Avis Omaké Manga : Children – Tomes 1 et 2 (série terminée)

L’éditeur nous avait prévenus : assurez-vous d’avoir le cœur et l’estomac bien accrochés avant de vous lancer dans Children, le manga choc de Miu Miura. La couverture est colorée et le sourire de la jeune fille communicatif, mais le couteau ensanglanté annonce la couleur. Le héros de notre histoire, Tôru Igarashi, pense devoir s’occuper d’enfants durant 6 mois pour payer ses études à la Fac… Mais il n’est pas prêt à ce qui l’attend. C’est parti pour notre avis sur Children, une série en 2 tomes publiée chez Omaké Books !


Avis Omaké Manga : Children - Tomes 1 et 2 (séries terminée)Synopsis : Pour 3 millions de yens, une somme anormalement élevée, le jeune Tôru Igarashi, un étudiant, a accepté un petit boulot de six mois dans un orphelinat situé au fin fond des montagnes, pour s’occuper d’enfants et aider aux tâches d’entretien. Il y fait la connaissance de Sakurako, une jeune adolescente de 14 ans et du groupe d’enfants, un peu méfiants mais néanmoins plein d’énergie. Tout semble bien se passer jusqu’à ce qu’à la nuit tombée, cette ambiance joyeuse ne devienne malsaine et extrêmement sanglante ! Loin du monde, le cauchemar de Tôru ne fait que commencer. Les enfants deviennent d’incroyables machines à tuer, égorger, découper… Ces 2 tomes sont à découvrir sur le site de l’éditeur à cette adresse.


Avis Omaké Manga : Children - Tomes 1 et 2 (séries terminée)


Lorsque Tôru Igarashi débarque à l’orphelinat, il fait la connaissance de la directrice, Sakurako Shimizu, 14 ans seulement. On se doute déjà que ce ne sera pas une partie de plaisir, les 4 superbes premières pages en couleur mettant dans le bain. La jeune mangaka démarre son histoire sur un rythme soutenu et plonge son héros dans l’horreur des lieux après quelques pages seulement. Une horreur qui tranche totalement avec l’aspect « mignon » des dessins et les petites bouilles craquantes de certaines fillettes de l’orphelinat. Mais là où les enfants de The Promised Neverland sont envoyés à l’abattoir, c’est tout l’inverse dans Children, et ce sont des adultes qui en prennent plein la tronche. Une mystérieuse camionnette fournit la « marchandise » aux gamins, qui tuent, découpent et dépècent… Forcément, Tôru est choqué de ces agissements, mais comprend rapidement qu’il ne pourra pas quitter les lieux. Et c’est également le cas de certains autres enfants. Si une partie de l’orphelinat suit la directrice aveuglément, une autre partie est forcée de rester sur place. On apprend que de nombreux enfants sont morts, parce qu’ils ne voulaient pas participer à ce bain de sang. On en oublierait presque toute cette violence lorsque les enfants s’amusent et jouent dans le jardin. Mais la réalité nous rattrape vite, avec des séquences sanglantes, violentes, mais également dérangeantes. Tête tranchée, œil arraché, cadavres découpés : certaines illustrations sont vraiment gores, rappelant l’œuvre choc de Rensuke Oshikiri intitulée le Le Perce Neige. Le malaise n’est pas loin, et la directrice fait vraiment froid dans le dos. L’histoire reste en tout cas bien mystérieuse. Pourquoi les enfants sont-ils ici ? Et surtout, pourquoi se livrent-ils à de tels agissements ? Quelques réponses commencent à tomber, et on se doute que quelqu’un d’autre tire les ficelles (un nom est d’ailleurs prononcé…). La directrice est également très énigmatique, et on sent qu’elle exerce une pression psychologique forte sur les enfants. La mangaka ne fait pas simplement du gore pour le style, et quelques thèmes forts sont abordés, comme la maltraitance, le viol et tout ce qui concerne le mal être des enfants face aux comportements pas toujours clean des adultes. Chaque gamin a sa propre histoire (l’un d’eux a quitté son pays, l’autre est un garçon mais a été élevé comme une fille), mais tous (ou presque) peuvent devenir de véritables machines à tuer. La fin du tome est clairement choquante, et donne envie de lire la suite sans attendre !

Visuellement, comme nous le disions précédemment, la mangaka utilise un style presque charmant lorsqu’il est question de présenter les enfants, et opte pour un virage vers la violence pure et viscérale dès qu’il est question de s’occuper des adultes. Le découpage est dynamique, avec des cases assez larges qui permettent de mettre en valeur les visages des différents protagonistes, sans oublier des illustrations en double page qui tabassent, dans tous les sens du terme. La violence est bien gérée mais n’est pas à mettre entre toutes les mains. Malgré un côté parfois « classique » de l’ensemble, qui se démarque moins qu’un Perce Neige ou qu’un Sayuri (dont nous allons très vite vous parler sur le blog), le résultat est très convaincant.


A lire également : 


Avis Omaké Manga : Children - Tomes 1 et 2 (séries terminée)Children – Tome 2 : attention, assurez-vous d’avoir bien lu le premier tome de Children avant de continuer ! La fin du tome 1 laisse sans voix. La petite Mirai, abandonnée par son père à l’orphelinat (avec ses frères, qui ont été tués) veut s’échapper. Tôru lui promet qu’il va quitter l’orphelinat avec elle, mais lorsqu’il se réveille le lendemain matin, la tête de la petite fille est dans son lit. Une vision d’horreur, aussi bien pour le jeune homme que pour le lecteur… Les murs de l’orphelinat ont des oreilles, et il sera difficile d’échapper à son étreinte. Alors que le premier tome était très mystérieux quant aux raisons pour lesquelles les enfants découpent ces cadavres, ce second tome comporte son lot de révélations. Il fallait bien évidemment accélérer le rythme, ce tome étant le dernier. Nous ne vous spoilerons rien dans cet article, mais sachez que des surprises sont au rendez-vous, que l’on découvre qui se cache derrière tout ça et pourquoi, sans oublier le passé de notre héros. On se demandait pourquoi la directrice tenait tant à le protéger ? Et comment elle faisait pour garder les enfants auprès d’elle ? Vous aurez également votre réponse. La narration est donc très dense, et s’avère parfois un peu confuse, les personnages et les enjeux étant nombreux. Ce tome est d’ailleurs plus épais que le premier et comporte plus de 250 pages ! La violence est toujours au rendez-vous mais s’avère moins malsaine, même si la mangaka n’hésite pas à faire mourir certains enfants de manière assez choquante. Le côté mignon aperçu dans le premier tome laisse donc place à une noirceur permanente, et personne n’est épargné. Petit bémol malgré tout en ce qui concerne le coup de crayon, parfois moins précis dans cette suite. Certains visages sont plus basiques, et quelques regards sont moins expressifs, mais l’ensemble reste de bonne facture. Quelques petites fautes d’orthographe sont également à signaler, mais rien de bien méchant non plus. En conclusion, malgré une narration un peu confuse et des dessins parfois moins détaillés dans ce second tome (nous avons une préférence pour le premier, qui bénéficie d’une meilleure finition), Children est une œuvre à découvrir, parfois choquante et réellement percutante, qui nous balance certains thèmes forts en pleine poire ! Il y est question de vengeance, de folie, mais également d’amour, ce sentiment si fort que chaque enfant recherche auprès de ses parents. On n’en ressort quoi qu’il en soit pas indemne.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.