Avis Manga Kana : 100 Bucket list of the dead – Tomes 1 et 2

En cours au Japon depuis 2018, le manga « 100 Bucket list of the dead » est arrivé chez nous le 14 mai dernier aux éditions Kana. Et si l’apocalypse zombie était le seul moyen pour notre héros Akira Tendô de sortir de sa routine quotidienne dont l’expression « métro-boulot-dodo » sied à merveille ? C’est ce que nous allons voir dans ce premier tome, scénarisé par Haro Asô et dessiné par Kôtarô Takata.

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 2, disponible depuis le 27 août 2021 –


Avis Manga Kana : 100 Bucket list of the dead - Tome 1Synopsis : Cela fait trois ans qu’Akira Tendô, 24 ans, travaille comme un forcené pour une société esclavagiste. Il est en total burn out mais n’est même plus assez lucide pour s’en apercevoir… jusqu’au jour où son quotidien bascule : les zombies ont pris le contrôle de Tokyo ?! Pour le jeune homme, c’est la délivrance : rien de mieux qu’une bonne épidémie zombie pour enfin profiter joyeusement de chaque jour qui passe ! Désormais, Akira va pouvoir croquer la vie à pleines dents ! Pour ce faire, il décide de dresser une liste des 100 choses qu’il voudrait absolument faire avant de devenir un zombie ! Akira parviendra-t-il à rayer toutes les lignes de sa liste avant de mourir ? Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Kana : 100 Bucket list of the dead - Tome 1


Akira Tendô était un jeune homme plein d’ambitions lorsqu’il a intégré sa nouvelle entreprise il y a 3 ans. Mais dès les premières journées, une triste réalité lui a sauté aux yeux : il allait devoir travailler comme un fou, se coltiner nuit blanche sur nuit blanche et se farcir un patron infecte sur le dos… Un retour à la réalité violent, et notre jeune héros est au bord du burn out, n’étant même plus assez lucide pour se rendre compte de la situation dans laquelle il est. Devant un reportage à la télévision revenant sur les pratiques des sociétés esclavagistes et dénonçant le fait que des employés soient victimes de harcèlement de la part de leur hiérarchie, Akira nous dit : « ça ne doit pas être marrant de bosser dans ce genre d’endroit ». C’est dire son état, lui qui vit cette situation au quotidien… Mais un événement dramatique pour le commun des mortels pourrait bien lui être salutaire. C’est en effet une invasion de zombies qui va tomber sur le coin de la tronche de la population, et alors que les gens s’enfuient, hurlent et pleurent, Akira va lever les bras au ciel, se réjouissant de ne plus être obligé d’aller au travail. Une réaction en décalage avec la situation, comme toutes celles à venir du jeune homme d’ailleurs, qui va établir une liste des 100 choses à faire avant de devenir un zombie. Son travail lui a fait oublier la vie réelle, et bien que celle-ci soit désormais chamboulée, il compte bien en profiter !

Ce premier tome de « 100 Bucket list of the dead » pose donc les bases de son récit, et s’avère vraiment excellent. L’histoire ne demande qu’à se développer, et on en sait pour le moment très peu sur les causes de cette épidémie ou sur certains personnages croisés par le jeune homme, notamment lorsqu’il part faire le plein de provisions. Enfin, si on considère la bière comme une provision, lui qui compte bien ce jour là picoler en matant des films. Dynamique et souvent drôle, ce premier tome nous présente donc les débuts d’Akira au milieu des zombies, lui qui a fait du rugby au lycée et qui dispose d’une bonne condition physique. Mais les auteurs n’en oublient pas de nous balancer une bonne grosse critique de notre société, comme Georges Romero en a fait sa spécialité. On retrouve également la légèreté d’un film comme Shaun of the Dead, avec son héros qui menait déjà une vie de zombie (chiante et sans but précis) avant même que l’épidémie ne démarre. Finalement, Akira était déjà un zombie dans sa société, et commence à découvrir la vie suite à ces événements. Et encore une fois, ce décalage fonctionne vraiment bien, et quelques séquences s’avèrent même touchantes, notamment celle avec ses voisins… Akira aura également l’occasion de renouer des liens avec son meilleur ami, et les 2 compagnons pourront enfin se livrer et parler librement. Visuellement, Kôtarô Takata se fait plaisir et propose une mise en scène pêchue et une narration qui ne faiblit jamais. Le découpage et les angles choisis donnent du panache et de la nervosité à certaines poursuites entre Akira et les zombies, et le travail sur les visages (humains et morts) est très réussi. On a même droit à quelques plans larges des immeubles ou de certaines rues de la ville, nous rappelant nos heures passées (virtuellement) à Racoon City. Ce premier tome de « 100 Bucket list of the dead » propose au final de chouettes idées et un rythme intense qui ne faiblit pas. Dynamique et fun, le manga scénarisé par Haro Asô et dessiné par Kôtarô Takata est très réussi visuellement, et parvient à nous embarquer dans une aventure aussi fun que bien écrite, proposant même une critique bien placée sur le fonctionnement de certaines entreprises (un problème particulièrement fréquent au Japon). Même si l’ensemble reste pop-corn dans la forme, le fond est bel et bien là, et il est difficile de bouder son plaisir. Nous avons hâte de découvrir la suite et d’en apprendre plus sur ce monde zombifié et ses survivants !


A lire également : 


avis critique 100 Bucket list of the dead - Tome 2 blog manga gaming lageekroom100 Bucket list of the dead – Tome 2 : maintenant que la société est zombifiée et qu’Akira n’est plus obligé d’aller travailler, le jeune homme a de nouveaux objectifs. Il vient en effet de commencer à rédiger une liste des choses à faire absolument avant d’être transformé en zombie. Des envies parfois facilement réalisables (se laisser pousser la barbe), parfois loufoques (manger plein de crabes), et d’autres quasi impossibles à accomplir (sauter en parachute). Et pourtant, Akira compte bien compléter sa liste et y inclure de nouveaux objectifs, et ce tome 2 sera l’occasion pour notre héros de prendre un peu plus conscience de sa vie, de son passé et de ses rêves, pour ajouter quelques lignes importantes sur son carnet. Akira n’a jamais vraiment profité de la vie, et n’a jamais eu l’occasion de se rapprocher d’une fille, que ce soit au lycée ou durant ses 3 années de travail dans une société esclavagiste. Désormais accompagné de son pote Kenichirô, qu’il a sauvé d’une femme zombie dans un love hotel, Akira va partir en vadrouille pour continuer à atteindre ses objectifs. Prochaine expédition : le centre commercial, pour y récupérer un écran plat de grande taille pour jouer à des jeux vidéo.

Qui dit expédition dit nouvelles rencontres, car nos héros ne sont pas les seuls survivants de l’invasion de morts-vivants. Et comme l’ensemble est souvent gros comme une maison, Akira va rencontrer un groupe d’hôtesses de l’air et pouvoir boire un verre avec elles, comme il l’avait inscrit dans la siste. Oui, c’est clairement tiré par les cheveux, mais ces séquences parfois « grotesques » font partie de l’ambiance générale de la série de Haro Asô et Kôtarô Takata. On se marre en tout cas souvent face aux réactions des personnages, surtout face à la menace. Car comme dans tout bon film ou jeu de zombie qui se respecte, des rebondissements sont à prévoir, et surtout des morsures bien sanglantes. Attention à ne pas trop vous attacher à certaines nouvelles têtes. On retrouve quelques références sympathiques à Resident Evil 2 (le camion qui font à toute allure sur Akira et Kenichirô) ou encore Dead Rising, avec son centre commercial infesté de zombies. Bien sûr, les films de Romero servent également de référence, l’humour en plus. Cela n’empêche pas les auteurs d’aborder certains thèmes plus sérieux, comme les regrets, les objectifs de vie, les rêves d’enfance ou encore l’altruisme. Akira va même croiser à nouveau la route de la mystérieuse jeune femme du tome 1, qui s’avère une nouvelle fois dotée d’un sacré caractère et en connait un rayon sur de nombreux sujets (et notamment la psychologie). Si l’ensemble reste très pop-corn et se lit vite, on bénéficie de très beaux dessins et de nombreux détails. Les zombies et autres menaces sont très détaillés, et les visages des personnages sont expressifs. Après cette balade en ville, nos héros vont désormais changer un peu d’air, ce que nous avons hâte de découvrir dans le prochain tome !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *