Avis Manga Kana : Entre les lignes – Tome 1

Série en cours de parution au Japon, « Entre les lignes » est arrivé chez nous le 9 juillet dernier avec un premier tome disponible aux éditions Kana via leur label Big Kana. La mangaka Tomoko Yamashita va nous parler de deuil et de relations sociales dans ce premier tome qui s’avère déjà touchant. C’est parti pour notre avis !


Synopsis : À 15 ans, Asa perd ses parents dans un accident de voiture. Elle est recueillie par sa tante Makio, 35 ans, sœur cadette de sa mère. Makio est autrice de romans pour adolescentes, mais elle vit plutôt en recluse, car elle n’est pas à l’aise en société. L’arrivée d’Asa va bouleverser la vie des deux femmes. Asa découvre soudain le monde hors de son cocon familial et n’est pas habituée à quelqu’un comme sa tante, qui lui parle avec autant de franchise, quoique souvent avec maladresse. Makio, de son côté, n’est pas familière d’une cohabitation avec quelqu’un à qui il faut montrer la voie. Chacune va ainsi devoir faire un travail sur soi. L’une pour faire le deuil de ses parents disparus trop soudainement et s’ouvrir au monde. L’autre pour accepter la présence d’une autre personne dans son quotidien et approfondir la question du sens de la famille et des liens qu’elle induit et des sentiments qui s’y rattachent.



Asa est une adolescente de 15 ans. A peine rentrée du lycée, elle se met à faire la cuisine, pour elle, mais également pour la personne avec laquelle elle vit. Cette dernière s’appelle Makio, elle est autrice de romans pour adolescentes mais elle est surtout la tante d’Asa. Mais ces informations là, nous les ignorons pour le moment, les premières pages nous présentant les actions de chacune, mais également leur relation, calme voire assez froide. Makio travaille à la maison, et a du mal a évoluer en société (on comprend que son passé amoureux a été compliqué). On peut presque dire qu’elle vit reclus dans son appartement, et l’arrivée soudaine d’Asa va bouleverser sa vie. C’est via un flashback que nous découvrons les raisons de cette situation, suite à la mort de ses parents dans un accident de voiture. Makio est donc la tante d’Asa, et elle va l’accueillir chez elle. Elle ne lui promet pas de l’aimer, mais elle fera tout son possible pour que tout se passe bien, car une adolescente ne doit pas être laissée seule après un tel drame. Makio est franche, parfois froide, et annonce clairement à Asa qu’elle détestait sa mère. Pour le chagrin, on repassera donc pour le moment, mais d’autres émotions vont rapidement émerger de cette nouvelle relation. Makio et Asa vont devoir cohabiter, apprendre à vivre ensemble et se découvrir, le tout avec beaucoup de retenue. Il se dégage une certaine tristesse de ces premières pages, mais également beaucoup d’espoir, et on sent que chacune apportera énormément à l’autre. Makio parviendra peut-être à s’ouvrir davantage aux autres. Quant à Asa, elle reste une adolescente en pleine construction, et ces événements devraient la faire grandir plus vite que prévu, mais chaque phrase ou même chaque mot sera susceptible de chambouler le reste de sa vie. Elle ne ressent pour le moment pas de chagrin… Cela fait-elle d’elle une mauvaise personne ? Bien sûr que non, et un tel choc demande du temps pour être digéré, mais également pour le comprendre et le réaliser.

Assez lent dans son rythme, ce premier tome n’en reste pas moins intéressant. C’est une tranche de vie que l’on découvre, avec beaucoup de pudeur mais également des moments forts. Les notions de deuil et de famille sont au cœur du récit, mais pas que, et les relations sociales et la solitude, parfois difficiles au Japon, sont également bien amenées. Le traitement des personnages est réussi et l’ensemble est déjà solide, donnant clairement envie de voir comment les choses vont évoluer. On sent un certain respect entre les 2 personnages, mais également de la timidité. La communication est délicate, et chacun fait attention à ne pas froisser ou déranger l’autre. C’est touchant, et les visuels (notamment des visages) donnent vie à ces séquences très humaines. Le trait est parfois simpliste et un peu froid, mais l’ensemble reste agréable et aéré. Ce premier tome démarre donc plutôt bien, et nous avons hâte de découvrir la suite, prévue pour septembre prochain aux éditions Kana.


A lire également : 


Tout le monde n’est pas à l’aise avec les interactions sociales, et cette anxiété à communiquer avec les autres, voire même à sortir de chez soi, est problématique pour de nombreuses personnes. Et lorsque l’on se retrouve à vivre avec une adolescente qui vient de perdre ses parents, c’est encore plus délicat à gérer. Ce premier tome de « Entre les lignes » maîtrise déjà bien son sujet et s’avère solide en nous présentant des personnages déjà attachants, et donne envie de découvrir la suite et l’évolution de nos héroïnes.  


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.