Avis Manga Meian : Pinsaro Sniper – Tome 1

Pinsaro Sniper de Koji Tabe, est le premier manga issu de la collection Daitan! de l’éditeur Meian que nous chroniquons sur le blog. Cette collection, lancée l’été dernier, regroupe des ouvrages se voulant hors des cases, et mise sur des thématiques « décalées, sensibles, osées ou subversives » selon son éditeur. Autrement dit, il s’agit d’ouvrages à ne pas mettre entre toutes les mains. On démarre donc cette découverte avec le premier tome de Pinsaro Sniper, qui met en scène une héroïne pas comme les autres. C’est parti !


Avis Manga Meian : Pinsaro Sniper - Tome 1 blog manga lageekroomSynopsis : Le jour, Yuki Kaidô est une simple employée de bureau travaillant dans une petite entreprise et lorsque le soleil se couche, elle se prostitue dans un pink salon, sorte de club de prostitution Mais cette seconde occupation n’est en fait qu’une couverture pour son activité de tueuse à gages ! Surnommée Pinsaro Sniper, elle lutte à sa façon contre un monde corrompu par l’argent et l’ambition, armée de son fidèle fusil à lunette. Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Meian : Pinsaro Sniper - Tome 1 blog manga lageekroom


C’est donc ce premier tome de « Pinsaro Sniper » qui aura l’honneur de nous plonger dans la collection Daitan! de l’éditeur Meian. Sachez que nous avons reçu d’autres ouvrages de cette collection, et que nous vous en parlerons très bientôt. Oui, « Pinsaro Sniper » est un manga qui tente des choses, et il n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains. Notre héroïne, Yuki Kaidô, a beau effectuer un travail tout à fait classique la journée (elle est employée de bureau), elle change totalement de veste la nuit pour devenir hôtesse. Concrètement, elle se prostitue et satisfait au maximum ses clients. Mais certains viennent pour tout autre chose, et Yuki a une troisième corde à son arc : elle est tueuse à gages et manie le sniper comme personne. Une sorte de Dexter au féminin en quelque sorte, mais aux méthodes plus classiques. Une balle dans la tête, et c’est réglé. Cela n’empêche pas Yuki de satisfaire également ces clients « spéciaux » dans des séquences très explicites. Yuki est très sexy et semble tout droit sortie d’un film de Tarantino (ambiance Grindhouse) : tenue en cuir, formes parfaites, poses stylées flingue sur l’épaule ou sur sa moto : elle a la classe ! Koji Tabe aime son héroïne, cela se sent à chaque plan, et le mangaka n’hésite pas à la mettre en valeur, lui qui est de base un auteur de hentai. Certaines poses sont clairement sauvages, et l’auteur n’est pas avare en fluides divers (salive ou autres…) durant les scènes de sexe. Cela plaira aux amateurs du genre, cela ne fait aucun doute, et il faut avouer que l’ensemble est superbement réalisé. On regrettera peut être un manque de renouvellement lors de ces séquences, qui s’avèrent un peu répétitives.

C’est un peu le problème de ce premier tome : on retrouve à la suite diverses missions, et le tout manque d’une trame un peu plus consistante. Yuki enchaîne les contrats à un rythme soutenu, avec toujours le même schéma : courte séquence le jour pour la montrer avec ses collègues (on aimerait les découvrir davantage au passage), direction le Parasite Eve pour accepter une nouvelle mission, balle dans la tête et problème réglé. Ca fonctionne bien, il faut le dire, mais l’ensemble reste assez répétitif et manque d’enjeux. On aimerait une mission un peu plus rythmée, qui mettrait encore plus en valeur les compétences de notre héroïne. Cette dernière est en tout cas chouchoutée par son auteur. Une femme peut avoir de nombreux visages, et Yuki en est la preuve. C’est une femme désireuse d’aider son prochain et qui aime sa ville, qu’elle aimerait bien nettoyer de la pègre et des malfrats. Elle le dit elle-même : « mon seul désir est de protéger les habitants de cette ville ». Et c’est tout à son honneur. Trafiquants d’enfants, violeurs : ses victimes méritent leur sort, mais peut-on malgré tout cautionner ses actes ? Visuellement, ce premier tome fait fort, avec comme nous le disions précédemment une héroïne superbement mise en valeur. On ne compte plus les illustrations en pleine page de Yuki dans des tenues aussi sexy que classes. Les visages des autres protagonistes ne sont pas en reste, et l’ambiance nocturne est parfaitement restituée. La violence est souvent brève, mais assez brutale, et on jubile à chaque mission accomplie.



Ce premier tome de « Pinsaro Sniper » nous présente une héroïne forte, mise en valeur à chaque page par son auteur. Yuki a plusieurs cordes à son arc, et si les scènes de sexe (très bien réalisées) sont un peu répétitives, l’ambiance globale est très réussie. L’action n’est pas en reste, avec des missions bien mises en scène mais qui manquent un peu d’enjeux. Tout est pour le moment un peu trop facile, et on espère que le tome 2 sera capable d’ajouter un peu de tension et de suspense à un cocktail déjà bien dosé. On notera que la série se termine en 3 tomes, tous disponibles aux éditions Meian.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.