Avis Manga Chatto Chatto : Dragon Metropolis – Tome 1

Si le premier tome de Dragon Metropolis n’est prévu que pour le 12 juin 2020 pour cause de coronavirus, nous avons la chance de l’avoir reçu en avance afin de vous en parler ! L’éditeur Chatto Chatto nous propose un voyage dans un univers steampunk travaillé, mettant en scène un héros amnésique qui va devoir enquêter sur son passé et découvrir les raisons de sa présence dans cette ville atypique. Ce premier tome est-il parvenu à nous immerger dans son univers ? C’est parti !


Synopsis : La dynastie des dragons, un pays ancien avec une longue et profonde histoire, devient de plus en plus prospère grâce à l’invention de la machine à mouvement perpétuel. À l’instar d’une locomotive, la machine Never-Ending guide la ville dans sa quête de changement et d’innovation. L’histoire est centrée sur un héros nommé Long Zhengyi, qui a subi de graves pertes de mémoire. Après s’être réveillé dans une ville inconnue, il découvre peu à peu la vérité cachée du pays à travers les notes qu’il avait écrites auparavant – Dragon Metropolis n’est rien d’autre qu’un gros gâteau divisé par les grandes puissances. L’obscurité pourrie sous la surface est la dévastation provoquée par la machine à mouvement perpétuel. En outre, ce qu’il découvre dans les notes l’avertit de quitter la ville mourante le plus tôt possible.



Difficile de ne pas faire le rapprochement entre le tout début de ce tome et l’excellent film d’Alex Proyas, Dark City. Votre personnage est amnésique et se réveille dans la ville de Dragon Metropolis, avec sur lui un mystérieux carnet de notes, une clé et un porte-feuille. Pourquoi est-il ici ? Quels secrets renferment ces fameuses notes, et pourquoi celles-ci lui demandent de fuir la ville à tout prix ? Si les mystères s’accumulent d’entrée, nous allons rapidement découvrir la ville, sa technologie, mais également ses inégalités sociales. Les riches gagnent toujours plus, et les pauvres sont contraints de travailler dur pour leur remplir les poches. On nous parle de changement, d’innovations, de machine à mouvement perpétuel censée redonner de l’espoir… Mais c’est malheureusement l’obscurité qui prend le pas sur la lumière, et les traditions de la ville laissent place à ces innovations qui les tuent à petit feu. Notre héros va être rapidement confronté à tout ça, ce premier tome démarrant de manière plutôt rythmée. Présenter ses personnages et leur environnement n’est jamais facile, et il s’agit surtout d’immerger rapidement le lecteur afin qu’il puisse croire à ce qu’il découvre en respectant une certaine logique. Notre auteur taïwanais Barz Jr (scénario et dessins) y parvient de belle manière, même si les nombreuses informations demandent une concentration de tous les instants. L’univers steampunk est travaillé et on découvre une ville qui fourmille de détails et de nombreux personnages. Long Zhengyi, notre héros, va devoir se trouver une place tout en découvrant les raisons de sa présence.

Il est difficile de vous en dire davantage sans gâcher l’histoire, mais sachez que ce premier tome présente ses personnages et les lieux, mais n’en oublie pas de proposer des scènes d’action ou encore d’enquête. C’est riche, très riche même, et on sent que l’auteur a de nombreuses choses à nous raconter. Malgré un ton parfois léger lié à quelques vannes bien placées, de nombreux thèmes sérieux sont abordés, comme la lutte des classes, le racisme, l’impact de la modernité sur les traditions ou encore le harcèlement. Le tout est parfois légèrement confus, au niveau des dessins un peu chargés notamment, mais la générosité de ce premier tome fait clairement plaisir. Idem du côté de la narration, qui veut nous présenter de nombreux personnages et plusieurs arcs en même temps. Le travail sur les personnages et les visages est en tout cas de grande qualité, et certains décors bourrés de petits détails. On s’attarde souvent sur certaines illustrations, et le dynamisme est au rendez-vous ! Visuellement, le tout est donc très réussi, tout comme la qualité globale de l’ouvrage. Le papier est épais, les contrastes superbes, et dès son ouverture, ce premier tome nous réserve une très belle illustration en grand format. De ce côté là, c’est vraiment du tout bon !


A lire également : 


Immerger le lecteur dans un univers steampunk n’est pas toujours chose aisée, le genre étant très représenté ces derniers temps. Mais ce premier tome de Dragon Metropolis y parvient, grâce à des personnages réussis, un chouette dynamisme et un très beau travail sur les décors et les expressions de nos héros. Le tout est parfois un peu chargé et confus en terme de narration, mais on sent que l’auteur a de nombreuses bases à poser, qui seront développées dans les tomes suivant (la série est prévue en 5 tomes). De nombreux mystères s’accumulent, et il nous tarde d’en découvrir les réponses ! Ce premier tome de Dragon Metropolis est prévu pour le 12 juin 2020 aux éditions Chatto Chatto, et il est à découvrir sur leur site internet, juste ici !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *