Avis Manga Kazé : Mashle – Tome 1

« La magie, c’est bien, les muscles, c’est mieux ! ». Si cette phrase vous dit quelque chose, c’est que vous avez déjà découvert notre unboxing du press kit de « Mashle », notre manga du jour qui vient tout juste de débarquer aux éditions Kazé. De la magie et de la muscu réunies dans un même ouvrage ? Et bien pourquoi pas, et nous allons voir que ce premier tome a de la puissance à revendre. C’est parti !


Avis Manga Kazé : Mashle - Tome 1Synopsis : Dans un monde où la magie fait loi, il était une fois Mash Burnedead ! Élevé au fin fond de la forêt, le jeune garçon passe ses journées entre séances de musculation et dégustations de choux à la crème. Mais un jour, un agent de police découvre son secret : il est né sans pouvoirs magiques, ce qui est puni de mort ! Pour survivre, il va devoir postuler à Easton, une prestigieuse académie de magie, et en devenir le meilleur élève… La magie n’a plus qu’à bien se tenir : avec sa musculature affûtée et sa force hors du commun, Mash compte bien pulvériser tous les sorts et briser les codes de cette société !


Avis Manga Kazé : Mashle - Tome 1


Ce ne sont pas 1 mais 2 tomes de Mashle qui sont désormais disponibles aux éditions Kazé, un manga que nous étions très curieux de découvrir en ce mois d’avril. Dans Mashle, nous faisons la connaissance de Mash Burnedead et de ses muscles ultra développés. Le jeune homme a été élevé au fin fond d’une forêt par son père adoptif, et passe ses journées à faire du sport et à gagner en puissance. Mais il reste un cas à part dans la société dans laquelle il est censé vivre, et son père lui interdit formellement d’aller en ville pour ne pas se faire remarquer. En effet, Mash est né sans pouvoir magiques, dans un monde où chaque habitant possède une marque indiquant qu’il est capable d’utiliser la magie. Cette marque étant placée sur le visage, Mash se fait donc griller en beauté le jour où il part chercher des choux à la crème (son petit péché mignon) en promotion. Et comme il est formellement interdit de ne pas posséder de pouvoirs magiques, lui et son père sont dans de beaux draps lorsque la police débarque à la maison. Mais un marché va lui être proposé : rejoindre l’académie Easton, devenir un élu divin, et refiler une partie de l’argent et des privilèges liés à ce titre à son maître chanteur, Brad. Plus facile à dire qu’à faire, mais Mash va nous réserver pas mal de surprises, et ce dès la toute première épreuve d’intégration. Le labyrinthe ne sera pour lui qu’une formalité, et il fera parler sa puissance pour le pulvériser et rejoindre la sortie. Mais comment Mash pourra-t-il gagner suffisamment de pièces d’argent pour atteindre son but ?

Ce premier tome s’est avéré vraiment excellent et bourré de dynamisme. Il faut néanmoins avouer que tous les clichés habituels sont de la partie, mais le mangaka Hajime Komoto prend un malin plaisir à en jouer et à les détourner. On retrouve donc notre héros, son compagnon de chambre, une jeune fille un brin perchée, le directeur de l’école ou encore ces fameux « camarades » de classe qui s’en prennent à Mash et veulent lui faire mordre la poussière. Oui, tout ceci fleure bon l’univers de Harry Potter, avec les professeurs de magie, un clone de Dumbledore ou encore un dérivé du Quidditch. Les codes habituels sont donc de la partie, mais le caractère de Mash va faire des étincelles. Parfois désinvolte ou en décalage avec les événements (concrètement, il a parfois l’air de royalement se foutre de ce qui se passe), Mash n’hésite pas à utiliser sa puissance lorsqu’une tronche ne lui revient pas. Mais tout ceci n’est pas gratuit et il ne s’en prend pas à n’importe qui. Mash a en effet un grand cœur et défend ses amis sans réfléchir, réalisant parfois un peu tard qu’il s’est attiré des problèmes. Un élève vient le menacer ? Pas de problème, il lui colle la tronche dans le sol ! Ce premier tome ne manque pas d’idées, et Mash parvient souvent à contourner le fait qu’il ne pratique pas la magie. Mieux encore, grâce à sa force, il parvient à remporter des épreuves ! Le tout est franchement ingénieux, et ce premier tome donne souvent la banane.

Le personnage de Mash est donc vraiment réussi, et malgré la simplicité apparente des dessins, son visage en dit souvent long. Il tire de ces tronches ! Les scènes d’action donnent lieu à des illustrations qui claquent, souvent en pleine page ou double page. Voir Mash éclater la face de Lloyd Cavill (le fils d’un haut fonctionnaire du bureau des affaires magiques) en lui demandant de s’excuser a quelque chose de super jouissif. Mais il faudra que Mash n’en oublie pas son objectif, et évite de se faire virer de l’école. Ce premier tome se termine sur un affrontement prometteur, face à un personnage puissant. Le bilan est donc positif pour les débuts de cette nouvelle série (lancé au Japon en janvier 2020 dans les pages du célèbre Weekly Shonen Jump) et nous avons hâte de découvrir la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *