TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ?

Si la saga Saints Row a fait parler d’elle ces dernières années, c’est principalement grâce à ses portages sur Nintendo Switch ou ses remasters. Point de nouvel opus donc, jusqu’à l’annonce de notre reboot du jour, que nous attendions avec une certaine impatience, avec l’envie de nous défouler un bon coup. Assez sérieux dans son approche à sa sortie en 2006 sur Xbox 360, le premier opus avait su nous convaincre et offrir une bonne alternative aux autres jeux du genre. Puis la série est devenue de plus en perchée, jusqu’à vous mettre face à des aliens ou carrément en enfer ! Avec ce reboot, Volition veut renouer avec l’esprit des épisodes 2 et 3 de la saga, optant pour une approche fun mais sans aller trop loin. Nous avons eu la chance de recevoir le jeu sur PS5, et il est temps de vous donner notre avis. 


TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ? PS5 Plaion

Difficile de dire quel est notre Saints Row préféré. Nous avons un attachement au tout premier opus, mais le 3 nous avait franchement fait kiffer, avec ses armes loufoques et un bon gros délire assumé. Le dernier opus en date, Saints Row IV (et son extension Gat out of Hell) proposait également une bonne dose de n’importe quoi, mais certains joueurs n’ont pas forcément adhéré au délire. Avec ce reboot, la saga se rapproche davantage de Saints Row 2 et 3, avec des punchlines à gogo, des gunfights par centaines, des courses-poursuites blindées d’explosions, du corps-à-corps à base de gifles bien cinglantes, et tout un tas d’activités. L’ensemble reste plus « sage » (certaines « armes » manquent à l’appel), mais le fun est bel et bien au rendez-vous et les noms d’oiseau sont légion.


TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ? PS5 Plaion
Une mission 100% Mad Max

Ce reboot de Saints Row ne manque pas de contenu ! Missions principales, activités annexes, défis, tout y est ! Ajoutez à cela des dizaines d’objets à collecter pour décorer votre planque ou encore des cibles spécifiques à assassiner, et vous comprendrez que les choses à faire sont vraiment nombreuses. On pourra simplement regretter le peu d’événements aléatoires sur la map, ce qui aurait permis d’apporter un peu de surprise à l’ensemble. L’aspect bac à sable est quoi qu’il en soit bien géré, et nous devons avouer avoir bien kiffé la plupart des quêtes principales. Et pour devenir le boss et grimper les échelons, il va falloir cravacher ! Si le scénario tient sur une feuille de papier, les personnages sont assez sympathiques. Leur présentation avait beaucoup fait parler il y a quelques mois, et nous avions quelques craintes. Mais on s’y attache, et l’équipe qui entoure notre héros (dont la création est vraiment complète) s’avère au final assez attachante, même si certains personnages des anciens opus nous manquent un peu. L’histoire va en tout cas rapidement prendre un nouveau tournant, et votre job chez Marshall Defense Industries, une organisation paramilitaire, va brusquement prendre fin. Juste le temps de faire quelques missions bien explosives et de découvrir les différentes possibilités de gameplay.


TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ? PS5 Plaion


A partir de maintenant, vous n’allez penser qu’à votre pomme, faire grandir votre business et même implanter vos entreprises. Cela débloque de nouvelles missions comme des vols de voiture ou encore le retour de l’arnaque à l’assurance. On vous le disait, Saints Row ne manque pas d’activités, avec de nombreuses missions inspirées du cinéma. Dès le début du jeu, on participe à une course-poursuite en pleine tempête de sable à la Mad Max, avec une musique qui ressemble même fortement à celle du film. Et ce n’est que le début, tant les références sont nombreuses. On sourit souvent, et on prend plaisir à revivre des scènes cultes du cinéma, dans la joie et la bonne humeur, d’autant que le gameplay est une nouvelle fois bien nerveux. On notera d’ailleurs que la difficulté du jeu est totalement ajustable, et qu’on peut régler les dégâts infligés, subis, la difficulté des combats en véhicule, la fréquence d’apparition des ennemis coriaces, la difficulté des objectifs chronométrés ou encore la rareté des munitions. Tout le monde pourra donc prendre du plaisir. Les ennemis sont nombreux, plus ou moins balèzes, et demanderont parfois d’utiliser certaines techniques spécifiques pour leur botter le cul.


TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ? PS5 Plaion


Heureusement, en plus d’être totalement personnalisable (aussi bien termes de vêtements que d’armement), votre personnage évolue. A chaque nouveau niveau (acquis en engrangeant de l’XP), on débloque de nouvelles aptitudes : coller une grenade dans le slip d’un ennemi et le balancer sur les autres, augmenter sa vie, utiliser un poing enflammé, une lunette de précision, passer en mode berserker, activer l’excellent et stylé D4th Blossom (salto avant et tirs en simultané) ou encore augmenter son flux. Avec ce dernier, il est possible d’utiliser encore plus souvent ses capacités ! Il y a également les atouts, dont les emplacements sont à débloquer moyennant quelques milliers (voire centaines de milliers) de dollars. Certains atouts permettent de générer moins de notoriété (et avoir donc moins de gangs ou de policiers aux miches), de booster la course lorsqu’on est proche de mourir ou encore de gagner du boost pour les véhicules. Les atouts se débloquent en terminant des défis, comme détourner des véhicules, visiter les différents lieux, faire des achats, ou encore tout un tas d’action durant les gunfights ! C’est souvent au ras des pâquerettes, il faut l’avouer, mais c’est clairement efficace, et mettre la tannée aux 3 factions qui squattent la map (les Panteros, les équipes de Marshall et les Idoles) reste bien jouissif. Attention, plus votre niveau de notoriété augmente, et plus tous ces énergumènes vous collent aux basques, parfois tous en même temps.


TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ? PS5 Plaion
Si vous voulez de l’action, vous allez en avoir !

L’interface et toutes les informations du jeu se gèrent via votre smartphone, comme bien souvent dans les titres du genre. Si une mission principale ne vous branche pas pour le moment, vous pourrez vagabonder dans les différents coins de la map. Santo Ileso propose beaucoup de paysages chauds et désertiques, mais l’ensemble reste assez varié, allant des zones industrielles aux quartiers historiques en passant par le centre ville. De jour comme de nuit, l’ensemble propose une ambiance réussie, avec de nombreuses boutiques et une bonne densité de piétons et de véhicules. Il y a de la vie à Santo Ileso, et même si l’IA fait parfois n’importe quoi (que l’on parle des piétons, de la police ou des ennemis), la découverte est très agréable. Visuellement, on peut dire que Saints Row s’en sort vraiment bien. Certes, il y a du flou dans les arrière-plans, mais le jeu est riche en effets visuels. Différentes options graphiques sont d’ailleurs proposées (1080, 1440 ou 2160p, fréquences d’image à privilégier ou non, occlusion ambiante et ray tracing). Forcément, il n’est pas possible d’opter pour la résolution max et le ray tracing… De notre côté, nous avons joué en 1440p avec occlusion ambiante et ray tracing, en désactivant le flou cinétique. Et très honnêtement, le jeu est assez joli et plus varié qu’il n’en a l’air !


TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ? PS5 Plaion


Saints Row propose donc un chouette contenu et fait les choses avec efficacité. Malgré tout, il montre certaines limites, que l’on retrouve depuis quelques années maintenant. Sans dire que l’on a fait le tour du genre open-world, il reste sur des bases vieillissantes. Il manque une certaine fraîcheur à tout ça (malgré le côté décalé de certaines missions), la conduite reste très basique et sans physique (les dérapages, c’est la foire à la saucisse), et le jeu manque de finition. On note un peu d’aliasing, quelques ralentissements, et surtout de nombreux bugs de collision. Certains passants disparaissent soudainement, les missions se valident en pleine action, vos alliés se téléportent directement dans les véhicules… tous ces couacs gâchent un peu l’immersion, même s’il faut garder en tête que Saints Row n’a pas le budget d’un GTA pour ne citer que lui. Nous n’avons d’ailleurs pas parlé du jeu de Rockstar dans notre test, car ce dernier et Saints Row sont au final peu comparables. Remettre sans cesse GTA sur le devant de la scène dès qu’on joue à un open world devient pénible, et ce n’était pas le cas à l’époque des Sleeping Dogs, Scarface ou encore True Crime. Saints Row a son style bien à lui et boxe dans sa catégorie, ce qui plaira à bon nombre de joueurs. Allez, histoire de râler un peu, un prix de vente un peu plus doux aurait été parfait !


TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ? PS5 Plaion


Saints Row reprend les bases des épisodes 2 et 3 pour proposer une expérience vraiment sympathique. Le jeu est souvent fun, riche en contenu, plutôt joli, et vous occupera environ 15h en ligne droite (quasi le triple pour tout faire), avec de nombreuses options de personnalisation, que l’on parle de votre QG ou de votre personnage. Les gunfights sont nerveux et le corps-à-corps est toujours aussi jouissif, avec de bonnes claques dans la tronche bien bruyantes. Dommage que le titre manque de finition et qu’il se repose au final beaucoup sur ses acquis. Le genre peine un peu à se renouveler, et on le ressent par moments. Ce « retour aux sources » de la saga reste une bonne pioche si vous avez besoin, comme nous, de vous défouler un bon coup. Saints Row, c’est la dose de WTF et de cassage de mâchoire dont on a parfois besoin, et ça fait du bien. 


Les +

  • une map assez variée et pleine d’activités
  • la nouvelle équipe de Saints
  • gameplay classique mais efficace
  • l’humour, qui fonctionne bien
  • bonne ambiance
  • une bonne dose d’action, parfois WTF
  • les éliminations au corps-à-corps
  • les différentes capacités à débloquer
  • la personnalisation, assez riche
  • bonne durée de vie
  • visuellement franchement joli

 

Les – 

  • manque de finition
  • nombreux bugs de collision
  • les visages, assez inégaux
  • des scripts qui ne se déclenchent parfois pas
  • la conduite reste ultra basique
  • un open world au final sans grande surprise
  • seulement 20 niveaux d’aptitude

TEST : Saints Row, un reboot qui pète le feu ? PS5 Plaion


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.