Oxalis et l'or - Tome 1Synopsis : 1849. L’Irlande est décimée par la Grande Famine, qui a coûté à Amelia et Conor leurs familles et leur ferme. Les deux adolescents errent dans la campagne et fouillent les cadavres pour subsister, avec un seul projet en tête : émigrer aux États-Unis d’Amérique et prendre part à la ruée vers l’or, qui vient de commencer. Après les épreuves qu’ils ont endurées, et surtout la mort du jeune frère de Conor, ils pensent ne pouvoir trouver le bonheur qu’en devenant riches à millions et en se mettant ainsi à jamais à l’abri du besoin. Atteindront-ils la Californie et réaliseront-ils ce rêve américain, malgré les nombreux obstacles qui se mettent en travers de leur chemin ?!


Avis Manga Glénat : L'Oxalis et l'or - Tome 1


Notre histoire se déroule au milieu du 19ème siècle, et l’Irlande vit une période difficile durant laquelle la famine et les maladies déciment les populations. Amelia et son serviteur Conor ont presque tout perdu, et ne pensent désormais plus qu’à une chose : rejoindre l’Amérique, et plus particulièrement la Californie, afin de devenir riches. Mais prendre le bateau a un coût, et ce n’est qu’après une rencontre capitale que nos 2 personnages, déjà très attachants, vont pouvoir embarquer en direction du rêve américain. Amelia a 14 ans et déborde d’énergie malgré les atrocités qu’elle a vécues. Mais elle garde le sourire, et surtout l’espoir, même lorsqu’il s’agit de dormir sur une planche en bois. Voulant laisser derrière elle la faim et la maladie, elle grimpe donc dans un bateau avec Conor, et fait rapidement la rencontre de Darragh. Si ce dernier est dans un premier temps froid et même agressif, noyant son désespoir dans l’alcool, il va rapidement se rapprocher de l’énergique Amelia, malgré des conditions de voyage pitoyables. Le froid et les insectes rendent en effet leur longue traversée bien pénible, et certains malheurs qu’Amelia et Conor pensaient avoir laissé derrière eux vont refaire surface. Et ils ne sont pas au bout de leur peine : l’arrivée aux Etats-Unis sera bien difficile, avec une population souvent hostile et raciste.

Après Ellis Island, on se retrouve face à ce fameux rêve américain qui a bien du mal à se dessiner. L’immigration est une nouvelle fois au centre de ce récit qui démarre de belle manière, aussi bien dans ses rebondissements que dans sa narration. L’ambiance y est souvent dure et pesante, mais la fraîcheur d’Amelia fait du bien et la jeune fille apporte une certaine douceur et beaucoup d’énergie à l’histoire. Nos personnages sont malgré tout confrontés à la famine, aux maladies, à la mort, à la trahison et bien entendu au racisme. A leur arrivée, après une traversée en bateau éprouvante, personne ne les attend… Et ce sont plutôt les escrocs et les profiteurs qui leur tombent dessus. Heureusement, le destin est de leur côté, notamment grâce à Darragh. Le jeune auteur japonais Eiichi Kitano nous raconte donc cette histoire avec beaucoup de justesse et un certain réalisme. On sent qu’il s’est documenté sur cette époque si particulière, et cela se ressent dans son coup de crayon énergique, réaliste, mais réservant également quelques originalités. Les visages expressifs et l’humour de certaines situations rendent les personnages attachants, et on se lie rapidement à eux. Leur aventure ne fait que commencer (et il s’est déjà passé beaucoup de choses), et il nous tarde vraiment d’en découvrir la suite.


A lire également : 


Ce premier tome de L’Oxalis et l’or parvient à nous toucher avec ses personnages et ses thèmes forts, et surtout le lien puissant entre Amelia et Conor. Mais le mangaka parvient également à nous faire sourire, grâce à une héroïne pleine d’énergie et d’insouciance, qui croit dur comme fer au rêve américain. Sa motivation est admirable bien que souvent disproportionnée, mais l’aventure qui attend nos personnages s’annonce très compliquée. Il ne reste plus qu’à attendre la suite, en espérant qu’elle continue sur cette lancée. 


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *