TEST : Fallen Legion Revenants, une aventure accrocheuse mais répétitive

Fallen Legion Revenants, la suite de la duologie Fallen Legion: Sin of an Empire et Fallen Legion: Flames of Rebellion, a débarqué en février sur Nintendo Switch et PS4, et on retrouve une nouvelle fois les prises de risque de l’éditeur NIS America avec un jeu qui sort des sentiers battus. Avec son gameplay mélangeant les genres et son style visuel atypique, Fallen Legion Revenants nous intriguait beaucoup, et c’est sur Nintendo Switch que nous nous sommes lancés dans l’aventure. Le résultat est-il convaincant ?


TEST : Fallen Legion Revenants, une aventure accrocheuse mais répétitiveFallen Legion Revenants est un action-RPG en 2D, et son scrolling horizontal rappelle bien souvent les œuvres de Vanillaware. Disons le tout de suite, l’immersion est vraiment excellente. Les personnages sont intéressants et la narration s’avère réussie, malgré un scénario pas toujours simple à suivre. Le synopsis de l’éditeur en dit long sur la complexité et l’originalité de l’intrigue qui vous attend : « Dans un monde recouvert de miasmes, un château volant est le dernier refuge pour l’humanité. Des bêtes mutées par la peste meurtrissent la terre tandis que le château de Welkin est mis en quarantaine face aux horreurs qui s’abattent ici-bas. Lucien, un politicien charismatique protégé par les murs du château, découvre un livre ancien où il apprend l’existence des « Exemplars », des armes qui peuvent se transformer en soldats doués de conscience. Il s’associe à Rowena, une revenante déterminée à trouver un moyen de revenir à la vie pour élever son fils. C’est à contrecœur que Lucien et Rowena forment un pacte afin de renverser le tyran fou contrôlant Welkin ». Les dialogues sont nombreux, parfois un peu longs, mais ils permettent de donner une belle consistance à l’ensemble du jeu, et son intrigue pousse le joueur à avancer pour dénicher les secrets et découvrir tous les mystères. L’investissement est conséquent, mais il en vaut la peine. Il faut savoir que le jeu alterne entre des séquences de narration dans lesquelles on incarne Lucien et des phases de combat. De nombreux secrets seront à découvrir au sein du château, et bien que les premières heures de jeu soient un peu longues à démarrer, on accroche rapidement au scénario du jeu !


TEST : Fallen Legion Revenants, une aventure accrocheuse mais répétitive


On contrôle donc nos personnages en scrolling horizontal. Le jeu alterne entre les phases avec Lucien et celles avec vos combattants. Lucien devra fabriquer des potions et autres objets utiles en suivant des recettes alchimiques qui serviront à Rowena et ses soldats sur le champ de bataille, tout en dialoguant avec les occupants du château. Avec Rowena, c’est une toute autre histoire, et cette dernière devra invoquer des Exemplars pour aller botter les miches de vos ennemis ! Les combats s’avèrent vite accrocheurs, même s’ils sont parfois répétitifs et un peu longuets. Chaque combattant est assigné à une touche de la manette, et les attaques dépendent donc de vos décisions. Des compétences sont de la partie, et il ne faudra pas négliger les parades, qui permettront par exemple de renvoyer une attaque ennemie sur son propriétaire et ainsi l’affaiblir pour mieux le contre-attaquer. Ajoutez à cela les pouvoirs de Rowena, qui est capable d’utiliser certains sorts de magie comme le fait de soigner ses équipiers, et vous comprendrez que les affrontements sont assez tactiques et qu’ils ne demandent pas de foncer tête baissée (il faudra bien gérer ses points d’action et de mana). Des cases de déplacement apparaissent également au sol, et il faudra la jouer fine pour optimiser ses attaques mais surtout éviter celles venant des ennemis et ne pas subir trop de dégâts. Le système reste limité en termes de déplacements, mais reste complet et accrocheur de par sa dimension tactique malgré une certaine répétitivité. En effet, les combats s’enchaînent, on avance vers la zone suivante pour faire apparaître de nouveaux ennemis, et ainsi de suite.

Il faut avouer que les combats sont un peu répétitifs, et que le gameplay peine à se renouveler face aux ennemis « basiques ». On diminue le bouclier de l’ennemi, on le frappe, on le paralyse, puis on se soigne. C’est souvent la même chose, mais les combats de boss viennent heureusement relever le niveau, avec une difficulté un cran au dessus et l’obligation d’être bien concentré. Du côté de Lucien, vous aurez également la possibilité d’influencer les événements au château en faisant des choix pour prendre le contrôle de l’intérieur, et même participer à quelques phases d’infiltration. Vos décisions auront pour conséquences de déterminer qui vit et qui meurt, mais le tout manque parfois de clarté, et on ne comprend pas toujours quelles sont les conséquences réelles de nos actions. Du coup, on fait parfois les mauvais choix sans trop le vouloir… Notez que le tout est intégralement en anglais, ce qui laissera forcément une partie des joueurs sur le carreau. Visuellement, l’ensemble reste très propre et détaillé, et les musiques mettent parfaitement dans l’ambiance.



Fallen Legion Revenants est clairement un jeu de niche, qui ne touchera qu’une petite partie des joueurs. Son gameplay est accrocheur, et on alterne entre des combats et des séquences davantage narratives axées sur des choix pas toujours très clairs. Si l’ensemble est chouette visuellement et que les combats sont dynamiques (surtout contre les boss), la répétitivité et la lenteur de l’ensemble auront raison de bon nombre d’entre vous. Et c’est dommage, car le scénario bien écrit donne envie de poursuivre l’aventure, en anglais uniquement malheureusement. Au final, c’est le rythme qui pêche dans l’aventure, et il faut sacrément se motiver pour aller au bout.


Les +

  • ambiance réussie et immersive
  • l’alternance entre les phases avec Lucien et les combats fonctionne bien
  • personnages réussis
  • la bande-son
  • les combats contre les boss
  • scénario accrocheur
  • le style visuel

Les –

  • rythme très lent
  • les combats sont vite répétitifs
  • uniquement en anglais
  • les conséquences des choix, pas toujours très claires
  • quelques décors supplémentaires n’auraient pas été de refus

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.