TEST : Who Pressed Mute on Uncle Marcus?

Parmi les genres de niche, il y a le FMV dans lequel s’est largement engouffré Wales Interactive. Pour ceux qui ne le savent pas, rappelons que FMV signifie Full Motion Video. En d’autres mots, c’est un jeu qui repose sur des fichiers vidéo pré-enregistrés qui sont lus dans un ordre précis en fonction des interactions. Si les FMV sont assurément des jeux vidéo, il est clair également que certains ont également la casquette de films interactifs, comme ont pu le démontrer Late Shift ou encore le récent Bloodshore. Avec le nouveau projet de Good Gate Media, Who Pressed Mute on Uncle Marcus?, on renoue un peu plus avec le côté jeu d’enquête. L’éditeur nous ayant envoyé un code pour assurer une critique ce jour, jour de la sortie officielle du titre, nous n’avons pas hésité à explorer les différentes ramifications pour vous dire ce que nous en pensons.


TEST : Who Pressed Mute on Uncle Marcus? C’est avec une vidéo d’introduction que Good Gate Media pose les bases du scénario. Nous vivons l’expérience en incarnant Abby (Abigail Hardingham) ou plutôt en prenant les décisions à sa place au sein d’un quiz familial organisé pour l’anniversaire de sa mère. Avant cela, notre cher Oncle Marcus (Andy Buckley) nous joint via un tchat vidéo pour nous indiquer qu’il a été empoisonné au dernier repas de famille, auquel Abby n’a pas pu assister, et que tous les suspects vont justement participer au quiz familial. C’est alors à Abby d’en profiter pour interroger les membres de la famille afin de découvrir qui a empoisonné notre oncle et surtout avec quel poison… Quelles sont les motivations de chacun ? Leurs secrets ? Peut-on sauver Oncle Marcus ? Toutes les réponses à ces questions vous les aurez en jouant ! En effet, nous ne souhaitons pas spoiler, ce qui gâcherait votre expérience. C’est donc parti pour parler des qualités et des défauts de ce Who Pressed Mute on Uncle Marcus? !


TEST : Who Pressed Mute on Uncle Marcus?


Une fois la scène d’introduction passée, Abby se lance dans le quiz familial auquel participent sa mère, sa grand-mère, sa tante, sa sœur et deux cousins. Disons-le clairement, les personnages sont assez clichés dans leur genre. Il y a la personne âgée qui n’est pas à l’aise avec la technologie, la matriarche un peu égocentrique qui tente tant bien que mal de maintenir le lien au sein de la famille, le cousin écolo humaniste moralisateur, le cousin qui a une passion pour la mort et ce qui y a attrait, la sœur superficielle ultra égocentrique et la tante alcoolique qui déverse son venin à la moindre occasion, sans parler de Marcus, l’oncle détesté de tous, sauf d’Abby, pour des causes familiales qui sont vite présentées. Le bon côté, c’est que même si les acteurs ont une légère tendance à parfois surjouer un peu, ils offrent majoritairement une prestation suffisamment convaincante pour que l’on puisse se prendre au jeu. En même temps, il est difficile d’être toujours des plus justes quand on campe un personnage assez cliché qui s’exprime seul derrière une webcam dans un lieu différent de celui des autres.

Car oui, chacun joue au quiz de chez soi et même les deux membres qui sont sous le même toit jouent à partir de pièces séparées. Cela a au moins le mérite de varier un peu le décor filmé et de bien identifier chaque lieu en fonction de chaque personnage. Bien entendu, en tant qu’Abby, on se retrouve donc à jouer au quiz mais surtout à profiter du fait que celui-ci se joue en équipe pour discuter plus particulièrement avec un membre de la famille à chaque manche, en sachant qu’il n’y a que trois choix possibles par manche et qu’il y a quatre manches. Ne vous attendez pas à mener votre enquête comme vous l’entendez pour autant, seuls des choix très précis sont proposés, ce qui fait que vous serez parfois un peu frustré d’être coupé dans votre interrogatoire ou de ne pas pouvoir poser une question qui semblait évidente mais qui n’est pas prise en compte par le scénario (par exemple connaître le poison utilisé n’est possible qu’avec un seul personnage et dans une manche de quizz précise, n’espérez pas le découvrir avant ou après). En fonction du personnage avec lequel on discute, il faut savoir s’il vaut mieux jouer le jeu et attendre que ce dernier se livre de lui-même ou s’il faut lui tirer les vers du nez… Dans tous les cas, à chaque manche, il y a d’une à quatre « preuves » à récolter. Entendez par là une confidence qui permettrait d’accuser un membre de la famille.


TEST : Who Pressed Mute on Uncle Marcus?


Ce qui est bien, c’est que les preuves dépendent du personnage, chacun ayant des griefs contre au moins un autre, mais également du tour auquel on discute avec lui. Ainsi, ne vous attendez pas à découvrir tous les secrets des personnages sur un seul run, d’autant que celui-ci est assez court (moins d’une heure mais le temps varie selon les choix et peut être réduit à une vingtaine de minutes). Il faut bien plusieurs runs et un enchaînement assez précis des choix pour pousser les membres de la famille à se confier et ainsi accumuler suffisamment de preuves pour être en mesure d’en accuser plusieurs (avec un peu d’anticipation, on peut très bien réaliser une première accusation dès le premier ou le deuxième run – pour notre part ça a été au deuxième). Ainsi, lorsque nous avons accumulé suffisamment de preuves, il y a un moment précis dans le fil de l’aventure qui déclenche la possibilité d’accuser un des membres de la famille… A condition d’avoir suffisamment de preuves contre lui ! Sinon, l’accusation est impossible et il faut relancer un run pour accumuler les preuves nécessaires afin de débloquer son accusation. Bien entendu, les preuves récoltées lors d’un run sont conservées (sauf en cas de bug, ce qui nous est arrivé à deux reprises après avoir quitté le jeu, éteint la console et relancé le tout quelques heures plus tard), ce qui permet de les revoir via le menu principal et de les accumuler au fil des runs jusqu’à être en mesure d’accuser tout un chacun. C’est donc un véritable format enquête qui est mis en place.

Grâce aux différents choix qui modifient un peu la narration, même au sein d’une même manche du quiz, cela permet d’éviter trop de répétitivité. Hélas, si on peut bien passer certaines séquences vues avec RB, d’autres ne peuvent pas être esquivées. Au fil des runs, ces scènes obligatoires deviennent vite barbantes et la répétition finit même par nous faire souffler, voire détester certains personnages que l’on aimait bien de prime abord. Enfin, même s’il est possible de supprimer toutes les preuves pour relancer une partie de zéro (via les paramètres), il faut bien avouer qu’après une petite douzaine de runs, on a fait le tour du jeu et la rejouabilité retombe bien bas. En tout cas, le scénario est assez prenant et chaque personnage a ses petits secrets à découvrir, ce qui est plutôt appréciable, les fins de chacun pouvant même arriver à créer une certaine surprise (comme celle de Bradley et celle de Toby par exemple), alors que d’autres fins sont un peu trop abruptes (celle avec Lottie ou avec Felicity, la maman, par exemple)…

L’interface développée pour habiller le quiz et donner le côté tchat vidéo est également un peu pauvre. Certes, il favorise l’identification au moment des partages par ordinateurs/téléphones interposés mais le rendu est un peu trop basique. Heureusement, la qualité des enregistrements est quant à elle de bonne facture, ce qui assure un confort visuel que nous n’avions pas toujours sur Bloodshore par exemple. Reste que pour 12,99€ (11,69€ avec la remise de lancement – nous sommes dans les prix qui varient entre 12 et 15€ pour le genre), les joueurs en auront pour leur argent pour peu qu’ils ne soient pas trop regardants sur certains points, notamment la mise en scène qui reste foncièrement très basique du fait de quasiment toujours voir les personnages évoluer derrière leur caméra. Même un gros événement clé qui se débloque dans une situation précise et qui aurait mérité une réunion de la famille est traité par l’intermédiaire d’une caméra, tout comme la conclusion qui s’en suit… Dommage, ça manque de scènes un peu plus « interactives », non pas entre le joueur et les personnages mais entre les personnages eux-mêmes. Quelques flashbacks du repas de famille pour accompagner les preuves par exemple auraient pu être envisageables. En l’occurrence, le choix artistique est clair, tout se joue à travers les caméras laissant toujours le joueur spectateur même lorsqu’il est acteur des choix. Enfin, précisons que l’intégralité de l’expérience est à découvrir en VO, donc en anglais, mais que les moins anglophones ont tout de même le droit à des sous-titres français majoritairement de bonne facture, même si le ressenti est un peu entaché par quelques coquilles disséminées ci et là.


TEST : Who Pressed Mute on Uncle Marcus?


Who Pressed Mute on Uncle Marcus? est un bon divertissement avec un petit côté enquête plaisant. Même si les personnages sont très clichés dans leur genre et que les acteurs ont parfois tendance à en rajouter, il faut bien avouer qu’ils sont investis et donnent du corps aux personnages qu’ils campent. L’exercice n’était pas facile en plus puisque quasi toutes les séquences, même les dialogues entre les personnages, se font par caméras interposées, ce qui réduit les interactions physiques et la mise en scène à sa plus simple expression, même lors d’une séquence clé qui survient dans une condition particulière et qui aurait clairement mérité un meilleur traitement. D’ailleurs, il y a quelques frustrations dans la façon d’aborder les interrogatoires lors du quiz, dans la possibilité de ne pouvoir accuser qu’une personne en fin de run, sans pouvoir se la jouer Columbo quand on peut en accuser plus, en rebondissant sur les révélations de l’accusé, ou encore au niveau de certaines fins qui sont trop abruptes, laissant le joueur avec quelques questions. A côté de ça, on retrouve des fins bien plus travaillées qui créent la surprise, on se prend à essayer de découvrir les secrets de chacun, on sent que l’aspect psychologique lié au personnage interrogé est pris en compte dans l’interrogatoire, on profite d’une certaine qualité d’image et on se laisse prendre à enchaîner quelques runs pour cumuler les preuves jusqu’à pouvoir lancer son accusation (quand ça ne bug pas). Si on apprécie le genre, pour le prix, en n’étant pas trop exigeant sur certains points, on a de quoi se faire plaisir.


Les + 

  • Un côté enquête plaisant
  • Qualité des vidéos appréciable
  • Cumuler les preuves au fil des runs
  • Quelques surprises
  • Passer certaines scènes vues avec RB
  • En VO, avec des sous-titres FR
  • Des acteurs investis…

Les – 

  • Sauvegarde des preuves qui bug
  • Mise en scène minimaliste
  • Des coquilles dans les ST
  • Quelques frustrations
  • L’interface du tchat vidéo
  • Les scènes obligatoires à revoir à chaque fois

Test rédigé par Vincent (lien vers l’article original) – Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.