Avis BD Glénat : Amen – Tomes 1 et 2 (récit complet)

Disponible depuis quelques jours aux éditions Glénat, « Amen » est une bande-dessinée en 2 tomes de Georges Bess que nous avons eu la chance de recevoir afin de vous en parler. Ce space opera nous parle de religions, de colonisation, le tout dans un univers souvent violent qui ne manque pas d’identité ! Avec ses personnages au design atypique qui divisera sans aucun doute, ce premier tome nous fait voyager aux confins de l’univers aux côtés d’une expédition pas très amicale… C’est parti pour notre avis !

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 2, disponible le 8 septembre 2021 –


Avis BD Glénat : Amen - Tome 1, Ishoa ou la précession des équinoxesSynopsis : Tandis que d’interminables guerres de religions ravagent la galaxie tout entière, Arcadia cache de nombreux mystères… Et si la solution pour faire cesser cette pure folie guerrière se trouvait sur cette planète aux confins de l’univers connu ? Deux expéditions y ont déjà été envoyées par la Coalition mais aucune n’en est revenue. Pas un seul signe de vie n’a été relayé et aucune donnée n’a été transmise. Pourtant, Arcadia attire. Et une troisième expédition de néo-conquistadors vient d’y débarquer. Commanditée par Sir Raleigh et dirigée par son protégé Ishoa, elle est composée de quatre frères prêcheurs, de quantités de mercenaires – tous anciens forçats – et davantage encore d’esclaves-mutants et sherpas. Au programme : évangélisation de toute forme de vie consciente, annihilation d’espèces hostiles, recherche de richesses minières et enquête sur la disparition des deux précédentes expéditions. Mais dès la première journée d’exploration, d’inexplicables phénomènes laissent présager du pire concernant la destinée des précédents colons… L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis BD Glénat : Amen - Tome 1, Ishoa ou la précession des équinoxes


« Amen » est une bande-dessinée pour le moins atypique qui va au bout des choses, et ce dès sa couverture énigmatique. Les guerres de religions font rage dans la galaxie, et nous allons suivre une expédition partie à la conquête d’Arcadia, une planète sur laquelle se trouverait le remède à tous les maux de l’humanité, voire la possibilité de la sauver. Mais 2 expéditions ont déjà foulé le sol de cette planète mystérieuse et ce troisième groupe, commandité par Sir Raleigh et dirigé par Ishoa, compte bien trouver un maximum d’indices. Notre expédition est composée de nombreux individus, et on compte parmi eux des religieux, des mercenaires ou encore des esclaves plus que maltraités uniquement là pour porter le matériel voire même certains hauts placés. Cette expédition est loin d’être amicale, et entre les prêtres venus évangéliser toute forme de vie et les mercenaires (d’anciens prisonniers pour la plupart) qui tirent à tout va dès qu’ils croisent une nouvelle espèce animale, le sang coule souvent et les dégâts s’accumulent. Cette « exploration » est donc loin de se faire dans la finesse, et de mystérieux phénomènes vont s’inviter à la fête. Qui plus est, le contact a été perdu avec le Destiny, leur vaisseau de transport en orbite autour de la planète. Notre troupe est donc livrée à elle-même…

« Amen » est une bande-dessinée vraiment accrocheuse, qui a de nombreux messages à faire passer. L’humain souhaite-t-il réellement sauver son espèce ou simplement coloniser et détruire ? C’est ce qu’on se demande tout au long de ce premier tome, tant les mercenaires détruisent tout ce qu’ils croisent. Comment voulez-vous que ces anciens forçats respectent d’autres espèces alors même qu’ils frappent les leurs. A côté d’eux, les religieux passent leur temps à prêcher la bonne parole et s’avèrent tout aussi dangereux avec leurs délires fanatiques et cette « télécommande » capable d’exploser instantanément la tête d’un mercenaire. Enfin, on trouve les politiques, restés bien au chaud dans leurs quartiers, qui commanditent tout ça à distance. On se retrouve donc face à ce fameux thème de l’humain parti explorer une planète pour finalement la détruire, le tout enrobé de guerres des religions qui font clairement écho à notre société actuelle. Ce premier tome est clairement décomplexé, aussi bien au niveau de ses dialogues que de ses visuels. Attention, le style va diviser, notamment au niveau des personnages, qui font très « caricature ». C’est probablement un moyen de justement caricaturer leurs comportements, la plupart venant d’horizons bien différents (certains mercenaires ont vraiment des sales tronches). Concernant les décors, ceux-ci s’avèrent magnifiques et immergent totalement, avec de superbes panoramas, un beau travail sur la végétation et un bon rythme dans l’action. La découverte d’une nouvelle planète est bien là, et nous avons hâte d’en apprendre plus sur les nombreux mystères de ce premier tome. Qui est Kurtz, ce personne apparemment capital à notre récit ? Comment expliquer les phénomènes étranges qui frappent les membres de l’expédition ? Et finalement, l’être humain et sa soif de conquête et de destruction méritent-ils d’avoir une seconde chance ? Au final, et même si ce premier tome peut sembler parfois bavard, il n’en reste pas moins très bon ! « Amen » apporte une vision intéressante de la conquête de l’homme, parti « découvrir » une planète mystérieuse pour sauver son espèce. Les thèmes sont bien traités, et c’est visuellement très travaillé. Attention, le design des personnages pourra surprendre dans un premier temps, mais on s’y fait vite, et le style employé est tout à fait cohérent avec l’ensemble de l’ouvrage.


A lire également : 


Avis BD Glénat : Amen - Tome 1, Ishoa ou la précession des équinoxes


avis bande dessinée Georges Bess Amen tome 2 blog lageekroomAmen – Tome 2 : la dernière case du premier tome de « Amen » laissait sur un suspense haletant ! « Et puis soudain, nous les avons vus »… Les mercenaires de l’expédition Arcadia faisaient face à des autochtones. Connaissant les lascars, les balles risquaient à coup sûr de fuser, et ce fut en effet le cas. Mais contre toute attente, pris d’une crise de démence collective, ils se sont entretués. Ajoutez à ça un virus qui se répand et qui décime les troupes restantes, et vous comprendrez que cette expédition est une pure débâcle. Ishoa a bien conscience de la situation dans laquelle il se trouve, quand il dit à son ami Maki : « j’ai bien peur que nous soyons tous condamnés quoi qu’il arrive, mon pauvre ami. Ce n’est qu’une question de temps !« . La tension est à son comble, et tandis que les religieux, toujours aussi fanatiques, hurlent à la sorcellerie et sont persuadés que les habitants de la planète sont des démons, Ishoa va faire une curieuse rencontre. Un autochtone, qui plane dans les airs, lui fait des signes. Ishoa va décider de le suivre, et va aller de découverte en découverte ! Après un premier tome qui posait les bases et nous faisait découvrir les membres de l’expédition et la planète qu’ils étaient en train d’explorer, ce tome 2 apporte toutes les réponses à nos questions.

Les plaines désertiques que va traverser Ishoa vont en effet l’emmener vers toutes les vérités qu’il recherchait, et il va retrouver le fameux Kurtz, membre de la toute première expédition. Pourquoi ont-ils tous disparu ? Pourquoi cette planète est-elle si particulière ? Qui est l’oracle ? Vous le saurez en découvrant ce tome 2, qui met de côté les tueries du premier tome et la brutalité de l’homme pour une approche plus contemplative. La planète Arcadia se dévoile à nous, une sorte de Terre nettement améliorée sur laquelle les habitants vivent sans hiérarchie, sans violence ni brutalité ou colère. Un monde utopique à l’opposé du nôtre ! Les hommes « n’ont réussi qu’à instaurer partout l’humiliation, la misère et le malheur ». Ishoa nous dit : « les premiers mots que j’ai appris sont « dictature », « oppression », « intolérance », « soumission ». Je ne connaissais jusqu’ici que les fanatismes religieux, le racisme, la cruauté et la violence comme normes à travers les galaxies ! L’inhumanité est le propre de l’humanité« . Des mots forts, très forts même, qui font une nouvelle fois écho à notre société. L’homme mérite-t-il une seconde chance ? Ne risque-t-il pas une nouvelle fois de toute détruire et tout gâcher s’il découvre les propriétés fabuleuses de cette planète ? Et au final, ne se complait-il pas dans ces ténèbres ? En découvrant le mode de vie des habitants d’Arcadia, il est légitime de se demander pourquoi les humains en sont incapables. L’espoir est-il encore permis ? On ressort marqué à la lecture de ce second tome, différent du premier mais tout aussi bon. Une nouvelle fois, les dessins diviseront et en freineront certains, même si la grandeur des décors (qui écrasent les humains de par leur profondeur) est à saluer. « Amen » reste quoi qu’il en soit une belle expérience et une œuvre de science-fiction intelligente, pas si éloignée que ça de notre réalité.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.