Avis Omaké Manga : Clover Cinderella (one-shot)

Après nos avis sur « Shark Panic« , « Bloody Cruise« , ou encore sur le tome 3 de « Masked Sheep« , les éditions Omaké Books, via leur label Omaké Manga, nous proposent de nous plonger dans un récit bien différent. « Clover Cinderella » est un one-shot signé Hideyuki Akashi, un auteur qui sait varier les genres, passant du manga sportif au thriller, mais qui va s’adonner cette fois-ci à la romance. Mais pas n’importe qu’elle romance ! C’est parti pour notre avis !


Avis Omaké Manga : Clover Cinderella (one-shot)Synopsis : Jusque là, le trentenaire Tokichi Kinuta se considérait comme  » le mec qui a le plus de poisse au monde « . Et ce, dans tous les domaines de sa vie : études, travail, ami, argent et bien sûr amour. Rien ne lui a jamais réussi et tout s’est toujours terminé en catastrophe pour lui. Jusqu’à ce que ce mangaka sans succès tombe (littéralement) sur une jeune femme qui se considère en revanche
comma  » la nana la plus chanceuse du monde  » ! Du jour au lendemain, l’équilibre de leur vie va alors prendre un tout nouveau pendant, à l’issue totalement imprévisible…


Avis Omaké Manga : Clover Cinderella (one-shot)


« Clover Cinderella » est donc un récit complet, à réserver à un public averti. Le manga de Hideyuki Akashi comporte en effet quelques scènes de sexe, qui restent à nos yeux très soft, ne tombant jamais dans le vulgaire. L’histoire met en avant Tokichi, un trentenaire qui a vraiment la poisse. C’est simple, il ne lui arrive que des galères, et ce depuis son enfance. Chute lors d’une épreuve sportive en primaire alors qu’il allait remporter la victoire, accident le jour de ses examens d’entrée à la Fac ou encore alarmes de son smartphone qui ne se déclenchent pas rythment un quotidien pas simple à gérer. Mais ce jour là, lors d’une chute à vélo, encore une, Tokichi va faire la rencontre de Chiyoko, qui se considère comme étant « la nana la plus chanceuse du monde ». Un contraste forcément saisissant avec le quotidien de Tokichi fait de galères, mais qui ne va pas empêcher un rapprochement de nos personnages.

Tokichi rêve de devenir mangaka et peine à percer, mais depuis sa rencontre avec Chiyoko (et un événement qui s’est déroulé à la gare), tout semble s’accélérer dans sa carrière. La chance lui sourit enfin, elle est attentionnée avec lui, ses publications cartonnent et même les réseaux sociaux lui donnent un coup de pouce ! Mais ce soudain succès fait revenir un personnage important de la jeunesse de Tokichi : une jeune femme qu’il dessinait en cachette. Le succès peut monter à la tête, et maintenant que Tokichi a de la chance et vit une belle histoire avec Chiyoko, il serait dommage de tout gâcher…

Les événements s’enchaînent avec fluidité dans ce one-shot, avec quelques retournements de situation. On tourne donc les pages sans s’ennuyer, découvrant le caractère de Chiyoko et son côté mystérieux, mais également la naïveté de Tokichi et son manque de maturité. On se pose forcément des questions sur la chance soudaine de Tokichi. Est-elle liée à un élément « fantastique » ? Ou doit-on plutôt parler de destin ? La chance, on la provoque, et elle finit toujours par tourner ! Mais à vouloir voler trop haut, on peut finir par se bruler les ailes et la faire fuir… Il règne une certaine tension durant quelques chapitres, durant lesquels on a envie de dire à Tokichi ce qu’il doit faire, et ne pas faire ! Visuellement, c’est très réussi, avec des personnages détaillés et un découpage qui permet de bien profiter des illustrations. Le ton est mature, et les scènes de sexe sont très réussies également. Hideyuki Akashi sait clairement mettre ses personnages en valeur.


A lire également : 


« Clover Cinderella » soulève quelques questions intéressantes, liées au destin, et à la chance que l’on provoque et qui pointe ou non le bout de son nez. L’ouvrage met également en avant l’importance des relations, de la complicité, et pointe du doigt certaines dérives (et mauvaises décisions) qui peuvent tout remettre en question. Nous avons beaucoup apprécié la narration, ainsi que le style visuel de Hideyuki Akashi, moderne et dynamique. Les éditions Omaké nous proposent là un ouvrage qui tranche avec leurs publications habituelles, ce qui n’est pas pour nous déplaire !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.