Avis BD Glénat : Un dernier soir à Pékin (récit complet)

En juillet 2021, nous avons eu la chance de découvrir « La plus belle couleur du monde« , un ouvrage massif de plus de 600 pages signé Golo Zhao. Une lecture de quasi 2 heures de pur bonheur, qui nous a fait passer par de nombreuses émotions. Si, comme nous, vous appréciez cet ouvrage, sachez que Golo Zhao est de retour aux éditions Glénat avec « Un dernier soir à Pékin », disponible le 6 juillet 2022. Nous avons eu la chance de recevoir ce nouvel ouvrage, et avons hâte de vous en parler. 


Avis BD Glénat : Un dernier soir à Pékin (récit complet)Synopsis : Originaire d’une ville industrielle du nord-ouest de la Chine, He Liu habite aujourd’hui la capitale. Alors qu’un manteau de neige recouvre la mégalopole, le jeune homme s’apprête à passer une soirée en compagnie de sa petite amie. C’est une virée à deux, semblable à une longue promenade à travers les rues animées de Pékin et ses comptoirs alléchants, durant laquelle nous allons faire le chemin à ses côtés, apprendre à mieux le connaître et comprendre son histoire. Cette soirée inoubliable sera propice aux confidences et aux prises de décisions… Véritable voyage sensoriel à travers l’évocation des souvenirs, ce récit très bien construit s’appuie sur quatre flash-back, en référence aux quatre saisons de l’année et à des spécialités culinaires associées. En nous laissant entrevoir le parcours de ce jeune homme devenu adulte, l’auteur s’attarde ainsi avec délicatesse sur ces rencontres, marquantes ou passagères, qui traversent notre vie et en infléchissent parfois le cours. L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis BD Glénat : Un dernier soir à Pékin (récit complet)


Nous étions très impatients de découvrir « Un dernier soir à Pékin » ! Tout d’abord parce que nous adorons le style visuel de l’auteur, mais également sa faculté à raconter une histoire. Golo Zhao parvient à nous faire ressentir des émotions, à nous embarquer dans ses récits qui nous parlent d’amitié, d’amour, d’adolescence, le tout avec une certaine mélancolie. Des tranches de vie souvent touchantes, jamais ennuyeuses, qui nous présentent des personnages attachants. Dans « Un dernier soir à Pékin », c’est le jeune He Liu, originaire d’une ville industrielle du nord-ouest de la Chine, qui partage avec nous différents moments de sa vie. Des rencontres importantes, capitales même, qui vont conditionner son parcours et ce qu’il est aujourd’hui. Chaque récit est différent, et revient sur des personnages clés de sa vie, le tout dans un contexte toujours travaillé. La première histoire revient par exemple sur la relation entre le jeune homme et le gérant d’un salon de thé, alors qu’un tueur sévit dans le quartier et s’en prend à des jeunes filles. He Liu, qui vient de se faire renvoyer de son école, va trouver « refuge » dans l’établissement, donner un coup de main au gérant tout en révisant. Un gérant qui donne sa chance au jeune homme, mais dont le comportement semble louche. Aurait-il un lien avec les meurtres ?

Golo Zhao développe ses personnages avec tendresse. L’amitié est au cœur des thèmes abordés (notamment dans le deuxième récit), tout comme la lutte des classes, la pauvreté, l’avenir (et le passage à l’âge adulte), et bien entendu les rencontres qui rythment nos vies. Oui, tout au long de notre vie, nous croisons des femmes et des hommes. Certain(e)s font un bout de chemin avec nous puis disparaissent, d’autres restent en contact. A l’image de la vie, « Un dernier soir à Pékin » est un véritable voyage sensoriel, rempli de références (et notamment aux jeux vidéo), qui laisse également une grande place à la nourriture. Des petits plats et des odeurs que l’on associe à différents passages de nos vies, et qui font ressurgir tout un tas d’émotions. Visuellement, l’ouvrage est une petite pépite. Les dessins sont superbes, immersifs et détaillés, et nous aimons énormément le coup de crayon de Golo Zhao, surtout en ce qui concerne les visages. Le choix des couleurs est également important, en lien avec les différentes saisons. Les tons jaunes transpercent les pages, contrebalancés par des teintes bleutées plus froides et plus douces. Comme nous le disions au début de cet article, nous attendions avec impatience cette nouvelle œuvre de Golo Zhao, et nous ne sommes pas du tout déçus. Très touchants, les différents récits nous embarquent dans la jeunesse contemporaine chinoise et ne laissent clairement pas indifférents ! Visuellement superbe, « Un dernier soir à Pékin » fait partie de nos belles découvertes de 2022.


Avis BD Glénat : Un dernier soir à Pékin (récit complet)


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.