Avis Manga Ki-oon : The Killer Inside – Tomes 6 et 7

Disponible depuis le 1er juillet dernier, le tome 6 de « The Killer Inside » était très attendu de notre côté. Il faut dire que le tome 5 était une petit claque, avec sa tonne de révélations et sa tension au maximum. On découvrait l’enfance d’Eiji avec ses parents, ainsi que ses traumatismes liés à l’affaire LL. Attention, si vous n’avez pas encore lu les tomes précédents, il serait dommage de vous gâcher toutes les surprises. Ne lisez notre avis sur le tome 6 que si vous êtes à jour dans l’œuvre de Hajime Hinoryu et Shota Ito. C’est parti !

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 7, disponible depuis le 21 octobre dernier –


Avis Manga Ki-oon : The Killer Inside – Tome 6Synopsis du tome 6, avec SPOILERS sur le tome précédent : Après les révélations de Kyoka, Eiji ne parvient plus à garder son sang-froid et, quand la police fait irruption dans l’appartement de la jeune fille, il est arrêté pour tentative de meurtre et placé en détention avant son jugement. Là, son amie Rei découvre qu’en réalité, ce n’est pas B-1 qui est l’alter ego d’Eiji… mais l’inverse ! La vie du garçon bascule lorsque son père, Makoto Hachinoi, est injustement accusé et que sa mère se suicide après avoir tenté de l’étrangler. Abandonné de tous, l’enfant développe alors un trouble dissociatif de l’identité : l’insouciant Eiji est né ! Il jure néanmoins de tout mettre en œuvre pour retrouver le véritable coupable et ainsi accomplir sa vengeance…


Avis Manga Ki-oon : The Killer Inside – Tome 6


Depuis ses débuts, la série « The Killer Inside » fait preuve d’une grande maîtrise dans sa narration et ses rebondissements. Chaque tome réserve des surprises et nous en apprend davantage sur les personnages, leurs motivations et leurs passés. Mais il faut avouer que le tome 5 était particulièrement riche, et nous en avons appris beaucoup. Sur Kyoka et son plan notamment, mais surtout sur Eiji, avec une révélation de taille : ce n’est pas B-1 qui est l’alter ego d’Eiji… mais l’inverse ! C’est grâce à un flashback que nous comprenons tout ça, et il faut avouer que le pauvre Eiji en a bavé suite à la perte de son père (à ses yeux injustement accusé de plusieurs meurtres) et de sa mère, qui s’est pendue après avoir tenté de l’étrangler. Traumatisé, Eiji s’est juré de venger sa famille, et a commencé à préparer son plan. Mais pour avoir l’air d’être un garçon comme les autres, il a développé un trouble dissociatif de l’identité. Passer inaperçu, tel était son but pour préparer sa vengeance. Eiji, ou plutôt B-1, vide son sac à Rei, venue lui rendre visite en détention. On découvre donc le passé, souvent sombre, du jeune homme, les débuts de son enquête, son arrivée auprès des Skall et sa rencontre avec la pauvre Yoko. Mais l’enquête réserve des surprises, et il se pourrait que quelqu’un de puissant tire les ficelles et influence les événements. Le père d’Eiji pourrait bien avoir été le parfait petit coupable pour clôturer une affaire qui ira bien plus loin que prévu, avec la présence d’une liste regroupant des politiciens, des hauts fonctionnaires ou encore des magistrats…

Proposant une narration très réussie, ce tome 6 est moins riche en révélations que le précédent, mais s’avère tout aussi accrocheur. Les flashbacks permettent de bien tout comprendre, et les auteurs proposent même une chronologie des événements à la fin de l’ouvrage. Et ce n’est pas de trop, tant l’ensemble est une nouvelle fois assez riche et complexe, avec des flashbacks permettant de découvrir certaines séquences sous un autre point de vue. L’écriture des personnages est bonne, et le tome se termine sur un sacré rebondissement. Un peu tiré par les cheveux peut-être ? Seul l’avenir nous le dira. On terminera avec un mot sur les dessins, aux traits réalistes réussis, mettant en avant des visages de grande qualité et parfois inquiétants. « The Killer Inside » est un thriller très prenant, et chaque tome réserve son lot de surprises. On en découvre donc davantage sur Eiji, son enfance et sa quête de vengeance, mais tout n’est pas simple. Désormais incarcéré, on se demande comment le jeune homme va pouvoir s’en sortir, lui qui a vécu tout un tas d’événements traumatisants. De nombreuses questions restent d’actualité, et nous avons hâte d’en découvrir les réponses !


A lire également : 


The Killer Inside - Tome 7 avis manga critique Ki-oon lageekroomThe Killer Inside – Tome 7 : chaque nouveau tome de « The Killer Inside » est un événement. Tout d’abord parce que nous avons hâte de découvrir le visuel de la couverture, superbe à chaque fois. Mais surtout parce que le récit a pris une toute autre ampleur depuis certaines révélations. Nous l’avons déjà mentionné dans notre avis sur le tome 6 ci-dessus, mais il est bon de le préciser à nouveau : ce n’est pas B-1 qui est l’alter ego d’Eiji… mais l’inverse. Autrement dit, suite à la mort de son père et au suicide de sa mère, notre héros a préparé sa vengeance. Mais, histoire de paraître tout à fait normal en société, il s’est crée une nouvelle personnalité, celle du gentil garçon. Le but principal d’Eiji, et du coup de B-1, étant de laver l’honneur de son père en trouvant qui l’a assassiné. Ne vous attendez pas à une tonne de révélations dans ce tome 7, ce ne sera malheureusement pas le cas. Cela n’empêche pas le récit de nous accrocher sans mal, notamment grâce à ses personnages, Kyoka en tête. Cette dernière justifie ses actes (et notamment un meurtre reprenant les méthodes de LL, le fameux tueur en série de notre histoire) par le fait de vouloir faire revenir Eiji à la raison, lui faire voir la vérité en face et admettre que le tueur était bien son père.

Mais Kyoka a été agressée au couteau (par B-1 ou son alter ego Eiji ?) et se retrouve plongée dans le coma. Avant de sombrer, elle annonce à Eiji que son agresseur n’est autre que LL. Le vrai LL ? Serait-il de retour 15 ans après les faits qui ont mené à tout ça ? Et pourquoi changer soudainement de version après ses paroles ? Ce tome 7 nous plonge dans l’incertitude et le brouillard, et Eiji va tout faire pour se rendre à l’hôpital et rejoindre Kyoka pour la faire parler. L’enquête se poursuit donc, s’intensifie encore, mais énormément de questions restent sans réponse. Il faut avouer que l’ensemble est parfois complexe, malgré les indications de date. La lecture est quoi qu’il en soit intense, et les dessins y sont une nouvelle fois pour beaucoup. L’ambiance est sombre, froide, et les regards des personnages collent parfois le frisson. Pour faire simple, le coup de crayon est très propre et détaillé, et on s’imagine bien souvent une adaptation du manga en anime voire même au cinéma ! Même s’il manque une ou deux révélations dans ce tome 7 (on ressort avec presque plus de questions que de réponses), on ne peut que vous conseiller de vous le procurer. A condition bien entendu d’être parfaitement à jour dans le récit, histoire de ne pas être totalement largué. Au final, on ne peut que remercier les éditions Ki-oon de nous proposer cette série, et nous allons attendre le prochain tome avec une grande impatience.

Synopsis de ce tome 7 :

Livré à lui-même après les malheurs qui se sont abattus sur sa famille, Eiji Hachinoi atterrit dans un foyer où il noue de solides liens avec Kiichi Urashima, une ancienne connaissance de son père. Une fois adopté, l’enfant poursuit son but : laver l’honneur de Makoto…L’adolescent remonte donc la piste des Skall, un gang ultra-violent. Seulement, pour en savoir plus, il a besoin de se rapprocher de leur chef. C’est alors qu’il rencontre une certaine Yoko Hatanaka, l’outil parfait pour parvenir à ses fins ! Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu, et Eiji est désormais jugé pour le meurtre de la jeune femme…


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.