Avis Manga Doki-Doki : The Cave King – Tome 1

Nouveauté de ce mois de juillet aux éditions Doki-Doki, « The Cave King » est un manga de Takao Demise adapté d’un light novel de Hajime Naehara (scénario) et Hatori Kyôka (chara design). La série, qui compte 2 volumes au Japon, débarque donc chez nous avec quelques promesses : un héros accrocheur et une ambiance « à la Minecraft ». Pari tenu ? C’est ce que nous allons voir !


Avis Manga Doki-Doki : The Cave King blog manga lageekroomSynopsis : Dans ce monde, tout le monde naît avec un emblème permettant d’utiliser la magie… Un art que peine à utiliser Heal, 17e prince du royaume de Sanfaress. Rejeté par sa famille, Heal se voit exilé le jour de ses 15 ans sur une île isolée, faite de roches inhospitalières, où il découvre de nombreux ossements à l’air libre. Souhaitant les enterrer, tout à coup, son emblème s’active et une voix lui annonce qu’il est devenu le roi des grottes ! Des capacités extraordinaires apparaissent en lui, permettant de créer toutes sortes d’artefacts grâce aux minerais qu’il extrait. Alors que Heal commence son exploration de cette île pleine de dangers, un navire de gobelins s’échoue sur les côtes…


Avis Manga Doki-Doki : The Cave King blog manga lageekroom


N’y allons pas par 4 chemins, ce premier tome de « The Cave King » est un pur divertissement. Les débuts sont assez rapides et nous mettent directement dans le bain, en introduisant notre jeune héros, Heal. Ce dernier a beau être un prince de son royaume, il est rejeté par sa famille et envoyé en exil sur une île. Un cadeau empoisonné pour ses 15 ans, le lieu étant littéralement perdu au milieu des océans. Tout ceci serait apparemment dû à l’emblème de Heal. Concrètement, les humains naissent tous avec une marque appelée « emblème ». Il est possible de porter une emblème Dieu de l’épée ou encore Roi des mages et de bénéficier du pouvoir qui va avec. L’emblème de Heal semble quant à elle ne bénéficier d’aucune puissance, ce qui fait qu’il est la risée de sa famille. Mais en débarquant sur la fameuse île paumée, lieu de son exil, Heal va découvrir que sa marque n’est pas si insignifiante que ça. Il devient donc un Roi des cavernes, et va pouvoir commencer sa survie en creusant et en découvrant des pierres plus ou moins importantes. Heal découvre ses capacités, pour creuser ou encore voir dans le noir, et faire augmenter ses compétences. Il extrait des minerais, les stocke, et découvre même ces fameuses pierres magiques, qui lui permettent de booster ses stats et ses pouvoirs, ou encore de prolonger sa durée de vie. C’est en creusant dans ce gros cailloux qui lui sert désormais de lieu d’habitation que Heal va aller de découvertes en découvertes, jusqu’à faire la connaissance d’un petit slime qu’il va immédiatement recruter. Mais ce ne sera pas sa seule rencontre, et il va découvrir, échoués sur la place, des gobelins et une princesse. Des personnages atypiques, vite attachants, qui vont l’accompagner dans ses nouvelles aventures. Heal va prendre sous son aile la jolie princesse et faire en sorte de la sauver, elle qui est atteinte d’une étrange maladie la menant vers une mort certaine. Les pierres qu’il a découvert sur l’île peuvent-elles sauver la jeune fille ?

Les événements s’enchaînent avec un rythme plutôt soutenu, et le sauvetage d’un navire, et de ses occupants, sera même de la partie. Oui, ce premier tome fait penser à Minecraft et à ses mécaniques de gameplay : Heal loote et crafte toutes sortes d’objets nécessaires à la survie de ses nouveaux compagnons de galère. On croise quelques bestioles pas forcément attirantes au premier abord mais qui pourraient s’avérer utiles, et l’humour est également au rendez-vous. Le personnage de « fesses à l’air » est aussi intrigant que marrant. Qui est-il et comment est-il apparu sur l’île ? Si le récit ne dispose pour le moment pas de grands enjeux et se concentre sur la découverte de l’île et des compagnons de Heal, les bases sont posées et quelques mystères restent au rendez-vous. Comme nous le disions au début de notre article, ce premier tome est divertissant et fait bien le job. C’est un peu classique parfois (on pensera notamment à « Cube Arts » chez le même éditeur) mais plutôt efficace et on ne s’ennuie pas. Il faut tout de même espérer que le tome 2 apporte un peu plus de suspense, et pourquoi pas un véritable antagoniste et de vrais enjeux. Visuellement, c’est très joli et plutôt dépaysant. Les personnages bénéficient d’un chouette soin et sont déjà attachants, et certaines illustrations sortent du lot. Pas de quoi crier au génie certes, mais c’est une nouvelle fois efficace.


A lire également : 


Ce premier tome de « The Cave King » est très sympathique et divertissant. Même si nous attendons du deuxième tome qu’il monte d’un cran maintenant que les bases sont posées, il est difficile de trouver à redire à ces débuts un peu classiques mais efficaces. C’est visuellement joli, rythmé et souvent drôle : on peut dire que cela démarre plutôt bien pour cette nouveauté de l’été.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.