TEST : South of the Circle, une virée narrative touchante en Antarctique

Jeu narratif comme on aime en découvrir entre deux gros AAA de plus en plus longs (ce qui n’est pas forcément gage de qualité…), South of the Circle est développé par le studio State of Play et sera disponible le 3 août prochain sur consoles Xbox, PlayStation, Nintendo Switch et sur PC. Nous avons eu la chance de recevoir une version PS5 du titre édité par 11 Bit Studios, et il est temps de voir si l’expérience vaut le coup d’œil !


TEST : South of the Circle PS5 South of the Circle est un jeu narratif, disponible depuis 2020 sur Apple Arcade, dans lequel on incarne Peter, parti en expédition en Antarctique avec son copilote. Tout ne va pas se passer comme prévu, et après le crash de leur avion et la blessure de son collègue, Peter va devoir chercher de l’aide seul dans un désert de glace peu accueillant. L’histoire du jeu se déroule pendant la guerre froide des années 1960, un contexte historique qui aura son incidence sur la mission de Peter, mais que l’on retrouvera également dans les différentes séquences de son passé.


TEST : South of the Circle PS5


Le jeu propose en effet un récit qui se déroule dans le présent mais également dans le passé, via des flashbacks de la vie de Peter. Des moments importants, liés à son enfance, son travail, ou encore sa rencontre avec la jolie Clara. Des tranches de vie souvent décisives, parfois touchantes, qui permettent d’en découvrir plus sur le travail universitaire de Peter, sur la pression mise par son patron et sur sa relation naissante avec Clara, sans oublier quelques moments pas toujours heureux de son enfance. La narration est vraiment intéressante, avec des transitions bien fichues entre les séquences du présent et du passé, le titre proposant une mise en scène très cinématographique. Les plans et mouvements de caméra sont très réussis et immersifs, et on passe du présent au passé avec fluidité sans s’en rendre compte, et inversement. Par exemple, le Peter du présent se déplace en véhicule pour rejoindre une base pour trouver du secours, jusqu’à une transition vers le passé, dans sa voiture en compagnie de Clara. C’est vraiment très bien fait, tout comme l’ambiance sonore du jeu, très réussie.

On retrouve au casting du titre des comédiens de renom comme Anton Lesser (« Game of Thrones », « Star Wars : Andor »), Gwilym Lee (« Bohemian Rhapsody »), Olivia Vinall (« The Woman in White »), Richard Goulding (« The Crown »), Adrian Rawlins (« Chernobyl ») ou encore Michael Fox (« Downton Abbey »). Les doublages sont très bons, avec un jeu d’acteur toujours juste et convaincant, le tout accompagné par de très belles musiques, la plupart composées au piano. Visuellement, c’est très chouette, même si nous avons du changer les réglages de notre écran, la faute à un grain d’image très prononcé (principalement visible dans les environnements sombres). La direction artistique sort du lot, avec l’impression de voir une bande-dessinée prendre vie et de très belles animations, malgré quelques petites saccades.


TEST : South of the Circle PS5


On est loin d’un AAA bien évidemment, et un certain manque de finition se fait parfois sentir (lié au budget ?), la faute à quelques vilains bugs de collision dans les décors, ou encore des personnages qui tiennent mal les objets (une tasse de thé flottante par exemple). Les sous titres sont quant à eux en français, mais avec pas mal d’approximations (tutoiement et vouvoiement dans la même phrase, fautes de frappe…). Tous ces défauts ne sortent heureusement pas du jeu, qui aborde des thèmes forts liés au contexte historique (et notamment la place de la femme dans les universités) et à nos personnages (rencontre amoureuse, père autoritaire, pression du travail).

Comme nous le disions précédemment, South of the Circle est un jeu narratif, au gameplay très minimaliste. Les phases d’exploration sont très limitées, tout comme celles de conduite, et c’est du côté des dialogues que l’on trouvera la plus grande originalité du jeu. Ces derniers sont représentés par des symboles, et lorsque que c’est à votre personnage de parler, aucun choix de texte ne s’affiche à l’écran. On a en effet affaire à des bulles représentant des émotions (paniqué, attentionné, franc, enthousiaste, pessimiste) qui sont détaillées dans les menus du jeu (voir screen ci-dessous). C’est un peu déstabilisant, et on ne sait parfois pas si on a fait le bon choix, d’autant que certains sont plus importants que d’autres.


TEST : South of the Circle PS5


On a donc la main sur l’état d’esprit de notre personnage au lieu de se contenter de dialogues déjà écrits, ce qui change de l’ordinaire mais perturbe forcément un peu. Concrètement, on se demande si nos choix influencent réellement le déroulement des échanges, surtout que si on n’appuie pas sur le bouton en question, un dialogue se déclenche quand même. On a donc ce sentiment étrange (et désagréable) de ne pas avoir d’influence sur les dialogues et les différentes décisions, surtout qu’il arrive de se tromper de bouton, le temps d’assimiler à quoi correspondent tous les symboles. Un concept original donc (qui trouve un sens à la fin du jeu), mais qui s’avère perturbant et casse une immersion pourtant solide grâce à l’ambiance et à la mise en scène du jeu. Il faudra compter environ 3 heures pour terminer le jeu (aucun trophée platine n’est à débloquer), ce qui peut sembler court mais certains d’entre vous trouveront déjà le temps long. Enfin, le jeu permet de découvrir un mode appelé « en coulisses » qui regroupe de nombreux croquis, storyboard ou concepts arts des lieux, des personnages ou encore des véhicules. C’est très complet et vraiment appréciable !



South of the Circle possède de belles qualités mais quelques défauts qui pourront le priver d’une partie des joueurs. Si le jeu est réussi en termes de direction artistique, de mise en scène, de contexte historique, de narration et de d’ambiance sonore, il souffre d’un système de choix qui en laissera bon nombre perplexe. Choisir ses symboles pour exprimer l’émotion de son personnage n’est pas très clair, et on a souvent l’impression d’être davantage spectateur qu’acteur. C’est souvent le cas dans les jeux narratifs, mais c’est encore plus flagrant dans le cas présent, et les phases d’exploration restent assez basiques elles aussi. South of the Circle montre donc certaines limites mais n’en reste pas moins accrocheur sur de nombreux points : nous avons aimé l’expérience, mais sommes bien conscients de ses limites. 


Les +

  • très belle direction artistique
  • l’ambiance sonore (bande-son et dialogues)
  • les animations des personnages
  • dialogues bien écrits, thèmes abordés intéressants
  • contexte historique bien intégré à l’histoire
  • les transitions présent/passé
  • très belle mise en scène
  • quelques choix importants
  • un système de « dialogues » qui change de l’ordinaire…

Les –

  • … mais qui manque de clarté
  • choisir le bon symbole est peu instinctif
  • on a davantage l’impression d’être spectateur qu’acteur
  • pas bien long (3h max)
  • sous-titres parfois approximatifs
  • quelques légères saccades dans les animations
  • les phases d’exploration, basiques


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.