Avis : Le Système solaire de SEGA. Vers la Saturn et au-delà

Si nous repensons avec nostalgie à nos heures passées sur Sonic 2 ou encore Virtua Fighter, au point d’y rejouer régulièrement, nous étions loin d’imaginer ce qui se tramait à l’époque chez SEGA. Notre ouvrage du jour est signé Aurélien Thévenot et revient sur le constructeur à travers ses différents projets, qu’ils aient abouti ou non, et dont la plupart ne sont pas connus du grand public. « Le Système solaire de SEGA. Vers la Saturn et au-delà » revient donc sur l’ambition folle de SEGA, sur son envie d’être à la pointe de la technologie et sur ses fameux projets portant des noms de planète. C’est parti !


Avis : Le Système solaire de SEGA. Vers la Saturn et au-delàDescriptif de l’éditeur : Pour un large public, le destin de SEGA se résume généralement à deux temps forts : une formidable ascension au début des années 1990, emmenée par le succès occidental de la console Mega Drive, et la retentissante annonce de son retrait en tant que constructeur en 2001, consécutive à l’échec de son ultime console, la Dreamcast. Le système solaire dont il est question dans cet ouvrage représente la zone grise située entre ces deux extrêmes. Dans Le Système solaire de SEGA. Vers la Saturn et au-delà, l’auteur Aurélien Thévenot invite à détricoter l’histoire des projets qui ont émaillé cette zone grise, de la Game Gear au mystérieux Project Pluto, en passant par la mythique Saturn, véritable point d’orgue du récit. Et si la cohérence supposée de ce système solaire des consoles SEGA n’était pas si évidente ? L’enquête menée pour l’écriture de cet ouvrage pourrait bien lever le voile sur l’un des nombreux mystères de l’histoire du jeu vidéo. L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur à cette adresse.


Avis : Le Système solaire de SEGA. Vers la Saturn et au-delà


L’éditeur SEGA est très présent ces derniers temps sur le blog, et ce n’est que le début. En attendant notre test de Yakuza : Like a Dragon, notre dossier  « Dreamcast : voici une sélection de jeux à posséder sur la console de Sega » réalise un chouette carton et nous vous en remercions chaleureusement. Un autre dossier du genre vient d’ailleurs tout juste de voir le jour sur le blog, consacré à la Saturn, console largement abordée dans notre ouvrage du jour ! Pour certains, parler de l’éditeur se résume à se remémorer ses souvenirs d’enfance autour de la Mega Drive ou de certains jeux cultes comme Sonic 2 et Moonwalker. Mais de nombreux autre joueurs reviennent avec émotion sur la Dreamcast et ses jeux incroyables ou encore sur la Saturn, boudée à l’époque mais qui retrouve un second souffle aujourd’hui grâce au retrogaming. Mais l’histoire de SEGA est bien plus complexe, et dans les coulisses, de nombreux événements ont eu lieux. Projets avortés, décalés, alliances ou trahisons, tout n’a pas été de tout repos chez SEGA, et notre ouvrage du jour est là pour nous apporter un maximum de détails sur ce fameux système solaire, pas si évident que ça à décrypter !

Après être revenu sur la création de SEGA et ses différents piliers, Aurélien Thévenot se lance dans l’analyse des différents projets de la firme. Et bien que les connaisseurs soient déjà au courant de nombreux éléments décrits dans l’ouvrage, ce dernier n’est pas avare en surprises. Posons déjà les bases et détaillons les différents projets. On trouvera donc dans cet ouvrage tout ce qu’il faut savoir sur le projet Mercury (la Game Gear), le projet Venus (la Nomad), le projet Mars (la 32X), le projet Jupiter (une variante annulée du projet Saturn basé sur un support cartouche), le projet Saturn (qui a conservé son nom), le projet Neptune (annulé lui aussi, une fusion entre la Mega Drive et la 32X) et pour finir le projet Pluto (une nouvelle fois annulé, il s’agissait d’une Saturn dotée d’un modem Internet). SEGA a souvent été en avance sur son temps, avec cette volonté de sortir ses consoles avant la concurrence tout en proposant des innovations techniques. On découvrira que certaines prises de risque étaient de trop, et on se rappelle nos déboires avec notre 32X qui avait bien du mal à fonctionner. Peut-être que la firme était un poil trop en avance, en témoigne la Dreamcast et son jeu en ligne, démocratisé plus tard chez Microsoft avec sa Xbox. Et pourtant, nous en avons passé des heures sur Phantasy Star Online ou Quake 3 Arena !

Nous parlions d’innovations techniques, car il est clair que SEGA a souvent été en avance sur son temps. Le livre revient sur ces aspects techniques, dans des paragraphes davantage axés sur les composants qui en perdront certains. Mais cela permet de comprendre notamment pourquoi la Saturn était si difficile à programmer… Pourtant, chaque génération de machine a été développée avec minutie, et les têtes pensantes de chez SEGA étaient toujours au travail pour lutter contre la concurrence de plus en plus féroce, avec notamment l’arrivée de Sony sur le marché. L’ouvrage revient donc sur tous ces projets, leur création, les succès et les échecs, les jeux, les chiffres de vente, les éditeurs ayant fait confiance ou non à la firme, ou encore les soucis en interne et les mauvaises décisions. Les informations et anecdotes sont nombreuses, une grosse partie de l’ouvrage étant consacrée à la Saturn. L’auteur termine avec un décryptage du système solaire qu’il vient de présenter dans les moindres détails, en revenant par exemple sur les projets satellites ou encore l’absence du Mega-CD, et termine avec une chronologie détaillée pour bien s’y retrouver. Tout ceci avait-il été prévu dès le départ par SEGA ? Ce sera à vous de le découvrir.


A lire également : 


Les consoles SEGA ont bercé notre enfance, à commencer par la Mega Drive et la Saturn, sans oublier la Dreamcast un peu plus tard. Mais au delà de ces 3 consoles cultes, c’est tout un système qui s’est construit, avec des idées, des projets, des annulations, des succès et des déboires. Aborder « Le Système solaire de SEGA. Vers la Saturn et au-delà », c’est découvrir ou redécouvrir de nombreux mystères autour de la firme et ses différentes machines réparties sur 3 générations. Même si l’ouvrage est parfois un peu technique et fera décrocher certains lecteurs, sa lecture est passionnante, et l’auteur reviendra même sur ces jeux incroyables qui ont marqué les joueurs. 


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.