Découverte Xbox Game Pass : Sea of Solitude

Nouvelle découverte Xbox Game Pass, et nouveau jeu indépendant. Sea of Solitude, développé par le studio allemand Jo-Mei Games, est en effet édité par Electronic Arts via son label EA Originals, mettant justement en avant ce genre de projet. Si le jeu est sorti le 5 juillet 2019 sur PlayStation 4, Xbox One et PC uniquement en dématérialisé, ce n’est qu’en ce début d’année 2022 que nous nous sommes lancés dans l’aventure sur notre Xbox Series X. Sea of Solitude mérite-t-il d’être téléchargé sur votre disque dur ? C’est ce que nous allons voir.


Découverte Xbox Game Pass : Sea of Solitude lageekroom test avis Note aux collectionneurs : sachez que Sea of Solitude existe bel et bien en version boite, mais sur Nintendo Switch uniquement, et en version director’s cut. Une nouvelle édition qui propose des voix françaises (sur Xbox, nous avons découvert le jeu en anglais sous-titré français) et quelques ajustements au niveau des dialogues et de la narration. Ce sont en effet les principaux défauts d’un jeu qui propose néanmoins de belles qualités, et nous avons apprécié ce court voyage d’environ 5h.


Découverte Xbox Game Pass : Sea of Solitude lageekroom test avis


Sea of Solitude est un jeu narratif, qui aborde certains thèmes forts comme la famille ou encore le harcèlement scolaire. Des thèmes traités de manière parfois maladroite, mais l’ensemble reste accrocheur, grâce à sa direction artistique notamment. Le joueur incarne Kay, une jeune fille mal dans sa peau qui va devoir faire face à des monstres, métaphores de son passé et de ses dilemmes intérieurs. Vous devrez purifier leur noirceur et découvrir comment ils en sont arrivés là, en parcourant de grandes étendues inondées laissant apparaître des bâtiments qu’il sera possible d’explorer. On pourra en effet découvrir des bouteilles, renfermant des messages nous en apprenant plus sur le récit. Kay sera parfois pourchassée par un monstre marin plutôt flippant, et il lui faudra nager à toute vitesse d’une habitation à une autre pour lui échapper. D’autres séquences s’avèrent également stressantes, dont une en particulier dans une école. Le gameplay reste au final assez basique. On découvre les environnements en bateau jusqu’à être coincé, puis on continue à pied dans la direction indiquée par le jeu. C’est assez guidé, mais un léger sentiment de liberté se dégage malgré tout de certains chapitres.


Découverte Xbox Game Pass : Sea of Solitude lageekroom test avis


On enchaine donc les différentes zones, mettant en scène un nouveau monstre, représentant un membre de la famille de Kay. Nous devons vous avouer avoir eu un peu de mal à nous immerger dans les premiers chapitres. Le jeu démarre peut-être trop rapidement, sans poser les bases et les enjeux. Puis on comprend ce qui se passe, les différents traumatismes de notre héroïne, et l’ensemble est de mieux en mieux, s’achevant sur une dernière heure tout simplement excellente. Peut-être aurez-vous, comme nous, un peu de mal au démarrage, mais poursuivre l’aventure vaut clairement le coup. Le jeu propose même quelques nouveautés de gameplay, histoire de varier les séquences. L’ennui qui pointait le bout de son nez est donc éclipsé, et on se prend au jeu. Sea of Solitude, s’il n’est pas parfait en termes de narration et d’immersion, parvient néanmoins à convaincre si on aime le genre. Le titre de Jo-Mei Games propose qui plus est une très belle direction artistique, et des décors plutôt jolis. Le choix des couleurs est judicieux, et certains effets de lumière ressortent clairement du lot. Sur Xbox Series X, le jeu tourne en 60 images par seconde, ce qui est très appréciable. C’est souvent très chouette visuellement, notamment au niveau de la représentation des monstres, et nous avons également beaucoup aimé les musiques. Faisant parfois monter la pression, elles peuvent également s’avérer très mélancoliques.


A lire également : 


Découverte Xbox Game Pass : Sea of Solitude lageekroom test avis


Sea of Solitude est une bonne pioche de notre côté, malgré une première heure peu engageante. Mais si on parvient à dépasser ces débuts un peu poussifs et peu immersifs (on se demande ce qu’on fait là…), le jeu monte en puissance et parvient à accrocher. Certains thèmes forts sont abordés, et la direction artistique fait des merveilles. Même si l’ensemble est court, vous devriez y jeter un œil si, comme nous, vous êtes en manque de jeux du genre.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.