Avis Manga Akata : Wombs – Tome 1

Sorti le 11 mars dernier aux éditions Akata, le premier tome de « Wombs » a des choses intéressantes à raconter. Ce récit de science-fiction nous intriguait tout particulièrement, que l’on parle de sa couverture ou de son synopsis, et nous n’avons pas été déçus. La mangaka Yumiko Shirai démarre sa série de science-fiction avec des sujets forts, et nous allons voir pourquoi cela fonctionne aussi bien.


Avis Manga Akata : Wombs - Tome 1 blog manga lageekroomSynopsis : Quelque part, dans l’univers… Les Firsts se sont installés sur la planète Jasperia et l’ont terraformée. Ils ont cru pouvoir y vivre en paix. Mais à l’arrivée des Seconds, une terrible guerre est enclenchée. Vingt ans plus tard, et tandis que le conflit n’a pas faibli, Mana Oga est choisie pour intégrer une section spéciale de l’armée : « les forces spéciales de transfert ». Cette unité d’élite est composée exclusivement de femmes, dont l’utérus a été implanté par des fœtus parasites. Ces dernières développent alors une capacité unique, la téléportation, conférant à leur armée un avantage stratégique notable. Arrachée bien malgré elle à son quotidien, Olga va devoir s’entraîner, se former puis prendre part à une guerre dont elle ignore les véritables enjeux et implications… Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Akata : Wombs - Tome 1 blog manga lageekroom


On ne peut que remercier les éditions Akata de proposer chez nous ce genre d’ouvrage. La série « Wombs » compte 5 volumes, tous disponibles au Japon, et l’univers proposé est particulièrement intéressant. « Nous ne sommes pas de simples donneuses d’organes prêtes à mettre nos utérus à disposition. Loin de là ! Nous sommes des soldates. Des soldates prêtes à déployer leurs ailes ! ». Cette phrase lourde de sens, que l’on découvre dès les débuts de ce tome, en dit long sur notre scénario. Si l’ensemble démarre comme un récit de science-fiction classique, avec des gentils et des méchants, on se rend rapidement compte que l’univers de Yumiko Shirai est travaillé et bien pensé. On nous parle de la planète Jasperia, terraformée par les Firsts, les premiers à avoir découvert les lieux. Puis une guerre a éclaté, face à un ennemi dont on ignore pour le moment presque tout. Seul moyen de lutter : faire confiance aux forces spéciales de transfert, qui ont la capacité d’utiliser la téléportation, un don capital pour la survie de l’humanité. Précision importante : cette unité est composée uniquement de femmes, dont notre héroïne Mana Oga, et c’est un procédé bien particulier qui est utilisé pour leur conférer cette capacité spéciale. En effet, afin d’utiliser cette fameuse téléportation, l’utérus de ces femmes doit être implanté par des fœtus parasites… Un procédé encore mystérieux, aussi bien pour le lecteur que pour nos héroïnes, et qui réserve quelques séquences dérangeantes.

Il faut avouer que l’ambiance générale de ce premier tome est très froide, et parfois sombre. Oga a dû quitter ceux qu’elle aime pour s’engager, et une lourde responsabilité repose sur ses épaules. On découvre donc une sorte de « Full Metal Jacket » féminin, avec des dirigeants impitoyables qui ne laissent que très peu de temps à ces femmes pour accomplir leur mission. Glaciale, l’ambiance est même parfois horrifique, avec ces vision angoissantes d’Oga durant son insémination… Nous ne vous en dirons pas plus pour ne pas vous spoiler, mais ces femmes font quoi qu’il en soit preuve d’un sacré courage. Le thème de la maternité est forcément au cœur du récit, mais le fait de porter un être vivant est ici perçu d’une façon bien différente. Il n’est pas question de bonheur ou de famille, mais bel et bien de sacrifice et de don de soi, le fœtus n’étant qu’un « outil » dans cette guerre dont on ignore encore beaucoup. D’autres thèmes forts sont abordés comme le sexisme (principalement dans l’armée) et le tout est toujours traité avec justesse par la mangaka. L’aspect science-fiction n’est bien évidemment pas oublié, et on en découvre davantage sur le système de téléportation. L’univers au global est vraiment bien géré malgré sa complexité, et nous avons hâte d’en découvrir plus. Visuellement, l’ensemble est très réussi, avec un très beau travail sur les contrastes. Ce premier tome s’attarde sur notre groupe de femmes et leur évolution, mais la suite promet de développer encore plus l’univers !


A lire également : 


Ce premier tome de « Wombs » est plus qu’accrocheur ! L’univers qu’il nous présente est souvent froid et impitoyable, mais cela ne nous empêche pas de nous attacher à cette troupe de femmes fortes, dernier espoir de l’humanité. Elles devront faire d’importants sacrifices pour en arriver là, et ce sont elles qui sont les véritables héroïnes de ce premier tome. Loin des récits pop-corn de SF que l’on découvre la plupart du temps, ce « Wombs » demande un certain investissement, mais la richesse de son univers et ses premiers éléments le rendent souvent passionnant. 


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.