RETOUR SUR : GTA Vice City, les années 80 à Miami !

Tout le monde ou presque connait GTA V, carton planétaire sur Xbox 360 et Playstation 3, puis sur les consoles de nouvelle génération. Mais pour arriver à un tel degré de détails, de liberté et de plaisir de jeu en général, la saga GTA a grandi, mûri, et s’est améliorée d’épisodes en épisodes. Celui qui nous intéresse aujourd’hui ? GTA Vice City, et son ambiance bien particulière.


Image associée


Et oui, on vieillit… et on se rappelle aux bons souvenirs des premiers GTA, des jeux en vue de dessus qui semblent bien moches et bien pourris aujourd’hui. Mais à l’époque, on kiffait grave voler des voitures et écraser les petites vieilles qui se baladaient tranquilou en ville. Avec GTA 3, la saga est passée à la 3D, proposant une ville immense, de superbes graphismes pour l’époque, des fusillades enfin jouables et un scénario digne du cinéma. Ce troisième épisode (on ne compte pas le GTA London) était tout de même limité, mais sa suite, GTA Vice City, va faire encore plus fort à sa sortie en 2002 sur PS2 puis un an plus tard sur Xbox. Vice City, c’est une ambiance de dingue, une histoire de trafics, de meurtres, de vols dans une ville inspirée de Miami dans les années 80. On peut enfin piloter des hélicoptères et des motos ou scooters, pour tripper encore plus à fond entre les voitures.


Image associée


Davantage coloré que son prédécesseur (on pourra désactiver la rémanence dans les options graphiques), cet épisode met la barre encore plus haute et joue sur la diversité de ses quartiers (centre ville, quartiers pauvres). On croisera des jeunes filles faisant du roller en bikini le long des magnifiques plages entourant la ville, ou encore des membres des gangs alentours se menant une guerre impitoyable. Si vous aimez Scarface, vous aimerez Vice City, tant le jeu s’inspire des aventures de Tony Montana (le « vrai » jeu Scarface n’était pas encore sorti à l’époque), et on trouve énormément de similitudes avec le film culte de Brian De Palma. Côté activités, en plus des missions principales, on pourra s’amuser à livrer des pizzas ou jouer les ambulanciers pour gagner un peu de pognon. Enfin niveau sonore, c’est également une tuerie, avec de nombreux titres des années 80, comme du Michael Jackson, du Lionel Richie ou du Kool and the Gang, que l’on écoutera via les différentes radios disponibles. La base quoi !


Image associée


Si vous ne connaissez pas GTA Vice City, vous devez l’essayer. Il a certes un peu vieilli, notamment à cause de sa jouabilité un peu raide, mais son ambiance exceptionnelle reste intacte. Il est à noter que la version Xbox permettait d’écouter dans les véhicules ses propres morceaux de musique enregistrés sur le disque dur de la console. Bref, il y a 15 ans déjà, Rockstar frappait un grand coup, et mettait tout le monde d’accord. Et en y pensant, c’est toujours le cas aujourd’hui !


Panzer

4 pensées sur “RETOUR SUR : GTA Vice City, les années 80 à Miami !

  • 14 avril 2017 à 7 h 33 min
    Permalink

    Merci pour le coup de vieux.
    J’étais au collège quoi ! #JePleure
    Super article en tout cas, c’est de loin mon GTA préféré, celui que j’ai le plus joué, Ecouter Flash FM sur Palm beach en comet >>>>

    Répondre
    • 16 avril 2017 à 16 h 28 min
      Permalink

      Haha merci !! Content que ce petit article ait pu te rappeler quelques souvenirs 🙂

      Répondre
  • 2 juin 2017 à 15 h 15 min
    Permalink

    Effectivement, ça ne nous rajeunit pas. En tout cas, cet article décrit très bien Grand Theft Auto: Vice City. Je me souviens qu’à l’époque de sa sortie, ce jeu révolutionnait le genre par ses graphismes, son ambiance, et surtout, le clin d’œil à Scarface.

    Répondre
    • 2 juin 2017 à 20 h 58 min
      Permalink

      C’était même bien plus qu’un clin d’oeil, mais une véritable inspiration, dans les décors, l’ambiance, les personnages, et même la BO entière de Scarface était présente. Je rêve d’un retour à Vice City dans un futur GTA ^^ – Panzer –

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *