Avis BD Glénat : Les Brumes Écarlates – Tome 1, Les Rebelles

C’est un bien bel ouvrage que nous avons eu la chance de recevoir en provenance des éditions Glénat : le tome 1 de « Les Brumes Écarlates » sort aujourd’hui, 1er septembre 2021, et nous embarque en plein folklore chinois dans un récit dense et accrocheur. Il est temps de revenir sur ce premier tome intitulé « Les Rebelles », et de vous donner notre avis. C’est parti !


Synopsis : Il y a trois siècles, les brumes écarlates apparurent, émergeant du néant. Elles apportèrent mort, destruction, et l’humanité fut sur le point de disparaitre. Pourtant, de petits groupes de survivants émigrèrent tant bien que mal sur les cimes des montagnes, là où la brume ne pouvait les atteindre. Ainsi, des familles parvinrent à s’établir et, au fil des années, à prospérer… Le temps passa, les brumes restèrent invaincues et leur origine inconnue, mais les jeux humains se poursuivirent. Aujourd’hui, rivalités, alliances et trahisons dirigent Qingpiu, Tieliu et Danzhu, les trois royaumes qui composent le monde. Pour asseoir son hégémonie, le royaume Qingpiu est enfin parvenu à négocier une alliance avec celui de Tieliu. L’enjeu est de taille : un mariage politique qui pourrait signer le proche trépas du royaume Danzhu. Pourtant, le jour de la rencontre entre la princesse de Tieliu et l’émissaire de Qingpiu, rien ne se passe comme prévu. Les soldats de Danzhu attaquent, les brumes écarlates encerclent la ville et un mystérieux groupe de « Rebelles » fait son apparition… L’ouvrage est disponible sur le site de l’éditeur, à cette adresse.



Rivalités, alliances, trahisons : les humains en sont devenus les spécialistes, principalement dans le but d’obtenir le pouvoir. Mais un jour, les brumes écarlates sont apparues et ont redistribuées les cartes. L’humain n’a rien pu faire, englouti et exterminé, laissant place à la désolation. A ce moment là, 2 royaumes se disputaient le pouvoir, mais aucun d’eux ne put remporter la bataille… Le vainqueur ne fut en effet pas du côté des humains. Puis de petits groupes de survivants ont commencé à se rassembler, en hauteur pour que la brume ne puisse plus les atteindre. Et qui dit groupes dit alliances, puis rivalités, puis trahisons: rien ne change, l’humain reste fidèle à lui-même malgré les avertissements. Tous ces jeux humains sont presque inévitables, et ce premier tome pose des bases déjà denses et parfois complexes. N’étant pas forcément familiarisés avec les noms chinois, il nous a parfois été difficile de bien tout comprendre, les personnages étant déjà nombreux. Ce premier tome demande donc de la concentration, et l’auteur Wu Qingsong met en place les pièces d’un récit qui fait la part belle aux personnages. Mais là où notre auteur fait le plus plaisir, c’est dans son style visuel. Ce premier tome est absolument superbe visuellement, et propose un rythme intense accompagné d’illustrations bourrées de détails.

Le style aquarelle permet de proposer des décors et arrière-plans immersifs, et le choix des couleurs et remarquable. Penchant vers le vert, le rouge ou le violet, les couleurs donnent une identité forte aux différentes scènes, et on se plonge dans certaines grandes illustrations durant de longues minutes pour profiter de chaque détail. Les personnages ne sont pas en reste, et le chara-design fait lui aussi très fort, à condition que l’on y adhère. L’ensemble fait parfois très jeu vidéo, un poil futuriste même pour certaines armures et certains équipements, et cette modernité se marie parfaitement avec le folklore chinois et ses tenues traditionnelles. C’est beau, très beau même, et le découpage dynamique donne une sacrée pêche aux scènes d’action. Un gros travail a également été réalisé sur les visages, très expressifs.


A lire également : 


Même s’il demande une grande concentration pour bien saisir tous les enjeux de son récit (ce qui pourra en faire décrocher certains), ce premier tome de « Les Brumes Écarlates » de Wu Qingsong nous régale par la densité de ses illustrations et par ses décors somptueux. Le folklore chinois se mélange à la fantasy, et la sauce prend, l’immersion étant renforcée par un choix des couleurs qui donne un sacré cachet aux différentes séquences. Un délice visuel donc, qui donne clairement envie d’en découvrir la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.