TEST : Port Royale 4, un p’tit rhum et ça repart !

Les jeux de gestion ont encore de beaux jours devant eux, et après le très bon Railway Empire – Complete Collection, les développeurs de Gaming Minds nous emmènent cette fois-ci aux Caraïbes entre les XVIème et XVIIème siècle, histoire d’aller boire quelques bouteilles de rhum mais surtout de gérer son commerce et de couler quelques bateaux. Ce nouvel opus nous arrive avec pas mal de nouveautés, mais sont-elles réellement convaincantes ?


TEST : Port Royale 4, un p'tit rhum et ça repart ! blog jeux vidéo gaming lageekroomDans ce nouvel épisode de Port Royale, 4 nations sont disponibles (France, Angleterre, Espagne, Pays-Bas) possédant chacune leurs avantages. Choisir la France vous permettra par exemple de bénéficier de coûts de construction réduits pour les bâtiments ou d’utiliser moins de briques lors des constructions, tandis que choisir l’Angleterre vous donnera comme atout d’augmenter plus rapidement vos travailleurs et vos citoyens. Place ensuite au choix de votre personnage (aventurier, marchande, boucanier, pirate) avec là encore divers bonus mais également malus au programme. Niveau contenu, cette édition est clairement généreuse : il sera possible de commercer avec 60 villes des Caraïbes, de choisir parmi 50 bâtiments, de gérer 18 types de navires datant de la fin du XVIème siècle et du XVIIème siècle et de participer à des batailles navales au tour par tour (jusqu’à 8 navires). Le but principal du jeu est de faire de votre jeune gouverneur un pro des échanges commerciaux afin de vous en mettre plein les poches. La map est vraiment balèze et entièrement en 3D, et il est possible de zoomer sur chaque ville pour en découvrir les détails. On notera que 4 campagnes solo sont de la partie, une pour chaque nation.


TEST : Port Royale 4, un p'tit rhum et ça repart ! blog jeux vidéo gaming lageekroom


Si un tutoriel est de la partie, rien de tel que le mode libre pour se faire la main, sachant que de nombreux paramètres permettront d’ajuster la difficulté ou encore la taille de votre map. Le journal des tâches sera indispensable pour bien s’y retrouver, et avoir une vision d’ensemble sur ce qui vous attend, à savoir les objectifs principaux et secondaires (construire des vaisseaux, remporter des batailles, employer un certain nombre de travailleurs…). Vous aurez également accès à toutes les informations sur les différentes villes (habitants, demandeurs d’emploi, travailleurs) ainsi que sur les constructions et bâtiments présents. Il est difficile de tout bien assimiler durant les premières heures, et gérer les routes commerciales, les différentes tâches économiques, les constructions (auberges, églises, hôpitaux, marchés, jardins, fermes, mines, fonderies, terres agricoles), les convois spéciaux et leurs capitaines et bien entendu ses finances ne sera pas de tout repos. Le jeu est très complet, que l’on parle des batailles navales ou tout simplement de la gestion de vos routes commerciales, souvent mises à mal par la piraterie. Comme chaque ville dispose de ses propres produits, il faudra veiller à ce que les citoyens produisent des biens et qu’ils construisent des bateaux pour livrer les différentes ressources d’un endroit à un autre. L’aspect gestion est donc vraiment poussé et le tout est plutôt bien expliqué, grâce à des menus explicites. Le gameplay à la manette est au passage tout à fait convenable, contrairement à certains autres jeux du genre.

Chaque nation dispose d’un vice-roi, qui pourra vous guider durant votre partie. Il est vrai que l’on ne sait parfois plus trop ou donner de la tête, entre les constructions à effectuer dans les villes, l’achat et la revente de ressources, la conquête des villes des nations rivales ou encore la gestion des routes commerciales. Votre personnage gagnera de la renommée au fur et à mesure de ses actions, lui permettant d’accéder à diverses améliorations technologiques ou constructions et à de nouveaux capitaines. Contrairement à Port Royale 3, il n’y a pas de changement de niveau et la map est complète et immense. La variété est également de mise, avec des décors souvent jolis, bénéficiant de nombreux détails et de très beaux effets de lumière (seule la végétation est un peu en deçà). L’immersion est au rendez-vous, et il sera même possible de regarder évoluer ses citoyens ou d’admirer de gros poissons dans la mer, le genre de détail qui fait plaisir. On signalera juste quelques chutes de frame rate, mais rien de bien grave. Côté durée de vie, on en a pour son argent ! Avec 4 campagnes allant de 12 à 15h chacune et le mode libre aux possibilités infinies, les amateurs de jeux de stratégie seront conquis. Petite déception néanmoins de notre côté concernant les combats au tour par tour, qui cassent un peu le rythme.


TEST : Port Royale 4, un p'tit rhum et ça repart ! blog jeux vidéo gaming lageekroom


A lire également :


Port Royale 4 est un jeu très complet et ultra immersif, qui propose 4 grosses campagnes solo et un mode libre permettant de gérer ses propres paramètres. Même si les combats au tour par tour nous ont moins convaincus, ils passent en second plan face à l’aspect stratégique du jeu, très poussé. On gère ses citoyens, ses villes et ses navires, afin de créer les routes commerciales les plus prolifiques possible, en n’oubliant pas de se défendre contre les pirates (sauf si l’on incarne la pirate elle-même). Le jeu est fort joli et le gameplay à la manette fait le job ! Si vous aimez le genre, et après l’excellent Railway Empire Complete Collection, vous devriez apprécier l’expérience, même si le tout s’avère un peu répétitif après une dizaine d’heures !


Les +

  • une map immense et variée
  • l’aspect stratégique poussé
  • gérer ses citoyens, ses villes, ses navires
  • 4 campagnes solo
  • le mode libre
  • plutôt joli graphiquement

Les –

  • frame rate pas toujours bien stable
  • le jeu reste assez complexe les premières heures
  • les combats au tour par tour, qui cassent le rythme
  • forcément répétitif après une dizaine d’heures de jeu

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *