Avis Manga Kazoku : La déesse de 3000 ans – Tome 1

Disponible depuis le 22 septembre 2022, le premier tome de « La déesse de 3000 ans » est édité chez Michel Lafon via leur label Kazoku, qui nous a notamment permis de découvrir il y a quelques semaines le très dynamique « Fuuto Pi« . Notre série du jour, signée Fumitaka Katô (dont c’est le premier manga), sera proposée en 3 tomes, et compte bien nous embarquer dans un récit poétique au cœur des mythes et légendes japonais. Avons-nous été convaincus ? C’est ce que nous allons voir.


Synopsis : Lorsque Kamikino Mitama, divinité d’un petit village, rencontre le jeune Jûzô Shiba, elle lui révèle son envie de mener une vie normale et de mettre un terme à ses activités divines. Mais le seul moyen pour y parvenir, c’est de se marier ! Jûzô, séduit par Mitama, accepte et la suit jusqu’à un sanctuaire caché dans la forêt. Commence alors le périple d’un lycéen et d’une déesse millénaire dans l’univers féérique des légendes japonaises.


Avis Manga Kazoku : La déesse de 3000 ans tome 1


Pour être tout à fait transparents avec vous, sachez que nous vous proposons cet avis via une version numérique de l’ouvrage. Suite à un imprévu, le manga physique ne nous parviendra que d’ici quelques semaines, et nous tâcherons de mettre à jour cet article avec des photos maison (mise à jour du 11/10/2022 : c’est désormais chose faite). Cela ne nous a pas empêchés d’apprécier ce premier tome, son univers et ses personnages, même si nous trouvons que l’ensemble manque, pour le moment, d’un peu de consistance.

« La déesse de 3000 ans » est une œuvre contemplative et riche dans ses visuels, aussi réalistes que poétiques. Les idées fourmillent, surtout dans les grandes illustrations (avec par exemple des passages « inversés », durant lesquels les poissons flottent dans les airs), et les visages sont détaillés et très expressifs. L’ensemble démarre vite, et notre héros Jûzô Shiba fait immédiatement la rencontre de Kamikino Mitama, une divinité qui souhaite devenir une jeune fille ordinaire. Son statut de déesse protectrice lui pèse (cela fait 3000 ans qu’elle protège les lieux des tremblements de terre, des éruptions ou même des météorites), mais pour le quitter, elle doit se marier. Une condition bien précise, qui va permettre d’instaurer une romance entre nos 2 protagonistes, avec même quelques petites touches d’humour (plus ou moins réussies). L’univers proposé est vraiment très beau, avec de nombreux éléments tirés des légendes japonaises et de son folklore, et nous allons visiter des lieux atypiques, Kamikino étant à la recherche de son sceau, nécessaire pour mettre en place le mariage. On peut passer de longues minutes à décortiquer certains visuels, très fournis.

Visuellement, c’est vraiment très beau, original et immersif. Seuls les personnages manquent un peu de subtilité à nos yeux. Le récit va un peu vite, et Jûzô accepte en quelques cases de suivre la jeune déesse, tombant quasi instantanément amoureux d’elle. Cette dernière a bien du mal à cacher ses émotions, qui apparaissent littéralement sur son front. Malgré tout, on peine un peu pour le moment à s’attacher aux personnages, qui gagneraient à être davantage développés, même s’ils sont, comme dit précédemment, très expressifs. C’est dommage, car l’univers est vraiment très accrocheur, et quelques enjeux supplémentaires n’auraient pas été de refus. On espère que le tome 2, qui sera disponible le 1er décembre prochain, saura corriger ces quelques défauts.


Avis Manga Kazoku : La déesse de 3000 ans tome 1


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This function has been disabled for Lageekroom.

error: Content is protected !!