TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif (PS5)

Si nous aimons beaucoup le studio polonais The Farm 51, c’est grâce à son travail sur l’excellent Get Even, un titre dont nous vous avons déjà parlé sur le blog et qui bénéficiait, en plus de son excellente ambiance, d’une bande-son géniale du très talentueux Olivier Derivière (à l’œuvre récemment sur Dying Light 2). Et puisque l’on parle d’ambiance, celle de notre jeu du jour est elle aussi particulièrement travaillée et immersive, et Chernobylite embarque le joueur à Tchernobyl, pour un mélange des genres certes imparfait, mais vraiment étonnant. Voyons sans plus attendre ce que le jeu a dans le ventre !


TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif PS5 lageekroomSi vous avez déjà entendu parler de Chernobylite, c’est normal, le titre étant disponible depuis juillet 2021 sur PC et septembre de la même année sur PS4 et Xbox One. C’est à l’occasion de la sortie du jeu sur new-gen et en version physique (grâce à Just for Games) que nous avons eu l’opportunité de nous lancer dans l’aventure sur PS5 ! Une aventure un peu particulière étant donnée le contexte actuelle en Ukraine, mais qui mérite d’être découverte, ne serait-ce que pour son ambiance très réussie. Chernobylite mélange les genres : le jeu est un FPS d’action et d’infiltration, qui propose des éléments de RPG, de survie ou encore d’horreur, nous rappelant certaines expériences narratives particulièrement flippantes. Un projet ambitieux, qui n’atteint pas tous ses objectifs, mais qui parvient à rapidement accrocher : nous avons eu bien du mal à poser la manette.


TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif PS5 lageekroom


Revenons rapidement sur l’histoire : vous incarnez Igor, victime de visions mystérieuses dans lesquelles lui apparaît sa fiancée Tatyana, disparue lors de la catastrophe de Tchernobyl en 1986. Trente années se sont écoulées, et Igor poursuit ses recherches. Son but : mettre la main sur de la chernobylite, un minerai capable de créer des passages à travers l’espace et le temps, et ainsi retrouver sa femme. Rapidement, les choses vont partir en sucette, et Igor va se faire attaquer par un puissant stalker. Ayant trouvé refuge dans un entrepôt désaffecté, notre héros devra se trouver des alliés et partir à la découverte de la zone d’exclusion de la région de Tchernobyl, à la recherche d’indices mais également de tout un tas de matériaux et de loot pour monter en puissance et développer sa base. Chaque jour qui passe, le joueur devra se lancer dans une nouvelle mission. Certaines sont obligatoires, d’autres secondaires, et permettront de récupérer de la nourriture, des médicaments ou encore des armes. De quoi équiper ses futures recrues, que l’on pourra envoyer également en mission, en surveillant bien leurs chances de succès. Il faudra nourrir tout ce petit monde, et gérer sa base et s’équiper pour les missions les plus corsées. Durant nos premières heures, nous avons exploré les différentes zones, accomplissant des objectifs secondaires et découvrant des événements pour glaner de l’expérience. Nous avons looté, tout et rien, blindé notre inventaire pour pouvoir commencer nos constructions à la base. Puis une fois bien équipé, les choses sérieuses ont pu commencer.


TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif PS5 lageekroom


Les mercenaires du NAR ont pris le contrôle de la zone, sans oublier ces bons vieux mutants sur lesquels les médecins pratiquent des expériences bien glauques. Vous l’avez compris, vous n’êtes pas le bienvenu, et l’infiltration sera de mise si vous ne voulez pas vous faire plomber les miches. Plusieurs modes de difficulté sont présents (pour les combats ou encore la survie), et le jeu propose un bon challenge si on pousse l’ensemble vers le haut. Il faudra surveiller la santé de notre héros, mais également son mental. Tuer trop d’ennemis au couteau lui fera vriller de la caboche, et il faudra cuisiner de quoi se détendre, se soigner, ou faire descendre son taux de radiation. Tout ou presque veut votre peau, mais on monte rapidement en puissance, fabriquant armes et munitions ou embarquant de l’adrénaline en cas de coup dur. Même si la gestion de votre base ne va pas assez loin à nos yeux (et devient même rapidement anecdotique), il faudra la développer un minimum pour faire attention aux radiations, à la qualité de l’air, au confort et à avoir suffisamment d’énergie pour que tout fonctionne (et que les jauges soient dans le vert). Il y a un réel sentiment de progression, et s’ajoutent à ça des améliorations à débloquer auprès de vos alliés, permettant d’augmenter son inventaire, de gagner en discrétion, en puissance de feu, ou tout simplement de booster sa barre de vie. En prenant son temps, on peut faire d’Igor un soldat mieux préparé, et il faudra l’être pour affronter les différentes menaces. On pourra également construire des objets spécifiques à l’environnement extérieur, pour faire baisser les radiations ou tout simplement pour piéger ses ennemis.


TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif PS5 lageekroom


Un peu de RPG par-ci, un peu de survie par là, Chernobylite tente des choses qu’il ne réussit pas toujours, mais l’ensemble reste vraiment accrocheur. Au delà de toutes les possibilités offertes par le jeu, c’est clairement l’ambiance qui parvient à convaincre. Le jeu propose des dialogues intéressants, qui laissent souvent place à des choix. Certains de ces choix sont très importants, et font cogiter durant de longues secondes. Mais rassurez-vous, grâce au pouvoir de la chernobylite (et en mourant), il sera possible d’accéder à une dimension vous permettant de modifier ce que vous avez mis en place. On peut donc tester d’autres choses, et voir les réactions des différents personnages. Rien n’est donc figé, ce qui casse un peu le délire du système de conséquences, mais qui a le mérite de pouvoir faire découvrir les possibilités offertes par le scénario. Nous avons mis un peu plus de 15h pour terminer le jeu et toutes ses quêtes, en prenant notre temps et en fouinant dans chaque zone. Chaque lieu réserve quelques surprises, et l’immersion est totale. Que l’on vagabonde dans la forêt, sur la place de la grande roue ou encore dans des hôpitaux abandonnés, on s’y croit et l’horreur peut surgir à chaque recoin. Les développeurs savent créer l’angoisse, via quelques scripts bien placés, des visions cauchemardesques et une bande-son excellente, surtout en termes de sound design. Le frisson est bien là, et on pensera notamment à cette séquence bien stressante dans un immeuble irradié, dans lequel votre torche peine à vous indiquer le chemin, le masque à gaz n’aidant pas…


TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif PS5 lageekroom


Le level design est globalement bien fichu, et les zones sont assez variées. Visuellement, le jeu propose de superbes effets de lumière et des textures réalistes, le tout étant à l’échelle. Dommage que l’on doive choisir entre la fluidité et la résolution, une nouvelle fois. C’est moins fin et plus brouillon en mode performance, mais les 60 images par seconde sont constantes et procurent un sacré confort, notamment durant des gunfights qui manquent un peu de pêche. C’est parfois un peu mou, il faut l’avouer, et l’IA n’est pas exempte de tout reproche elle non plus. Les ennemis ont beau vous prendre en chasse, ils vous oublient vite, et mettent bien longtemps à vous repérer, même lorsque vous êtes planqué dans un petit buisson. Du côté des défauts, on signalera également quelques couacs techniques sur PS5, avec un peu de clipping et des plantages qui renvoient au menu de la console. C’est un peu pénible, surtout lorsque cela arrive 2 ou 3 fois à la suite… Mais malgré ses défauts, et une certaine répétitivité qui pointe son nez passée la dizaine d’heures de jeu, le plaisir est là !


TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif PS5 lageekroom


Nous avons adoré l’expérience proposée par le jeu de The Farm 51. Chernobylite a des défauts évidents, s’avère peut-être trop ambitieux et ne va pas au bout de certaines choses (la faute à un manque de moyens sans doute), mais l’ambiance et l’immersion sont vraiment excellentes. Beau visuellement et bénéficiant d’une excellente bande-son, le jeu réserve quelques surprises scénaristiques, des choix importants pour le joueur et des séquences horrifiques qui fonctionnent bien. Malgré une IA pas folle, des gunfhights un peu mous et quelques soucis techniques, on vous conseille fortement de jeter un œil au jeu, qui vous occupera une bonne quinzaine d’heures au minimum, le tout pour moins de 40 euros !


Les +

  • ambiance excellente
  • un mélange des genres qui fonctionne bien
  • visuellement très chouette
  • avec de très beaux effets de lumière
  • immersion garantie
  • sound design au top
  • l’angoisse et l’horreur de certaines séquences
  • le craft
  • la montée en puissance du personnage
  • des choix importants
  • le choix entre les voix anglaises et russes
  • un bon challenge si on pousse la difficulté

Les –

  • la gestion de la base aurait pu être plus poussée
  • l’IA, parfois à l’ouest
  • des soucis techniques (plantages et retours interface)
  • gunfights un peu mous
  • un peu répétitif passées les 10h de jeu
  • quelques soucis de lisibilité (liés au contraste un peu trop élevé dans certains décors)

TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif PS5 lageekroom


TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif PS5 lageekroom


Lageekroom

2 pensées sur “TEST : Chernobylite, un mélange des genres étonnant et immersif (PS5)

  • 6 juillet 2022 à 20 h 46 min
    Permalink

    Bonjour.
    Est ce que le jeu a la bande son en français ?

    Répondre
    • 6 juillet 2022 à 21 h 34 min
      Permalink

      Hello, non les voix sont russes ou anglaises. Les sous-titres sont en français

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.