Avis Ki-oon : Bâtard – Tomes 1 à 3

Publié entre 2014 et 2017 en Corée, « Bâtard » est un webtoon qui a connu un certain succès et qui vient tout juste de débarquer en version papier chez Ki-oon ! Grand format, couverture et titre accrocheurs, synopsis au fort potentiel : tout est là pour que la découverte soit réussie ! Verdict ?

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 2, disponible depuis le 6 mai 2021 –

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 3, disponible depuis le 26 août 2021 –


Avis Ki-oon : Bâtard - Tome 1 blog manga lageekroomSynopsis : Autour du lycée de Jin, les disparitions de femmes se multiplient… Le jeune garçon vit pourtant dans un quartier huppé grâce à la réussite de son père, P.-D.G. d’une grande entreprise. On pourrait croire qu’il a tout pour être heureux, mais l’adolescent souffre de l’absence de sa mère et d’une vie solitaire. Son seul repère est son père : toujours prêt à aider son prochain, il est connu pour ses actions caritatives. Pourtant, ses airs avenants dissimulent un tueur en série à la cruauté sans limites… C’est lui qui se cache derrière les disparitions ! Et Jin est bien placé pour le savoir, puisqu’il joue depuis des années le rôle d’appât afin d’assurer sa propre survie ! Sa mission ? Attirer les victimes et les assommer à coups de masse avant de les livrer à leur bourreau… Mais quand la prochaine cible désignée est la nouvelle élève de sa classe, la seule à lui avoir jamais porté de l’intérêt, c’est le déclic. Pour la première fois, il décide de se rebeller : qui sortira vivant de cet implacable duel père-fils ?


Avis Ki-oon : Bâtard - Tome 1 blog manga lageekroom


Commençons tout d’abord par préciser ce qu’est un webtoon. Concrètement, il s’agit d’ouvrages (webcomics sud-coréens ou encore manhwas) à lire en ligne, principalement sur smartphones et tablettes, proposant du coup une mise en page et un découpage prévus à cet effet. Adapter ce genre de format en version papier peut donc poser quelques problèmes d’ergonomie, mais le dans le cas présent, le rendu est très bon malgré une prise en main pas toujours facile. Proposant un format plus grand que les mangas habituels (15 x 21cm), « Bâtard » bénéficie d’un encrage noir qui a tendance à marquer lorsque l’on y pose ses doigts pour tourner les pages. Les maniaques devront donc faire attention. Passé ce petit détail, il faut avouer que ce premier tome est particulièrement prenant, et la tension que l’on découvre dès les premières pages ne retombe jamais. Le jeune Jin ne mène pas une vie facile. Pris à parti par certains de ses camarades, il ne peut malheureusement pas trouver de réconfort en rentrant à la maison. Il vit avec son père, un homme en apparence bon et altruiste qui cache en vérité de bien sombres secrets. Pour faire simple, et sans trop vous en dire, Jin sert d’appât à son père pour attirer des jeunes femmes à la maison… dont le sort est, vous vous en doutez, bien funeste. Son père est en effet un psychopathe, et son visage qui change d’expression en un clin d’œil en dit long sur ce qui peut se passer dans sa tête. Il ne se déroule pas énormément de choses dans ce premier tome, mais l’ambiance est particulièrement sombre, voire sinistre. Heureusement, Jin va se rapprocher d’un de ses camarades et faire la connaissance d’une jolie jeune fille (qui mène, elle aussi, une vie particulièrement difficile), qui sera malheureusement la prochaine cible de son père. Les bases sont posées, les personnages bénéficient d’un soin tout particulier, et la tension ne retombe jamais.

« Bâtard » aborde des thèmes forts comme le harcèlement scolaire, la solitude, le deuil, le sentiment d’impuissance, mais également la relation père/fils. Mais ce lien entre un père et sa progéniture, souvent abordé dans les mangas, BD ou autres comics, est ici bien différent ! Jin n’a pas d’autre choix que d’obéir à son père, un homme instable et imprévisible. Il semblerait qu’il n’ait pas droit à un semblant de bonheur, et qu’on lui retire la moindre miette de positif. Mais les événements évoluent, et nous avons hâte de découvrir la suite ! Visuellement, le rendu est excellent, et certains visages font froid dans le dos ! C’est parfois un peu simple et un peu rigide dans les animations, mais l’immersion est là, encore une fois grâce à l’atmosphère générale. Maintenant que les bases sont posées, reste à voir comment vont évoluer les relations entre certains personnages et si on en apprendra davantage sur Jin, son enfance, et bien entendu son père… Ce premier tome de « Bâtard » n’ennuie pas une seule seconde tout au long de ses 440 pages, malgré un rythme parfois lent. Mais c’est l’ambiance qui prime, et l’ensemble est prenant et vraiment sombre, la tension ne retombant quasiment jamais. Simple mais efficace visuellement, ce premier tome est vraiment convaincant, et nous avons hâte de voir comment évolueront les choses. Vite, la suite !


A lire également :


avis critique bâtard tome 2 ki-oon lageekroomBâtard – Tome 2 : le premier tome de « Bâtard » était puissant, dans le sens percutant ! Avec son ambiance sombre et ses personnages pour la plupart torturés, l’ouvrage prenait aux trippes, et on s’accrochait tant bien que mal aux petites lueurs d’espoir distillées ça et là, notamment avec la présence de Gyeon. La jeune fille est une camarade de classe de Jin, et les 2 adolescents se rapprochent, Gyeon étant bienveillante avec notre personnage principal. Et pourtant, elle n’a pas eu la vie facile et vit de manière très modeste avec son grand-père sénile. Pire, elle est désormais la cible du père de Jin, qui est on le rappelle un tueur en série. Son ombre plane constamment tout au long du récit, et ses apparitions donnent souvent froid dans le dos, son visage pouvant changer du tout au tout. Jin va donc tout faire pour induire son père en erreur et protéger sa nouvelle amie, jusqu’à lui coller un chewing-gum dans les cheveux pour l’emmener chez le coiffeur. Il a en effet établi un profil type des victimes de son père, et avec des cheveux coupés, Gyeon ne rentrerait plus dans les cases. Mais la pression du père est incessante, et Jin n’aura pas d’autre choix que d’évoluer, mentalement comme physiquement, pour protéger Gyeon. Cette évolution passera par la découverte de son corps, mais également par sa relation avec la brute Jae-Hyeok. Une amitié entre ce dernier et Jin est-elle vraiment possible ?

On ne vous en dira pas plus pour ne rien vous spoiler, mais le pauvre Jin va sacrément en baver dans ce tome (il va même avoir des flashs de son passé, lui faisant penser que son père a déjà tenté de se débarrasser de lui). Son évolution se fait dans la douleur, mais sa volonté de ne plus être le complice de son père commence à prendre le dessus. S’opposer à la figure paternelle, en voilà un thème fort bien amené dans ce tome 2, sans oublier toutes les notions liées à l’amitié, au harcèlement scolaire et au passage à l’âge adulte. Le récit est toujours aussi mature, et le style visuel si réussi du premier tome est de retour, avec des cases sombres et des visages qui en disent long. Ce tome 2 n’est une nouvelle fois pas à mettre entre toutes les mains. Du côté des bémols, on regrettera que certains visages soient en deçà (notamment celui de Jae-Hyeok) et que le récit opte pour une révélation quelque peu surprenante. Le père de Jin ne serait pas le seul tueur en série du coin ? Bizarre, et nous avons hâte de découvrir le tome 3 pour en avoir le cœur net !


A lire également : 


avis critique bâtard tome 3 blog manga webtoon lageekroom ki-oonBâtard – Tome 3 : après un tome 2 réussi mais un poil en dessous du premier, ce troisième volume de « Bâtard » remonte le niveau d’un sacré cran et s’avère captivant de bout en bout ! Attention, ce paragraphe contient des spoilers sur le tome 2, assurez-vous donc bien de l’avoir lu avant de poursuivre la lecture. Vous êtes encore là ? Alors on y va ! On découvrait dans le tome 2 de « Bâtard » que le père de Jin n’était pas le seul tueur du coin. Un peu étrange certes, mais c’est comme ça. La collègue de Gyeon, qui travaille avec elle à la supérette, est en effet une meurtrière et agit principalement par jalousie. Elle décide donc de s’en prendre elle aussi à Gyeon, décidemment… Mais le père de Jin, qui a suivi la psychopathe, compte bien garder Gyeon pour lui seul. Attention toutefois, car ce dernier va confier quelques secrets à la jeune femme, qui pourrait bien s’en servir contre lui auprès de la police. Certaines séquences risquent de vous couper le souffle, et la pression monte de page en page.

Ce tome 3 accorde également une place importante au personnage de Jae-Hyeok, qui va être victime d’un accident de la route avec ses parents. Un accident bien mystérieux, apparemment prémédité par un inconnu dont on ignore encore l’identité, et qui va faire de sacrés dégâts. Le jeune homme, considéré comme la brute de son lycée, va perdre ses parents… et le bas de ses jambes. Désormais handicapé et du coup affaibli, c’est lui qui va subir le harcèlement de ses anciennes victimes. La vie peut réserver de bien mauvaises surprises, et on en vient à se prendre d’affection pour ce personnage qui a pourtant mené la vie dure à Jin. Ce dernier va décider de rendre visite à Jae-Hyeok à l’hôpital, et va même se confier à lui quant aux agissements de son père. Les langues commencent à se délier, et on se doute que ces paroles feront écho un jour ou l’autre. Vous l’aurez compris, ce tome 3 est très intense, dynamique, stressant, mais également superbe visuellement. Chaque personnage est mis en valeur, et certaines séquences sont très détaillées. L’ensemble est un peu sombre parfois, les pages noires marquent facilement, mais l’ambiance est clairement au rendez-vous. Le personnage de Jin est bien développé dans ce tome. On sent que ses secrets lui pèsent, et sa relation avec Gyeon est intéressante. La jeune fille comprend que Jin est parfois au bord de franchir la limite mais s’avère être là pour lui : « si jamais tu deviens un sale type, je serai là pour te remettre les idées en place« . Gyeon devient donc de plus en plus importante pour Jin, qui doit la protéger contre plusieurs menaces ! Au final, on ne peut qu’apprécier ce tome 3 de « Bâtard », qui ne loupe pas le coche et immerge du début à la fin. Vivement la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.