Avis Manga Kana : Asadora ! – Tome 4

« Asadora ! » est une série que nous affectionnons tout particulièrement, et chaque tome se lit bien trop vite à notre goût. Et il en est de même avec ce tome 4, qui sera disponible le 19 mars prochain aux éditions Kana, et qui fait monter la pression page après page ! Nous l’avons reçu en avance pour vous le présenter, mais rassurez-vous : cet avis ne contient aucun spoiler (mis à part sur les 3 premiers tomes bien évidemment). C’est parti !


Avis Manga Kana : Asadora ! – Tome 4 lageekroom critique mangaSynopsis : 1964, les Jeux de Tokyo se préparent. Asa Asada a 17 ans, elle a obtenu sa licence de pilote d’avion et fondé avec le pilote vétéran Kasuga une petite entreprise de pilotage aérien. Elle s’occupe de son petit frère et de sa petite sœur avec l’aide de Kinuyo. Le mystérieux Colonel Jissôji, ex-instructeur de Kasuga avant la guerre, vient retrouver ce dernier pour lui proposer du travail, tandis qu’Asa tombe sur des photos mystérieuses dont elle veut absolument percer le secret ! Sa vie pourrait s’en trouver bouleversée ! Ce tome 4 est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Kana : Asadora ! – Tome 4 lageekroom critique manga


La mission d’Asa et de Kasuga est claire : si la « chose » refait parler d’elle, ils embarquent dans leur avion, désormais équipé de lance-roquettes. Mais pourquoi leur confier une telle mission ? Tout simplement, comme le dit Kasuga dans le tome 3, parce que « le gouvernement comme l’armée d’autodéfense ne peuvent pas s’en mêler ». Il faut bien garder en tête que l’histoire se passe en 1964, 20 ans après la défaite du Japon durant la seconde guerre mondiale, et que le pays fait profil bas. Le Japon doit montrer aux yeux du monde qu’il est désormais une nation pacifique, et les efforts consentis pour se relever après la guerre ont été monumentaux. Tous les projets de croissance à venir risqueraient d’être anéantis si les forces d’autodéfense devaient intervenir, à commencer par les jeux olympiques, dont l’importance est capitale. Asa devra donc, en cas d’urgence, laisser ses sentiments de côté et ne pas ouvrir le feu sur un adversaire qu’elle ne connaît pour le moment quasiment pas. Ce tome 4 est riche en événements, et on retrouve notamment Asa et ses camarades de classe, Kasuga à la poursuite d’un journaliste un peu trop curieux ou encore le disciple du professeur Yodogawa, Nakaido. Rassurez-vous si vous êtes un peu perdus, on peut trouver au début de ce tome (après les très belles pages en couleurs) une présentation des différents personnages. Malgré la richesse de ce tome 4, la narration reste parfaitement fluide et la tension est au rendez-vous, surtout lorsque l’on apprend que la « chose » a été vue et que l’état d’alerte est donné. Malheureusement, les choses traînent et tout ne se passe pas comme prévu.

On apprécie une nouvelle fois le courage de Kasuga, qui n’hésite pas à endosser certaines responsabilités pour protéger Asa et leur mission. Mais l’homme n’en reste pas moins fort en caractère ! Asa est elle aussi exemplaire dans son comportement. Bien qu’elle soit dévouée à la mission, elle n’oublie pas de prendre soin de sa famille et notamment de son petit frère qui vient de tomber malade. Lorsque le Colonel Jissôji lui reproche d’avoir oublié son rôle (il parle de la mission), elle rétorque sans hésiter : « mon rôle, c’est d’être sa grande sœur. Il y avait mon père, ma mère, on était douze enfants. Il ne reste plus que nous quatre. Et quoiqu’il arrive, je suis et je resterai la grande sœur de Kôshichi ! ». Tous les personnages de ce tome ont leur moment, et même les camarades de classe d’Asa ont leur propre histoire. Visuellement, c’est une nouvelle fois un sans faute ! Les visages sont toujours aussi travaillés et le dynamisme et au rendez-vous, notamment lors d’une course-poursuite sous la pluie bourrée de détails. C’est très beau, parfaitement lisible, et ça passe beaucoup trop vite ! Vivement la suite !


A lire également : 


Ce tome 4 est encore meilleur que le précédent, qui posait de nouvelles bases et nous faisait découvrir la mission capitale à venir. Les personnages sont toujours aussi travaillés et on ne s’ennuie pas une seconde, la tension montant progressivement page après page. C’est beau visuellement, plein d’émotions, et narrativement accrocheur. Que demander de plus, si ce n’est la suite ?  


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.